Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/1200

par ,

Etat trompeur, Etat voleur

Le dernier Rapport de la Cour des Comptes (février 2011) ne fait que confirmer ce qu’on savait : l’Etat sera incapable de ramener son déficit public à 3 % en 2013. Parce qu’il est incapable de gérer l’argent public mais aussi parce qu’il continue à mener la même politique : dépenses publiques hors contrôle et interventionnisme tous azimuts. Dans le domaine de l’emploi, on dirait que tout le monde souffre d’Alzheimer.

On n’arrête pas de dépenser des milliards pour des résultats plus que médiocres (Sarkozy a encore débloqué 500 millions d’euros en faveur de l’emploi des jeunes quelques jours avant la sortie du Rapport) et on ne tire pas le bilan de ces politiques publiques. L’Etat se trompe et il vole. En obligeant les Français à payer la CSPE – Contribution aux charges de service public de l’électricité - , il fait flamber le prix de l’électricité. Un service public, n’est-ce pas ? Plus encore, l’Etat est incapable de mettre au point un système informatique capable de gérer ses comptes et semble vouloir se servir dans le Fonds de réserve pour les retraites (FRR). La tentation est grande car les caisses sont vides. Soyons vigilants ! Ce n’est pas la première fois que l’Etat qui nous défend pique notre argent !

Partager cet article :

Autres lectures ...

Et si l’Inspection des Finances s’intéressait à la Cour des Comptes
Réponse du berger à la bergère : La paille et la poutre

L’injustice de l’exit tax


Et si Netflix sauvait le cinéma français ? Ainsi que les contribuables…

Le nouveau hold-up des taxes locales



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (2)

état voleur

le 16 septembre 2013, 22:01 par jjd

Ayant hérité d'un bon anonyme de 10.000 fr ( 1500 €), je viens d’être informé par le ministère des finances que celui ci ne serait pas remboursé " loi du 17 juin 2008 rend quinquennale la prescription de la dette non négociable de l’état à compter de l’entrée en vigueur de cette loi, soit à compter du 19 juin 2008" donc les possesseurs de bons se font avoir...a trois mois près Nul n'est censé ignorer la loi, je sais, mais la il y a vol manifeste. comme si le journal officiel était notre lecture favorite. nos dirigeants se sont bien gardés de nous informer par voie de presse, tv ou autre... des fois que l'on se fasse rembourser....petits épargnants unissons nous pour réclamer notre du .

- Répondre -

Ordinateurs aux secours des sans-cerveau.

le 18 décembre 2014, 17:53 par uncon

Il y a quelque temps déjà, j'exerçais le joli métier d'informaticien.
J'avais alors un bel appartement, une femme, un enfant, un travail et tout allait pour le meilleur du monde.
Un jour ma femme me quitte. Nous avions pris l'appartement en colocation (pour diverses raisons)
Du jour au lendemain, je me retrouve avec un mois pour trouver un nouveau logement.
Je me tourne alors vers ma banque pour obtenir de quoi financer ce changement de domicile.
Celle ci me répond : "désolé vous avez déjà un prêt a la consommation, ce n'est pas possible d'en obtenir un autre"
Je me tourne alors vers les organismes sociaux, qui me répondent : "désolé mais si vous avez déjà un emploi, vous n'obtiendrez rien."
Je me tourne vers mes parents : rien non plus.

Aujourd'hui, ça fait 6 ans que je suis au RSA , j'ai monté un dossier de surendettement pour régulariser les dettes que j'avais accumulé à ce moment.
Je vis au croché de mes parents, je n'ai plus aucune vie sociale et les seuls personnes que je rencontre sont "des escrocs"....heu non !, des commerciaux qui essayent de me vendre leur produit (de me voler légalement) ou des personnes du service publique qui promettent sans cesse monts et merveilles pour à chaque fois voir leurs promesses tomber à l'eau.

Est ce que payer 2000 ou 3000 euros à quelqu'un pour qu'il conserve son emploi (sa vie) n'est il pas moins onéreux que de devoir payer 60000 euros lorsqu'il a tout perdu.

Et je ne parle pas de l'aspect morale de cette histoire.

Pour conclure, si au lieu d'avoir des tiroirs caisse, des robots automatisés en tant qu'interlocuteurs, et des lois dans tout les sens (à deux doigts de s'annuler entre elles), on avait simplement des gens avec un CERVEAU en mesure de juger d'une situation et d'entreprendre ce qui doit être fait, on aurait TOUS énormément à y gagner.

VIVE LA FRANCE
LIBERTE EGALITE FRATERNITE

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies