Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/5159

par ,

« Travailleurs de tous les pays, détruisez tout ! »

Le parti trotskyste Lutte Ouvrière (LO) a été fondé en 1939 et pourtant il est encore actif en France, en 2018 ! Il n’est pas le seul à avoir infiltré le mouvement des gilets jaunes. Mais il est l’un des plus violents dans ses manifestes et aussi dans la rue.

Officiellement, LO revendique seulement 8 000 membres qui sont bien repartis et implantés dans plusieurs administrations et services publics ainsi que chez les étudiants. Pendant le mouvement des gilets, un tract a été distribué dans les boîtes aux lettres de la région parisienne qui en dit long sur ses intentions. Intitulé « Se dresser contre Macron…et contre ses maîtres capitalistes », le tract justifie d’abord les scènes de guérilla urbaine « Après des coups encaissés contre leurs conditions d’existence, la colère des classes populaires déborde »… « C’est violent de ne plus rien avoir dans le frigo à la fin du mois… ». C’est cela qu’il faudrait condamner selon le texte, et non pas la violence dans la rue.

Après la justification des casseurs, suit l’appel au renversement des institutions : « Leur (les politiciens) baratin sur la « réponse des institutions » ne changera rien aux fins de mois impossibles pour les classes populaires ! ». Le représentant de ces institutions est, bien évidemment, Macron dont la « politique est tournée vers les intérêts de la classe capitaliste ». S’en débarrasser fait partie du plan d’action mais cela ne suffit pas ! « Si Macron finit par laisser la place, son successeur fera la même politique », peut-on lire dans le tract. S’il y a révolution, au moins finissons-en ! « En ne visant que Macron et son gouvernement, on dirige la foudre sur le paratonnerre qui est justement là pour protéger les capitalistes ». Ce qu’il faudrait donc faire c’est s’en prendre aux « capitalistes et contrôler les entreprises ». Le nerf de la guerre est là. En s’emparant des entreprises, par la grève et l’occupation, on capte la création des richesses (au moins, LO le reconnaît indirectement) et les sources d’argent. Néanmoins, les fermetures et faillites seraient immédiates, ce que ne semble pas voir ces « révolutionnaires ». Incitation à la destruction, au coup d’Etat insurrectionnel, au vol et à l’élimination d’une « classe sociale », le tract de LO ne fait pas dans la demi-mesure. Et dire que ce parti est tout à fait légal et que ses représentants sont même présents dans les médias !

Partager cet article :

Autres lectures ...

Syndicats et Etat, les vrais ennemis d’Air France

Monsieur Macron, il faut quitter l’OIT (Organisation Internationale du Travail) !


Distribution de dividendes : l’entreprise n’appartient pas aux salariés

L’étatisme et le gauchisme sont nos adversaires, pas les GAFA !
C’est grâce aux réseaux sociaux que nos idées circulent



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (3)

FO est un parti fasciste

le 29 janvier, 02:19 par zelectron

Ce tract distribué dans les boîtes aux lettres est un aveu criminel : ceci doit être jugé par un tribunal non inféodé à la gauche . . .

- Répondre -

Esprit chagrin !

le 29 janvier, 09:14 par Blondin

Mais voyons, vous savez pourtant (tous les médias et les politiques le disent) que c'est seulement l'extrême-droite qui est dangereuse !
Toute plaisanterie mise à part, l'aveuglement à ce point là, c'est consternant !

- Répondre -

L'extrême gauche, une alliée du gouvernement

le 29 janvier, 16:36 par Dominogris

Je souçonne par ailleurs le gouvernement de tout faire pour réduire le mouvement gj à des groupuscules d'extrême-gauche, violents évidemment, histoire d'en faire un épouvantail pour la classe moyenne.
Or, l'extrême gauche est une alliée objective du gouvernement et de ses lubies redistributrices. A ceux qui ont une autre vision de l'économie de faire valoir qu'ils ne veulent pas davantage d'Etat, mais beaucoup moins, donc plus de liberté et de démocratie. Ce qui était le début du mouvement d'ailleurs, déformé par la suite par un prisme médiatique orienté.
Une illustration
https://www.tvlibertes.com/claude-r ...

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies