Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Flashcode 2 url IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/5356

par ,

La France se porterait bien mieux sans les propositions du Cercle des économistes !

Réunis à Aix en Provence pour les 19èmes Rencontres économiques et après avoir longuement réfléchi et débattu, les économistes, avec à leur tête Jean-Hervé Lorenzi, ont trouvé les solutions pour dynamiser la France. Pour eux, la révolte des Gilets jaunes devrait inciter le gouvernement à « retisser du lien social et revitaliser les territoires ». Donc plus d’interventionnisme et non pas moins de taxes et de prélèvements comme l’avaient demandé les « vrais » Gilets jaunes. Ensuite, « les partenaires sociaux doivent retrouver toute leur place dans la réforme de l’assurance chômage et des retraites ». Le gouvernement devrait organiser avec eux une « grande conférence sur l’emploi de demain ». Comme si l’on n’avait pas déjà fait cela des dizaines de fois. Avec les résultats que l’on connaît. On peut se demander aussi à quoi bon s’occuper de l’économie si les partenaires sociaux décident de tout… Supprimons donc le Cercle des économistes !

Mais avant cela, jetons quand même un œil sur d’autres propositions du Cercle, toutes plus originales les unes que les autres. Il faut – cela va de soi ! – s’attaquer aux « géants du numérique », ces salauds de GAFA. Les taxer c’est bien, les « démanteler » c’est mieux ! Après cela, il faudrait mettre sur pied une « instance de contrôle des informations véhiculées par Internet » et Bpifrance devra « créer un fonds destiné aux start-up dans le domaine du numérique ». En fait, il s’agit de tuer les GAFA américains tout en utilisant l’argent des contribuables pour susciter l’apparition de GAFA français ! Drôle de façon de concevoir la concurrence.

Et ce n’est pas fini ! Il reste la fameuse « transition écologique ». Pas de problème pour les grosses têtes du Cercle des économistes, qui préconisent de « lever un grand emprunt financé et garanti par l’Union européenne » et de « laisser filer les déficits publics pour sauver la planète » ! Il fallait y penser. Mentionnons aussi l’idée de lancer un « Congrès de Genève » en matière d’échanges commerciaux, de taux de change et de circulation de capitaux, ainsi qu’une « Agence de coopération franco-allemande » sur le climat et les politiques commerciales et économiques européennes.

A moins d’une grande catastrophe, il y a peu de chances que l’Allemagne soutienne ces propositions de « coopération ». La France, elle, a l’habitude de ce genre de « solutions » et des conséquences catastrophiques sur son économie. Faut-il rappeler que la plupart de ces économistes, en commençant par M. Lorenzi, ont soutenu la politique économique de François Hollande dans un Appel célèbre publié dans le quotidien Le Monde ? Petit jeu, essayons d’imaginer comment se porterait la France sans les idées du Cercle des économistes …

Partager cet article :

Autres lectures ...

L’Etat ne doit pas s’occuper des associations, ni des bénévoles !

Comment Macron étatise encore plus la France


Le pacte productif, dernier avatar du dirigisme français ?

« Notre administration est la fille du gouvernement de Vichy »



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies