Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/5162

par ,

Macron et le gouvernement : faites comme nous et le monde ira mieux !

Malgré le « Grand débat » et les nombreux autres « échanges », Macron et le gouvernement continuent à faire comme si de rien n’était. Le monde bouge mais la France préfère le statu quo. Quand elle ne rame pas à contre-courant. Quelques exemples ?

Prenons celui du glyphosate, dont l’IREF a souvent parlé. Le Sri Lanka restait, avec la France, l’un des derniers pays à l’interdire, mais il y a renoncé faute de preuve scientifique concernant sa nocivité. En ce qui concerne le gaz et le pétrole de schiste, non seulement la France en condamne l’exploitation, mais elle barre même la recherche !

Comme si cela ne suffisait pas, entre les réunions « au coin du feu » avec les maires et qui durent des heures, on invente de nouvelles taxes. Faute de réformes… Bruno Le Maire, qui veut « refonder le capitalisme », vient de proposer une taxe sur les géants du numérique. Face au « besoin de justice très fort », il veut, excusez du peu, instaurer un impôt mondial sur les sociétés. Les taxes font partie de l’ADN français. On devrait d’ailleurs rendre obligatoire une nouvelle discipline : la taxacologie, c’est-à-dire l’étude de la taxacomanie dépendante que certains malades pervers, bien qu’ils paraissent sains, voudraient inoculer au monde entier. L’infection est pour le moment localisée mais il est urgent pour les autres pays d’établir un cordon sanitaire et de mettre un vaccin au point.

Pour ne pas être en reste, les socialistes, par la voix de Benoït Hamon, demandent un « impôt sur la fortune européen ». Quelle audace dans la volonté de réformer ! Et quelle concurrence entre les partis politiques pour l’adoption de taxes et d’impôts inédits !

Enfin, le ministre Gabriel Attal souhaite (itw dans Les Echos du 24 janvier) promulguer une « philanthropie à la française ». : C’est du plus haut comique quand on connaît le retard de la France en matière de dons privés : environ 2.2 Mds d’euros contre 260 Mds de dollars (243 Mds d’euros) aux Etats-Unis. Ce qu’il faudrait c’est justement en finir avec la philanthropie à la française et libérer le secteur de l’emprise de l’Etat. Il faudrait par exemple faciliter la création de fondations par une simple vérification de critères simples, la meilleure solution étant sans doute de permettre aux fonds de dotation de s’appeler « fondations d’intérêt général » et de recevoir les dons déductibles. Avec un peu plus de 2 000 fondations en France contre environ 90 000 aux Etats-Unis, c’est une philanthropie à l’américaine qu’il faudrait !

Comme souvent, la France s’affole et tente le grand écart : d’un côté les frou-frous, les « échanges », le « grand débat », les plateaux télé et ce que le Figaro Magazine appelle la « rhétorique du vide » (25 janvier) ; de l’autre, les taxes et les mesures « à la française ». On serait presque tenté d’oser « la répression ». Bien d’autres pays ont résolu le problème sans drame : par des réformes bien menées, à point nommé. Aux dernières nouvelles, ils ne s’en portent pas si mal.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Suppression de l’ENA
Entre anti-élitisme primaire et lutte légitime contre les privilèges

Améliorer le pouvoir d’achat par la concurrence : et si le Premier ministre avait raison ?
6 propositions immédiatement applicables pour les secteurs cités par Edouard Philippe


Pour faire des économies, il faut d’abord rendre plus efficace la Cour des comptes
Il faut que le Parlement suive les Recommandations de la Cour et leur application

Grand Débat : thème Organisation de l’Etat et des services publics



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (1)

Malade !

le 29 janvier, 06:40 par Laurent46

Ce Monsieur n'a aucune raison, il est MALADE, c'est un petit hystérique qui ne peut jamais s'empêcher de donner des leçons. Malgré tout ce qui se passe en France, La situation économiquement misérable du pays, ce malade va en Egypte pour une fois de plus donner des leçons au monde entier et critiquer les Français.
Ce personnage et son entourage ministériel proche qui sont les mêmes n'ont leur place que dans un asile avec des soins intensifs si cela suffit, pas sûr !

2 février, 16:29 - Astérix

En parfait accord... Nos dirigeants actuels ont atteint le summum dans le domaine de la folie..!
Ils ont copié et développé ce qui existait déjà en France depuis 1974, c'est à dire un régime digne de l'ex-URSS qui est allé en s'amplifiant au fil du temps !
En France, l'état à sa propre justice ; vous avez deux types de droit ; le droit administratif et le droit civil qui s'appliquent contrairement aux Pays anglo saxon qui utilisent uniquement le droit civil pour tout un chacun.
A partir du moment ou en France le droit administratif l'emporte, vous ne disposez plus de l'égalité devant la la loi.
Ainsi, nous subissons bien un régime totalitaire et plus le poids de l'état est lourd dans l'économie, plus la croissance baisse et plus le chômage augmente avec une baisse de la création d'entreprises privées seules capables de créer des richesses et qui, elles, prennent tous les risques.!
L'état n'a jamais rien créé d'intelligent sauf à inventer des normes et réglementations destinées à paralyser le secteur privé, ainsi qu'une masse d'impôts, de taxes, de prélèvements de nature à tuer le secteur productif..??!
La gestion du Pays est, dès lors, catastrophique..!
Le problème est que les Français, dans leur grande majorité n'ont toujours pas compris..?!

12 février, 09:36 - Docdal

Et pourquoi les français ne comprennent pas ?
Parce que les médias,l'éducation nationale,l'université maintiennent fermement le cap de la pensée unique sous la coupe des gourous Piketty pincon-Charlot etc...

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies