Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Articles > Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

mercredi 28 juillet 2021, par Gabriel Collardey

La pandémie du covid a ouvert la boîte de Pandore des idées complotistes et des fantasmes en tout genre. Les spéculations sur l’origine du virus ont été quelque peu éclipsées en décembre dernier par l’’arrivée des vaccins. Les premières études réalisées à cette époque ont désigné la France comme l’un des pays le plus anti-vaccins, une grosse moitié des Français les refusant. Cette résistance a diminué au fur et à mesure que la campagne de vaccination progressait et aujourd’hui plus d’un Français sur deux est vacciné.

Le mouvement anti-vaccin reste néanmoins virulent, notamment sur les réseaux sociaux, et il jouit d’une certaine visibilité médiatique grâce à des figures emblématiques, notamment issues du monde médical et artistique. La France n’est pas le seul pays atteint par ce courant antivax.

L’hésitation vaccinale dans les pays développés

En janvier, 46% des Français interrogés par l’IFOP ne souhaitaient pas se faire vacciner. En mai, d’après un sondage d’Eurofund, ils étaient encore près d’un tiers à se dire réticents. Le dernier sondage enregistrait un basculement : 81% des Français interrogés se prononçaient en faveur de la vaccination. Le taux d’hésitation reste élevé mais nous partions de loin.

Au Royaume-Uni, un sondage commandé par le gouvernement donnait le résultat suivant : à la fin du mois de mai , 94% des adultes voyaient la vaccination d’un œil favorable, 6% étaient réservés. Ce taux est relativement stable depuis le début de la campagne de vaccination. La tâche du gouvernement s’en est trouvée simplifiée et cela se confirme dans les chiffres puisque 68,6% des Britanniques avaient reçu au moins une dose au 25 juillet contre 59,6% en France.

En Allemagne, 78% de la population adhérait à la vaccination au mois de mai dernier, contre 69% en France à l’époque et 76% aux Etats-Unis. Actuellement, presque 60% de la population ont reçu une dose. Le pays a injecté plus de 20 millions de doses de plus que la France.

Aux Etats-Unis, près de 56% de la population a reçu une dose, avec de fortes disparités entre les Etats du sud et du nord. La campagne de vaccination semble marquer le coup depuis plusieurs semaines, l’Union a, peu à peu, rattrapé son retard.

Les pays du sud de l’Europe (Portugal, Espagne et Italie) se distinguent par un volontarisme vaccinal et une acceptation très forte de la part de la population. Alors que fin juin-début juillet, la campagne de vaccination française semblait accuser le coup, les Espagnols, les Portugais et les Italiens ont continué à vacciner massivement en primo injection. Dans ces deux pays, près de 67% de la population avaient reçu une dose, soit près de 7 points d’avance sur la France. Par ailleurs, en Italie plus de 62% de la population a reçu une dose. En Espagne, presque 100% des soignants sont vaccinés, et c’est une obligation pour eux en Italie où, le 12 juillet, 98% d’entre eux avaient reçu au moins une dose. Dans ces pays, la confiance entre les citoyens et leurs médecins est très grande, ce sont eux et les soignants, et non l’Etat, qui incitent à la vaccination.

Pourquoi ces réticences ? Le rôle de l’exposition médiatique

La nébuleuse antivax est vaste, multiforme, il est difficile d’établir un profil type de ses membres, en outre différents d’un pays à l’autre. Ils se retrouvent cependant sur les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter, grands accélérateurs des thèses conspirationnistes. Les rangs des antivax ont grossi de presque 58 millions de partisans depuis janvier au niveau mondial, grâce aux algorithmes.

Un rapport du Centre de lutte contre la haine en ligne montre que Facebook a contribué à partager de fausses informations et à induire le public en erreur.

En France, le mouvement anti-vaccin a reçu une large exposition médiatique grâce à des figures de proue célèbres : le docteur Raoult, qui semble depuis avoir changé d’avis, des politiques comme Florian Philippot, des artistes comme le chanteur Francis Lalanne. La méfiance des Français à l’égard des médias et des institutions a nourri l’esprit complotiste. Nous avons assisté à des vagues d’hystérie sur les réseaux sociaux, où certains comparaient la piqure du vaccin à un viol ou le pass sanitaire à l’étoile jaune ! Apparemment, le gouvernement a été incapable de rassurer et de mettre en avant des personnalités non suspectes de parti-pris, ce qu’il eût peut-être été bon de faire dès le départ. Ces mouvements ont beaucoup contribué à susciter la méfiance d’une bonne partie de la population envers la vaccination. Ils ont créé un site voulant contrer celui de « Vite ma dose », sur lequel fleurissent toutes sortes de théories loufoques, remettent en question toutes les informations du gouvernement et promeuvent des informations erronées sur des effets secondaires du vaccin.

Les profils des anti-vaccin

Si l’extrême-droite est fortement représentée chez les antivax, les écologistes et l’extrême-gauche ne sont pas en reste. Les premiers, majoritairement ruraux et souvent peu informés, sont des proies faciles pour les théoriciens du complot. Les autres voient, dans les entreprises pharmaceutiques, le « grand capital » qu’ils ne veulent pas enrichir.

Une étude du Washington Post parue en avril dernier a tenté d’établir les points communs entre les récalcitrants à la vaccination. Ils sont jeunes, entre 18 et 39 ans. Ils ont fait peu d’études et ont des revenus faibles. Ils n’ont pas été touchés par le Covid, ni leurs proches. Aux Etats-Unis, cette fracture se retrouve dans les chiffres : les Etats du sud-est, plus religieux et plus ruraux (Alabama, Missouri, Mississippi, Nouvelles-Orléans) ont moins vacciné que les Etats urbains et riches du nord-est.
En ce qui concerne les religions, en France, toutes ont appelé à la vaccination ou ont adopté une position neutre sur le sujet. Le Vatican a publié un communiqué encourageant les fidèles à se faire vacciner. Cependant, la religion orthodoxe joue un rôle dissuasif dans les pays de l’est de l’Europe comme la Bulgarie ou la Roumanie. Les taux de rejet y sont les plus importants : en Bulgarie, plus de 60% de la population refuse le vaccin.

L’opposition aux vaccins relève de l’antilibéralisme car en société, les actions de quelques-uns entraînent des conséquences sur le plus grand nombre, telle que l’extension du pas sanitaire à des activités de la vie courante pour chacun d’entre nous. Les citoyens vaccinés payent pour les récalcitrants. La France est le seul pays en Europe, pour l’instant, à avoir autant étendu l’usage du le pass sanitaire, pour les actes de la vie quotidienne notamment. De plus, une telle défiance de la population envers la science remet en question notre système éducatif. Le vaccin a été découvert en France et il a sauvé des vies par milliers dans le monde entier depuis la fin du XIXème siècle. Tous les enfants le savent, ou devraient le savoir. Celui-ci, contre le covid, a certes été mis au point en un temps record mais parce que des chercheurs ont travaillé jour et nuit, parce que des protocoles ont été accélérés tout en restant strictement conformes aux normes de sécurité et de test, et parce que beaucoup, beaucoup d’argent a été injecté. Plusieurs centaines de millions d’individus ont été vaccinés avec un taux infime d’effets secondaires dont le lien direct et exclusif avec le vaccin n’est pas avéré,

Comment en est-on arrivé à ce qu’un quart de la population refuse la vaccination ?

Les mesures mises en place dans les pays développés pour pousser à la vaccination

Le Parlement vient de voter de l’extension du passe sanitaire a tous les lieux recevant plus de 50 personnes. Si cette loi interroge quant à son impact sur les libertés individuelles et sur le respect de la vie privée de chacun, l’objectif inavoué du gouvernement est de rendre la vie dure aux non-vaccinés pour les inciter à sauter le pas. Les opposants au passe sanitaire ont argué que la France devenait une dictature sanitaire. Si le gouvernement a restreint un certain nombre de nos libertés pendant la crise, la mise en place d’un passe sanitaire ne fait pas de la France, une dictature pour autant.

De nombreux pays européens ont décidé d’intégrer le passe sanitaire pour lutter contre la pandémie et accélérer la vaccination. Le Danemark a, depuis 21 mars, voté le coronapass. En premier lieu, pour entrer au théâtre puis il a été étendu aux restaurants, cafés et bars, sans que cela ne suscite de réserves de la population. L’Autriche a fait de même, le passe sanitaire est obligatoire depuis la fin avril pour accéder aux lieux de loisirs et de restauration. Le Portugal applique les mêmes dispositions relatives au passe sanitaire que la France depuis fin juin à des niveaux locaux. En parallèle, l’Italie planche sur l’entrée en vigueur d’un passe sanitaire semblable à celui de la France pour début août, le « green pass ». Le premier ministre anglais Boris Johnson a, lui, annoncé que le gouvernement mettra en place un passe sanitaire en septembre pour tous les lieux recevant du public. Quant à l’Allemagne, le gouvernement est divisé. Les Länder appliquent des dispositions similaires à un passe sanitaire selon les territoires où le virus circule activement. Mais plusieurs membres du gouvernement se sont prononcés en faveur de restrictions pour les non-vaccinés.

Finalement tous les pays se retrouvent au même niveau, malgré des taux de vaccination élevé, le variant Delta fait des ravages partout. Le devoir de nos gouvernants est de pousser tous les citoyens vers la vaccination afin de ne plus revivre d’épisodes de confinement. A l’heure où l’épidémie repart, il n’est plus question d’avancer l’argument de liberté pour refuser la vaccination mais de faire primer la responsabilité individuelle et collective.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/article/Les-anti-vaccins-un-mouvement-sans-frontieres

Vos commentaires

  • Le 29 juillet à 04:18, par zelectron En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    La clause de décharge de responsabilité que les fabricants de vaccins ont obligé les états à signer résulte du vieil adage : aux états les pertes, aux entreprises les profits !

  • Le 29 juillet à 04:25, par Jean Louis DURET En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    Je suis vacciné (2 doses Pfizer depuis avril), j’ai 76 ans et ne suis pas "anti-vax".
    Pourtant j’ai eu des réticences.
    Vous parlez d’un "vaccin" sans jamais préciser que ARNm NE SONT PAS DES VACCINS, mais des thérapies géniques. Du coup tout votre argumentaire ne tient pas la route car il ne prend pas en compte ls réticences normales liées à une thérapie nouvelle qui plus est qui n’a jamais passé la phase 3 des essais cliniques, qui a obtenu une AMM d’urgence et avec de laboratoires qui se sont déliés de leurs responsabilités auprès des Etats.
    Votre article est juste "à côté de la plaque" ; étrange parti-pris.
    Si vous avez des explications, je suis preneur.

  • Le 29 juillet à 04:37, par BJ En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    Du grand n’importe quoi cet article. Ruraux = moins bien informés ? Mon bon monsieur, on a internet à la campagne ! Visiblement, le citadin que vous semblez être doit avoir du mal à concevoir qu’à la campagne, il n’y a pas de métro bondés, pas de cafétéria pleine à craquer, pas de musées surpeuplés ou de fête brassant des milliers de personnes. Et donc globalement moins de transmission de virus.
    Seriez vous comme les écologistes : tous pleins de beaux principes mais vivant dans un appart parisien a décider de ce que les autres devraient faire ?
    Alors là responsabilité individuelle oui : je suis vacciné pour limiter le risque de forme grave. Mais de là à culpabiliser mes semblables de ne pas le faire...
    Vous voulez responsabiliser les gens ? Dites leur que si l’hôpital public est saturé, ils ne prendront pas les non vaccinés. Laissez les commerçants décider de ce qu’ils veulent imposer ou non dans leur commerce et les clients décider du risque qu’ils sont prêts à prendre. Le gouvernement peut aussi faire le choix de décider d’arrêter de décider à notre place ce qui est bon maintenant que la surprise est passée.

  • Le 29 juillet à 05:51, par JANDEL En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    La France deviendrait une dictature sanitaire ?
    C’est faux.
    Tous les pays développés sont des dictatures sanitaires depuis l’invention de la médecine et des.... vaccins.
    C’est ainsi que la mortalité infantile est devenue insignifiante et que l’espérance de vie a été multiplié par 2 ou 3.
    Nous en sommes tous très heureux.
    Pourvu que ça dure !

  • Le 29 juillet à 06:00, par Anne En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    L’IREF persiste et signe dans sa propagande sur le vaccin, quels que soient les commentaires publiés au fil des articles sur ce sujet. Aucune mention sur le caractère expérimental, sur les précédents ratés pharmaceutiques (cf. tout dernièrement le vaccin contre le dengue par Sanofi), sur la technologie nouvelle qui devrait appeler à la plus grande prudence quant aux effets moyen-long terme que l’on ne connaît absolument pas, ou encore sur les traitements existants qui ont prouvé leur efficacité contrairement à ces injections.
    Je ne vois plus qu’une explication à cela : avez-vous des conflits d’intérêts à déclarer à vos lecteurs, ou des financements de laboratoires pharmaceutiques ?

  • Le 29 juillet à 06:13, par Laurent Jacquemin En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    De grâce épargnez nous cet amalgame saugrenu qu’on retrouve partout dans les médias
    "anti pass - anti vax - extrême droite - trumpiste - obscurantiste - peu éduqué - voir débile"
    Qu’est ce qu’un complotiste ? Tout simplement celui qui n’est pas en ligne avec la Doxa !
    Tapageur, pratique parce que dans l’air du temps, mais si réducteur
    Comment ne pas se méfier d’une expérimentation sanitaire
    - qui n’utilise aucun vaccin homologué,
    - pour laquelle on exonère d’entrée de toute responsabilité les labos et les autorités administratives,
    - qui utilise un flacon dont on peut tirer un nombre variable de doses,
    - que l’on recommande de conserver d’abord à moins 70°C seulement à moins 20°C,
    - qui met à risque successivement les vieux, puis les jeunes, puis les autres, puis personne.
    Cette pandémie doit nous apprendre la modestie. Au pays de l’indubitable doute , à ce stade, il est légitime de ne pas savoir. Epargnons nous des décisions drastiques dont le caractère excessif les rendrait ridicules si elles n’étaient pas si périlleuses

  • Le 29 juillet à 06:34, par Henri de Richecour En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    Je ne partage pas votre à analyse et je ne lcomprends pas, vraiment pas votre insistance à défendre cette vaccination obligatoire. Ce qui est contesté n’est pas le vaccin en soi. C’est la méthode. Obligation, indifférenciation selon la probabilité de gravité des conséquences, suffisance des dirigeants qui ont tout dit et leur contraire. Accessoirement, si j’ose dire, le dernier commentaire de l’OMS le prouve qui s’étonne de la concentration des vaccins sur quelques happy few. Enfin, quoique que l’on pense de la qualité des scientifiques, personne ne peut sérieusement affirmer que l’on comprenne clairement les mécanismes de ce virus et par conséquent du vaccin.
    Au mieux, ce vaccin est une solution de moindre mal. Ni plus ni moins.

  • Le 29 juillet à 06:44, par Hache En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    Comment en est-on arrivé à ce qu’un quart de la population refuse la vaccination ? La réponse est dans votre lettre : la confusion entre un scientifique Didier RAOULT avec un charlatan Thierry CASASNOVAS et votre raisonnement binaire niant la complexité de la lutte contre un nouveau virus dont on connait encore peu de choses. Laissons les scientifiques donner leur avis dans un débat contradictoire et donnons les moyens aux parlementaires de notre démocratie libérale de travailler sereinement leur dossier pour faire en sorte que soient appliquées "des dispositions similaires à un passe sanitaire selon les territoires où le virus circule activement" pour tous les citoyens sans discrimination. Le pouvoir exécutif a fait la preuve de son incapacité à gérer cette crise sanitaire et il faut en prendre considération pour l’avenir de notre pays dont la compétitivité, la culture française et l’éducation scientifique est inquiétante pour notre démocratie.

  • Le 29 juillet à 07:03, par LouisePellissier En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    Quelle propagande ! Mensongére !!!
    Vous racontez des coups quant à la sûreté de ce que vous appelez vaccin.
    Vous adhérez à la religion vaccinaliste , sans doute par ignorance.
    Dire que Raoult a changé d’avis est faux ; c’est beaucoup plus nuancé que ça. Vous oubliez des professeurs comme Perronne ou Caumes... d’éminents spécoalistes en virologie ; Alexandra Henrion Caude une pointure en ARN et génétique... votre billet est malhonnête et croyez moi, il n’ya pas que des sous douês qui Critiquent ces injections et la politique mise en place ; de nombreux scientifiques ou citoyens très diplômés aussi,

  • Le 29 juillet à 07:13, par Marie Jacquet En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    Bonjour,
    Il me semble qu’il y a un manque d’objectivité dans votre article.
    En France les anti-vaccins n’existent pas dans les proportions que vous indiquez. Ils sont ultra-minoritaires.
    Il y a lieu de faire la distinction entre ces gens là et le nombre effectivement très important de personnes qui ont une défiance uniquement envers ce "vaccin" anti-Covid qui n’est en fait pas un vaccin tel qu’on l’entend traditionnellement.
    Et il y a plusieurs bonnes raisons pour cette défiance ; telle par exemple le non-retour d’expérience à l’épreuve du temps quant aux dangers potentiels de celui-ci. C’est indéniable.

  • Le 29 juillet à 07:52, par Pierre-Yves Novalet En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    Bonjour,
    Loin des idées complotistes, on peut également être simplement sceptique par rapport aux effets de la vaccination.
    Il n’y a pas que deux positions extrêmes, totalement pour et totalement contre.

  • Le 29 juillet à 07:55, par MH ALLEMAND-ROCHARD En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    C’est bien gentil tout ça, mais votre article est extrêmement déplaisant en ce qui me concerne : vous semblez dénigrer les "anti-vax" les présentant comme des gens ignares, peu développés intellectuellement... "les vaccins ont fait leurs preuves dans le passé !’
    Vous avez pourtant écrit que ces récalcitrants étaient "multiformes" : et c’est exact. D’où l’implicaion de ne pas les traiter d’ignorants !
    Ces injections seraient de véritables vaccins, éprouvés, prouvés, cela ne poserait (presque) aucun problème ! "Le vaccin a été découvert en France et il a sauvé des vies par milliers dans le monde entier depuis la fin du XIXème siècle" : c’est certain ! mais ce n’est pas le cas de ces pseudos-vaccins, hélas... Trop d’effets indésirables, voire de morts à la suite des ces injections ! Il y en a dans mon entourage ! Comment voulez-vous faire confiance à ces produits ?
    Quant au variant Delta, il a beau être très contagieux, il compte, à ce que j’ai pu lire, très peu de morts...
    Il faut m’expliquer vos deux affirmations
    - "L’opposition aux vaccins relève de l’antilibéralisme" : là, je ne comprends pas du tout votre propos ... Il n’y a pas plus libérale que moi !
    - "Les citoyens vaccinés payent pour les récalcitrants" : en quoi ? Ne serait-ce pas plutôt le contraire ?
    Mais voyez-vous, tout le monde (politique et autre) met de côté les nombreux traitements ambulatoires précoces qui sont en train de faire leurs preuves. Ces injections sont montrées comme LA SEULE SOLUTION à la fin de la pandémie ! Or c’est complètement faux ! Il suffit de faire le bilan des vaccinés : ils sont toujours contagieux et peuvent toujours attraper ce virus !
    Alors ? Pourquoi prôner ces injections, qui, cela dit en passant, en sont toujours en phase expérimentale...
    Et vous allez vous étonner d’avoir bon nombre de récalcitrants ? Voyons... ce n’est pas sérieux !

  • Le 29 juillet à 08:43, par Mesnil En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    Eh oh, rappelez- nous combien de "fantasmes complotistes" se sont réalisés depuis 18 mois !!

  • Le 29 juillet à 08:54, par Obeguyx En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    Tiens ! Comme le virus, il n’y a pas de frontières pour les antivaccins. Bizarre, bizarre. Il faut arrêter de traiter ces récalcitrants d’extrémistes et dire qu’ils ne sont pas "libéraux". Faut-il faire un cours pour vous faire comprendre que le libéralisme s’accommode de toutes les idéologies politiques ? Même le nazisme, sous certains côtés (très étroits, j’en conviens) pouvait passer pour du libéralisme. Par pitié arrêtez d’employer ce mot (comme pédagogie) qui permet toutes les pirouettes possibles et imaginables et ne fait que créer la confusion. Avant c’était le mot socialisme qui était bazardé à tout va, ça faisait dans l’humanisme de poubelles et tout le monde était content. On voit le résultat. La pédagogie, c’est pareil, elle a détruit notre enseignement, mais tout le monde s’en fout. Ah, les mots... et les analyses de texte... et je ne parle pas du français...
    D’une manière générale j’aime bien les commentaires ci-dessus.

  • Le 29 juillet à 09:05, par JP AUFFRET En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    Cet article me déçoit, me scandalise, à l’instar de ceux de M. Delsol sur le même sujet.
    Alors que Madame Chantal Delsol en a produit au moins un de bien meilleure teneur
    https://www.lefigaro.fr/vox/societe/passe-sanitaire-la-situation-justifie-t-elle-vraiment-une-suspension-des-libertes-par-chantal-delsol-20210726

    Plutôt que de polémiquer ici, je vous recommande simplementl’article du Dr Gérard Maudrux
    https://blog-gerard.maudrux.fr/2021/07/12/le-top-des-vaccins-contre-le-sars-cov-2-est-sorti-precipitez-vous/

  • Le 29 juillet à 09:37, par Patrice Coconnier En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    Je ne suis pas spécialiste, mais j’aimerais savoir d’où M. Duret tire l’information selon laquelle les vaccins à ARNm seraient une thérapie génique. En effet j’ai entendu plusieurs intervenants sur différents media affirmer le contraire.
    En tout cas je préfère m’exposer à des risques très hypothétiques, et en tout cas non avérés, à plus ou moins long terme, liés à ces vaccins, plutôt qu’à celui d’attraper une forme grave de Covid19, ou même une forme légère assortie de séquelles désagréables.
    J’aspire à retrouver une vie normale, et si la vaccination est le meilleur moyen actuellement connu d’éviter la propagation du virus, j’aimerais bien que la quasi-totalité de la population soit vaccinée, non seulement en France mais dans le monde entier...même si chacun est libre bien entendu.
    D’ailleurs, si j’ai pris le "risque" de me faire vacciner, j’aimerais en tirer bénéfice, donc : Vive le passe sanitaire, et si ceux qui refusent le vaccin subissent quelques contraintes, tant pis pour eux.

  • Le 29 juillet à 10:20, par Gabriel IREF En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    Chers lecteurs
    Je me permets quelques explications. Il n’a jamais été question de dénigrer les antivaccins ou les réticents, simplement de chercher à en dresser un portrait. Ce portrait a été dressé par quelques études, je les ai simplement relayées. Quant à la partie opinion, elle peut susciter le débat mais l’IREF considère qu’il est de notre responsabilité de se faire vacciner. Je refuse de devoir subir un confinement en septembre pour la liberté de quelques uns. La technologie ARN est testée depuis près de 20 ans, les essais cliniques des vaccins ont été réalisés sur des échantillon très larges comme aucun autre vaccin avant lui.

  • Le 29 juillet à 11:23, par Jacques PERTEK En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    Votre article est d’une grande pauvreté.
    Faibles raisonnements et informations partielles... Combien d’Etats sur les 27 ont-ils adopté une passe ?

  • Le 29 juillet à 11:30, par J.J.Kasparian En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    Quel est le but ? Faire ce qui est bien pour les gens ? Ou bien soutenir l’industrie du vaccin ?

    Si le but était de faire ce qui est bien pour les gens, on ferait feu de tous bois pour soigner les gens ; on encouragerait : la stimulation des défenses immunitaires générales, les traitements ambulatoires précoces par les médecins de ville. Or, on fait le contraire... On jette l’opprobre sur les médecins qui soignent ; on limite leur liberté de prescription. Et on martèle le mot d’ordre : "Vaccin, vaccin, vaccin, la seule solution est le vaccin".

    Après avoir terrorisé les gens par des exagérations et des mensonges, voilà maintenant qu’on leur fait du chantage, qu’on les insulte et les menace.
    Ne voyez-vous pas comme la ficelle est grosse de la manipulation d’ingénierie sociale ?
    Comment pouvez-vous faire confiance à ces gens qui nous mentent ?
    Comment pouvez-vous croire qu’ils nous veulent du bien ?

  • Le 29 juillet à 12:36, par PhB En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    Votre développement est effectivement très biaisé.
    Vous mettez toutes les personnalités anti vaccin dans le même pot !
    Même si le Dr Raoult s’est peut-être emballé dans ses conclusions, propos et comportements, c’est un scientifique hors pair qui a fait ses preuves par le passé, peut-être plus que certains représentants du gouvernement. Il sait de quoi il parle. Il faudrait peut-être le respecter.
    Sur la technique, effectivement ce procédé a été développé il y a maintenant une vingtaine d’années pour stimuler la réponse immunitaire de certains malades. Ce n’est pas réellement un vaccin qui comme son nom l’indique utilise un virus atténué où les toxines qu’il s’écrêtent.
    Pour compléter tout ça, vous devriez vous poser la question suivante :
    Pourquoi maintenant en juillet 2021, ne pas utiliser également le vaccin russe et le chinois (utilisant la technique traditionnelle).
    Ces produits ont été utilisés par plusieurs pays au monde et semblent ne pas montrer plus d’effets indésirables.
    Ca sent quand même la pression des Lobby pharmaceutiques.
    PhB

  • Le 29 juillet à 14:31, par BONN En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    Je suis très surpris de ce texte qui tranche nettement avec les textes habituels de votre site qui sont généralement objectifs tout en étant critiques et plutôt contre la doxa officielle.
    Là c’est carrément on rentre dans le rang et on aboie avec la meute !
    Expliquez moi ou dites moi sur quels éléments s’est basée Mme BUZIN le 20 janvier 2020 pour pondre un texte qui interdit l’Hydroxychloroquine ?
    Comment se fait il que le président macron, aille officiellement au théâtre et met en scène cet événement sur la tv publique pour inciter les français à sortir, alors qu’une semaine plus tard il annonce le confinement ?
    Comment se fait- il qu’un blogueur pro annonce mi novembre que l’arrestation de ce médecin chinois qui a découvert chez un patient un virus "problématique" soit interné illico presto et que ce blogueur nous recommande de prévoir de stocker des pates, de la farine et des boites de raviolis car on risque bien d’en avoir pour une à deux années problématiques et que nos grands sachants n’en sachent rien ??
    Depuis plus d’un an maintenant il n’y a sur tous les médias traditionnels parlé écris ou télévisés que le même message , le vaccin vous dis je ! le vaccin , le vaccin et encore le vaccin ( merci Mr Molière on voit là que nos progressistes nous ramènent 3 siècles en arrière). Des le début, massacré le dr Raoult et sa solution pour un" Remdésivi"r qui se révèle une " m...." malfaisante et sans plus de commentaires, que le fameux Lancet se transforme en PQ en présentant une étude de même niveau juste pour déglinguer pour l’hydroxychloroquine, et rien ensuite tout ça est normal !!!!!
    De plus on parle du vaccin, toujours le vaccin, mais lequel ? il y en a déjà une dizaine sur le "marché", alors on prend lequel ?
    Je ne me sens pas complotiste, mais il y a trop de faits concordants pour que je puisse gober quoi que ce soit de plus venant de nos dirigeants.J’ai été infecté par le virus entre Noël et le nouvel an , et j’en suis heureux j’ai toujours des anticorps et j’en suis satisfait. Ils me protègent bien. Et c’est ce qu’on aurait du faire des le début, chercher à obtenir une immunisation collective par le virus la plus importante possible et bien sûr utiliser des protocoles de soins (Ivermectine par ex) en mettant à l’abri les plus vulnérables.
    Bref, je suis déçu de votre papier de ce jour, je crois qu’à l’avenir je vous lirai moins et avec un regard beaucoup plus critique.
    C’est dommage.

  • Le 29 juillet à 15:59, par Lefebvre En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    Je suis vacciné (2 Moderna) : Je sais que je reste contaminant mais je suis moins sensible au virus. C’est donc du pur égoïsme et je l’assume.
    Par contre, depuis, j’ai appris que ce serait une folie de vacciner massivement en pleine pandémie. C’est offrir au virus une voie royale à des variants plus dangereux par recombinaison. (Prof Vélot, généticien - https://youtu.be/nLyP03Iq4-4)
    Mais en réalité, je pense que les autorités se marrent : le mécontentement mobilise les grands principes, Liberté, secret médical, protection des données, etc... ça ne mange pas de pain et surtout, ça ne met pas en cause leur gestion calamiteuse.
    Or le vaccin n’est pas la solution, il n’est qu’un outil, bien moins utile que l’immunité personnelle, que les traitements immédiats (Hydroxychloroquine/azithromycine) et surtout que la restauration de l’ "hôpital" : lits et personnel médical/infirmier. Ce sont les seuls moyens d’éviter la "saturation" et donc les confinements qui NOUS coûtent bien plus que les économies que leur soi-disant gestion a rapportées depuis trente ans.

  • Le 29 juillet à 17:41, par DANIEL JOLI En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    Pourquoi entretenir la confusion entre anti vaccin et anti pass ?
    Le premier est médical et doit être traité comme tel, sans passion.
    Le deuxième est politique et devrait faire réagir tous les démocrates de ce pays.

  • Le 30 juillet à 04:23, par BJ En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    En réponse à Gabriel Iref :
    Vous avez voulu la sécurité au prix de votre liberté, vous n’aurez ni l’un ni l’autre.
    Ne rêvez pas. Le fait s’imposer le pass sanitaire n’empêchera pas le gouvernement s’imposer au autre confinement.
    Il a vu qu’il pouvait imposer des restrictions de liberté avec les premiers confinement en jouant sur la peur, c’est passé. Maintenant il parvient même à imposer un pass sanitaire en jouant sur la peur d’un truc qu’il a lui-même créé : le confinement.
    C’est quoi la prochaine étape ? Il va imposer quoi en prétextant que sans ça il sera contraint de réactiver le pass sanitaire ?

  • Le 30 juillet à 10:02, par Nicolas Lecaussin En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    Merci pour vos messages. A ceux qui proposent des traitement, une nouvelle fois, je me permets de rappeler que le traitement de M Raoult ne marche et il a bien été autorisé aux Etats-Unis de mars à fin juin 2020. https://www.fda.gov/drugs/drug-safety-and-availability/fda-cautions-against-use-hydroxychloroquine-or-chloroquine-covid-19-outside-hospital-setting-or
    Cordialement,
    Nicolas Lecaussin

  • Le 30 juillet à 10:02, par Nicolas Lecaussin En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    Merci pour vos messages. A ceux qui proposent des traitement, une nouvelle fois, je me permets de rappeler que le traitement de M Raoult ne marche et il a bien été autorisé aux Etats-Unis de mars à fin juin 2020. https://www.fda.gov/drugs/drug-safety-and-availability/fda-cautions-against-use-hydroxychloroquine-or-chloroquine-covid-19-outside-hospital-setting-or
    Cordialement,
    Nicolas Lecaussin

  • Le 30 juillet à 10:35, par chris En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    Bjr,
    j’attends de voir comment les vaccinés vont réagir quand ils vont cumuler des maladies voire des décès suite à l’injection de ces pseudo-vaccins commerciaux dans leurs veines !
    Et qu’ils apprendront qu’ils ne peuvent se retourner contre les labos !
    Un 2ème scandale sanitaire après celui du sang contaminé !
    @+

  • Le 30 juillet à 10:55, par Nicolas Lecaussin En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    Monsieur, les effets secondaires des vaccins (tous les vaccins) sont visibles surtout dans les minutes et les heures qui suivent l’injection. Maximum deux mois et c’est extrêmement rare.
    https://www.uab.edu/news/health/item/12143-three-things-to-know-about-the-long-term-side-effects-of-covid-vaccines
    Cordialement,
    NL

  • Le 30 juillet à 11:56, par JEan-Louis D. En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    Décidément, l’IREF est devenue le propagandiste du gouvernement de M. Macron.

    Non seulement les gens de l’IREF n’ont aucune compétence pour parler de ce sujet, mais en plus ils induisent en erreur les gens sur ces "vaccins "ce qui est particulièrement grave.

    Ceci dit, quand je lis que grâce à la vaccination on va échapper au confinement, cela en dit long sur le niveau de connaissance très faible de l’IREF sur le sujet. Je précise que les confinements ne fonctionnent pas contre les épidémies et que cela a été démontré dans la littérature scientifique, et même l’OMS a déconseillé les confinements au mois d’octobre de l’an passé. Je rappellerai qu’en Chine on vaccine très peu et qu’on a plus d’épidémie depuis bien longtemps.

    En outre je constate que ces "faux" libéraux de l’IREF défendent la dictature sanitaire qui sévit en France ou l’Etat de droit est bafoué, la constitution est bafouée et la discrimination encouragée. Rien de très étonnant car l’IREF est copain avec ce parti de la "fausse" droite LR qui a voté les yeux fermés la loi ANTI-COVID. Et je termine en disant que LR est devenu un allié de LREM.

  • Le 31 juillet à 06:03, par Nicolas Lecaussin En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    Cher Monsieur, visiblement 4 milliards auraient été "induits en erreur"...Ca fait beaucoup...
    Cordialement
    NL

  • Le 2 août à 11:57, par J.J.Kasparian En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    à Nicolas Lecaussin
    "Les effets secondaires des vaccins (tous les vaccins) sont visibles surtout dans les minutes et les heures qui suivent l’injection. Maximum deux mois et c’est extrêmement rare".

    - Permettez-moi d’attirer votre attention sur trois biais possibles dont il faut tenir compte :
    1/ Si, après avoir reçu votre piqûre, vous aviez eu un effet secondaire, l’auriez-vous déclaré au service de pharmacovigilance ? Oui sans faute ? Oui, peut-être ? Probablement non.
    => Les services de pharmacovigilance ne sont mis au courant que d’une faible partie des effets secondaires des vaccins (et plus généralement : des médicaments).

    2/ Si vous aviez un effet secondaire au bout de trois mois, penseriez-vous à faire le lien avec le vaccin et à le déclarer au service de pharmacovigilance ? Et au bout d’un an ? Et au bout de cinq an ?
    => Plus le temps passe et moins on a de chance de faire le lien entre un effet et sa cause, même si ce lien existe dans la réalité.

    3/ Si vous avez un effet secondaire au bout de cinq ans et que le lien avec le vaccin soit une claire évidence dans votre esprit, pensez-vous que le service de pharmacovigilance vous prendrait au sérieux ?
    => Plus le temps passe, plus il est difficile de faire la preuve d’un lien entre un effet et sa cause, même si ce lien existe dans la réalité.

    Voilà comment, avec la meilleure foi du monde, une statistique peut donner une image faussée de la réalité.
    Cordialement

  • Le 2 août à 12:41, par J.J.Kasparian En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    à Monsieur Nicolas Lecaussin
    "Cher Monsieur, visiblement 4 milliards auraient été "induits en erreur"... Cela fait beaucoup..."

    Je propose à votre réflexion cet extrait du "Discours de la méthode" de René Descartes :
    "[...] en sortes que c’est bien plus la coutume et l’exemple qui nous persuade, qu’aucune connaissance certaine ; et que néanmoins la pluralité des voix n’est pas une preuve qui vaille rien pour les vérités un peu malaisées à découvrir, à cause qu’il est bien plus vraisemblable qu’un homme seul les ait rencontrées que tout un peuple ; je ne pouvais choisir personne dont les opinions me semblassent devoir être préférées à celles des autres, et je me trouvai comme contraint d’entreprendre moi-même de me conduire".

    Cordialement

  • Le 3 août à 11:03, par Nicolas Lecaussin En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    Cher Monsieur,
    je ne sais pas de quels biais vous parlez mais depuis que les vaccins existent, c’est ainsi que les effets secondaires se sont manifestés...
    Cordialement,

  • Le 3 août à 15:27, par Patrick Coquart En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    Un de mes amis vient de me transmettre le message ci-dessous d’un commerçant qui travaille avec l’Indonésie. Inquiétant !

    "Chers clients bonjour,
    Nous revenons vers vous en rapport de la situation en Indonésie qui engendre de nombreux retards sur nos productions.
    Le pays qui est devenu l’épicentre de la pandémie au monde est au bord du KO total.
    A ce jour nous avons perdu plusieurs ouvriers décédés du variant Delta sur nos productions et ce en quelques jours
    Plusieurs centaines d’entre eux sont touchés par ce virus et le manque de vaccins n’arrangent rien.
    Le principal port tourne à 25% de ses capacités par manque de personnel.
    En fait la situation est terrible humainement parlant et devrait empirer dans les semaines à venir car les vaccins en nombre ne vont pas arriver tout de suite.
    Pour ne rien arranger c’est la tranche – de 30 ans la plus touchée à ce jour."

  • Le 4 août à 13:18, par J.J.Kasparian En réponse à : Les anti-vaccins, un mouvement sans frontières

    à M. Lecaussin
    1/ "je ne sais pas de quels biais vous parlez"
    => Le biais dont je parle, c’est la différence entre la réalité, et l’image que nous en donne ce qui est rapporté.
    => J’attire votre attention sur le fait que, par la force des choses, les effets secondaires sont sous estimés, et qu’ils sont d’autant plus sous estimés que leur cause est éloignée dans le temps.
    => Dans les statistiques que vous citez, le nombre d’effets secondaires rapportés est décroissant au fur et à mesure que le temps passe. Cela peut s’expliquer en partie par la sous-estimation croissante des effets secondaires.
    => Les effets secondaires à long terme des médicaments n’entrent pas dans les statistiques ; cela ne veut pas dire qu’ils n’existent pas.

    2/ "depuis que les vaccins existent, c’est ainsi que les effets secondaires se sont manifestés..."
    => J’attire votre attention sur le fait que les "vaccins" à ARN messager ne peuvent pas être directement assimilés aux vaccins ordinaires. Leur technologie totalement nouvelle peut faire craindre des effets secondaires à long terme qui n’existaient pas pour les vaccins ordinaires.

    Bien à vous.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière