Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/4853

par ,

La tentation autoritaire française

Dans deux essais célèbres, l’Absolutisme inefficace et La tentation totalitaire, Jean-François Revel s’étonne du penchant des hommes en général, des intellectuels et des politiques en particulier, à préférer l’autoritarisme aux libertés, la dictature « douce » à démocratie libérale. En effet, en France, à gauche ou à droite, on n’hésite pas à faire des clins d’œil à d’autres formes d’organisation politique et économique en prétextant l’échec du système libéral malgré l’échec et la faillite des économies dirigées et des régimes dictatoriaux au XXe siècle.

Le Parlement soumis et l’étatisme rampant

Des signes inquiétants proviennent même du pouvoir en place et de sa réforme des institutions, comme le montre très bien l’article de Jean-Philippe Delsol. Au lieu de donner plus de pouvoir de contrôle des dépenses publiques au Parlement, comme c’est le cas dans d’autres pays, cette réforme le rend encore plus inutile. Pourquoi avoir fait campagne pour une Assemblée issue de la société civile, si c’est pour la museler ? Par ailleurs, une vraie réforme des institutions serait d’accorder une vraie place, dans le processus réformateur, à la société civile et à l’individu. Il n’en est rien et le débat télévisé auquel s’est livré le président Macron le soir du 15 avril a confirmé nos craintes. Au-delà de quelques situations grotesques face aux deux « journalistes » improvisés, on a surtout constaté le fait que Macron reste fidèle à son étatisme : aucune réforme libérale importante n’est prévue. Au contraire, c’est l’Etat qui va s’occuper de tout : retraite, fiscalité, dette de la SNCF, c’est l’Etat (les contribuables) qui va payer !

La même tentation étatiste et autoritaire est présente chez une grande partie de la droite empêtrée dans une sorte de gaullisme réchauffé. On nous ressort les mêmes objections sur l’échec de l’économie libérale - comme si la France avait déjà connu une économie de type libéral – et on nous propose de nouveaux « modèles ». En plus du « poutinisme » et de son régime autocratique qui s’appuie sur une économie mafieuse et tiers-mondiste et qui, pour le moment, a fait ses preuves dans l’empoisonnement des adversaires politiques et des journalistes, dans la conquête des territoires et le « hacking » sur internet, on a fait une autre trouvaille.

L’économie hongroise est beaucoup plus libérale que celle française

Après le libéralisme « sauvage », l’ « ultralibéralisme » et le « néolibéralisme », nous avons droit à l’ « illibéralisme ». Un libéralisme sans limites ? En réalité il s’agirait d’un système plutôt autoritaire, en tout cas, très encadré, afin de maîtriser les « dérives libéral-progressistes ». L’exemple donné est celui de Viktor Orban en Hongrie (et aussi, mais plus rarement, celui de Trump aux Etats-Unis). Quelques précisions s’imposent. Plus de 70 % des Hongrois ont voté en faveur des deux partis anti-immigration. La Hongrie d’aujourd’hui est un pays qui s’est opposé à la demande de Bruxelles d’accueillir des réfugiés sur son territoire. Son « illibéralisme » - si c’est cela le terme – s’arrête bien là. Son économie, elle, n’est pas moins libérale que celle de la France ; elle l’est autrement : il existe une flat tax à 15 % pour les contribuables et à 9 % pour les sociétés (IS), le plus bas de l’Union européenne ! C’est un petit pays mais l’un de ceux qui attirent le plus d’investissements. Regardons notre poutre avant de critiquer la paille des autres.

Il existe en effet, dans ces pays de l’Est, des réactions électorales - populistes ou pas – générées par la peur, celle des immigrés musulmans mais aussi celle des mesures « progressistes » comme le mariage homosexuel ou la PMA et la GPA. Contrairement à ce que pense une partie de la droite française, il ne s’agit pas d’une contestation de l’économie libérale. Il vaudrait mieux parler de réaction « anti-libertaire » et non pas « illibérale ». A l’époque de la mondialisation, ce sont les vraies réformes économiques libérales qui sauveront la France et ces pays anciennement de l’Est, pas la tentation autoritaire qui est vouée à l’échec comme le gaullisme en son temps.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Les Mémoires de Revel pour mieux comprendre l'actualité

Indice des libertés humaines : la France toujours très loin du podium


Classement du « bonheur » par pays :
la France est seulement 23ème !

Les Désillusions de la liberté
Par Pierre Bentata, Les Editons de l’Observatoire, 2017



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (2)

Dictature ?

le 17 avril, 05:02 par Laurent46

Pour cela il ne faut pas aller très loin, il suffit de regarder l'image ci-dessus de Macron, il en existe d'ailleurs d'autres qui ont déjà fait la Une de nombreux magazines et de comparer son comportement, gestes et tête avec les images et comportements des derniers dictateurs que l'Europe a connues. Nul besoin d'autres actes pour s'en convaincre davantage.

- Répondre -

Le résultat d'une évolution

le 17 avril, 13:28 par Dominogris

On pense souvent que les dictatures arrivent brutalement et par la violence. Ce que nous vivons montre que ce n'est pas toujours exact. L'emorise sans cesse gandissante de l'Etat a largement préparé le terrain, avec une acélération durant le quinquennat précédent, en ce sens que des décisions ont été prises par la gauche pour empêcher l'alternance. Et M. Macron est pleinement étatiste, donc dans cette lignée, même si M. Hollande aurait préféré se représenter. On peut lire à ce sujet l'ouvrage de M. Alliot-Marie "la tentation totalitaire de la gauche".

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies