Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/2147

par ,

63 Milliards d’euros pour fabriquer des illettrés

Le budget de l’Education nationale est celui qui augmente le plus tous les ans. En 30 ans, les dépenses annuelles par élève sont passées de 4.400 à 8000 euros, soit une augmentation de 80%. A quoi peut bien servir cet argent alors que toutes les études montrent qu’il n’y a aucune amélioration des résultats des élèves ?

Au contraire, une récente étude de l’INSEE dresse un constat très inquiétant sur la lecture et le calcul : un Français sur 6 a des difficultés à l’écrit. Ne serait-il pas plus approprié de faire des réformes structurelles plutôt que de gaspiller l’argent des contribuables ? }}

Partager cet article :

Autres lectures ...

Baccalauréat : des réformes nécessaires mais (très) insuffisantes

Quatre propositions pour une vraie réforme de l’université


Education : l’autonomie et le chèque-éducation, ça marche !

Qu’est-ce qu’une vraie réforme de l’Education ?
La sélection, la liberté et la concurrence



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (3)

Il est plus facile d’avoir un

le 18 janvier 2013, 20:33

Il est plus facile d’avoir un illettré syndiqué qu’un homme qui comprend ce qu’est la liberté, car lui sait lire, car la liberté ne s’apprend pas à l’école.

Conclusion tant que les syndicats seront présent auprès des profs cela ira en empirant.

- Répondre -

Education Nationale

le 15 mars 2013, 12:16

Lire aussi Thierry DESJARDIN : "Le scandale de l’éducation nationale". 40% d’illettrés en 1999 (chiffres de l’OCDE). Mais après tout, n’est ce pas dans la continuité de certains politiques que de niveler les connaissances... pour les adapter à la diversité analphabète : principe des vases communicants ; ce sont les enfants occidentaux qui se fondent dans la culture importée. Savoir lire et compter, avoir un langage châtié, être capable de s’exprimer, construire des phrases sans faute... Il fut un temps où 1 faute comptait - 4 points et 0, éliminait un candidat. Aujourd’hui, on ne regarde plus les fautes. Cependant les professeurs émérites (il y en a encore) ont des maux de têtes et des nausées lorsqu’ils corrigent certains devoirs "infarcis" de fautes, erreurs de syntaxe et de vocabulaire, et aussi de sens...

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies