Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Articles > En plus des dépenses et des taxes, Biden adore aussi les réglementations : (...)

En plus des dépenses et des taxes, Biden adore aussi les réglementations : 7492 pages de plus en un seul mois !

mercredi 15 septembre 2021, par Nicolas Lecaussin

Nous l’avons déjà écrit, le président Biden aime dépenser l’argent des contribuables et augmenter les taxes et les impôts. Mais cela ne lui suffit pas. Il adore les réglementations. Rien qu’au mois d’août, lorsque la plupart des gens sont à la plage, le Code des réglementations a grossi de…7492 pages, pas moins !

Ça occupe les fonctionnaires !

Le Federal Register est le journal officiel du gouvernement fédéral des États-Unis, qui contient les règles des agences gouvernementales, les règles proposées et les avis publics. Il est publié tous les jours de la semaine, sauf les jours fériés fédéraux. Une publication quotidienne permet aussi de le compléter. Ces 7492 pages ajoutées en août concernent des réglementations et des normes nouvelles dans pratiquement tous les domaines et tous les secteurs d’activité. Certaines sont complètement incompréhensibles, d’autres totalement farfelues. Les fonctionnaires s’en soucient probablement comme d’une guigne, ça les occupe et plutôt bien, puisque leurs cogitations vont compliquer la vie des citoyens. Voici quelques exemples pris un peu au hasard :

Le département « Fish and Wildlife Service » a publié un plan visant à protéger une sous-espèce de plante qui pousse sur une rangée de collines dans un comté de l’État de Washington. Une autre sous-espèce est plus commune. La différence la plus distinctive, selon la fiche d’information de l’État, est que l’une a des "tiges pédonculées", tandis que l’autre a des "tiges non pédonculées » (trad de l’anglais).

2 269 pages pour construire 8 km de route

La « Federal Highway Administration » a approuvé un plan d’extension de l’Interstate 405 . . . entre la borne kilométrique 21.79 et la borne 27.06. Pourquoi a-t-il fallu plus d’un an pour approuver 5,27 milles de construction de routes ? Parce que cela ne pouvait être fait avant l’achèvement d’un contrôle environnemental qui, au terme de 2 269 pages publiées en juillet dernier, a conclu que la nouvelle route ne sera pas dangereuse pour l’environnement.

Le ministère de l’Énergie a publié un « avis supplémentaire de proposition de réglementation » pour clarifier la « procédure de test d’un four à micro-ondes doté d’une fonction connectée » (c’est-à-dire au réseau Wifi).

L’Administration du commerce international a publié une conclusion selon laquelle la marque La Molisana a vendu des pâtes d’Italie à un prix inférieur à la valeur imposée par la loi, c’est-à-dire à moins 1,61%. Et cela de juillet 2019 à juin 2020.

L’Internal Revenue Service (le Bercy américain) a annoncé qu’il organiserait des réunions pour solliciter des « suggestions pour améliorer le service client » (nos Grands Débats feraient-ils des envieux ?).

Le président Biden aurait-il pour ambition de concurrencer la France sur son terrain de prédilection ?

L’IRS a aussi effectué des enquêtes spécifiques sur ce que pensent les Américains du formulaire 8621, « Actionnaire d’une société d’investissement étranger passive » ainsi que de la section 48(a)(3)(D) du code des impôts et sur la « qualité pour les petites propriétés éoliennes ».

Le « National Marine Fisheries Service » a autorisé l’État de l’Alaska à « harceler accidentellement » des mammifères aquatiques pendant la construction d’une installation pour les hydravions. Les mammifères (surtout les phoques) seront heureux d’apprendre que cette approbation ne couvre que le "harcèlement de niveau B", y compris le bruit sous-marin.

Le département d’État a publié un catalogue de cadeaux diplomatiques reçus par des fonctionnaires américains en 2019, qui étaient supérieurs à la valeur légale, ce qui en fait une propriété fédérale. Mis à part une bouteille de whisky, le Vietnam a donné au président Trump une « peinture du président Donald J. Trump », le Canada a donné à Mike Pence des « boutons de manchette en météorite ».

Ce ne sont évidemment que quelques exemples parmi des dizaines ou des centaines d’autres on ne sait, car il faudrait des mois pour décortiquer ces milliers de pages. A titre de comparaison, sous la présidence de Trump, le Federal Register est passé de 95 894 pages en 2016 à 61 308 pages en 2018 (34 000 pages en moins). Fin 2018, on a constaté que, pour chaque réglementation adoptée, l’administration Trump en a supprimé 22 en moyenne. Joe Biden semble vouloir s’appliquer à retricoter tout ce qui avait été détricoté. Aurait-il pour ambition de concurrencer la France sur son terrain de prédilection : la bureaucratie, les normes et les réglementations ? Bon courage aux Américains !

https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/article/En-plus-des-depenses-et-des-taxes-Biden-adore-aussi-les-reglementations-7492-pages-de-plus-en-un

Vos commentaires

  • Le 16 septembre à 04:25, par BJ En réponse à : En plus des dépenses et des taxes, Biden adore aussi les réglementations : 7492 pages de plus en un seul mois !

    Vous reprochiez aux médias leur acharnement contre Trump, à raison, mais est il nécessaire de votre part d’en faire autant avec Biden ?
    On a bien compris que c’était un socialiste woke, avec tout ce que ça impliquait. Si on a droit à un article à chaque fois qu’il suit sa logique à la c... les 3 prochaines années vont être longues.

  • Le 16 septembre à 05:24, par Serge GRASS En réponse à : En plus des dépenses et des taxes, Biden adore aussi les réglementations : 7492 pages de plus en un seul mois !

    Ce n’est pas une concurrence avec la France, mais la mise en pratique des mêmes directives de ceux qui veulent contrôler le monde en soumettant les peuples. Ces harcèlements textuels ont pour objet de copier la charia qui soumet les musulmans.

  • Le 16 septembre à 05:34, par Laurent En réponse à : En plus des dépenses et des taxes, Biden adore aussi les réglementations : 7492 pages de plus en un seul mois !

    Il faut croire que le seul qui avait les pieds sur terre était Trump. L’idéologie. Tous ces politiques deviennent fou à lier. Dès qu’ils ont une tendance socialiste il n’y a que des contraintes et des taxes. Je ne voudrais même pas évoquer la folie furieuse des groupuscules extrémistes comme les écolos auxquels on devrait interdire simplement de parler pour ne pas dire respirer qu’ils peuvent encore très bien faire malgré la soit disant pollution extrême.
    Les hommes deviennent fou et vont se détruire deux même. Parfois, et c’est difficile à dire, la guerre tous les 50 ans qui avait au moins le privilège d’éliminer tous ces parasites et extrémistes qui peuplent régulièrement le monde.

  • Le 16 septembre à 08:12, par Nicolas Lecaussin En réponse à : En plus des dépenses et des taxes, Biden adore aussi les réglementations : 7492 pages de plus en un seul mois !

    Bonjour,
    mais y-a-t-il l’acharnement des médias contre Biden ?? Le problème est là. Deux poids, deux mesures. C’est pour ça qu’on critique - avec des arguments - l’administration Biden.
    Cordialement

  • Le 16 septembre à 09:09, par Aristide Wargos En réponse à : En plus des dépenses et des taxes, Biden adore aussi les réglementations : 7492 pages de plus en un seul mois !

    Je pensais qu’aux championnats du monde de paperasserie, la France était largement médaille d’or, mais je vois que la concurrence américaine est sérieuse. D’autant plus, qu’il faudrait regarder les législations des États, notamment démocrates (je pense à la Californie et à l’Oregon, j’sais pas pourquoi...), qui en rajoutent une couche. Feue l’Union soviétique semble ultralibérale, maintenant !

  • Le 16 septembre à 09:35, par Obeguyx En réponse à : En plus des dépenses et des taxes, Biden adore aussi les réglementations : 7492 pages de plus en un seul mois !

    Et voilà ! Bravo Nicolas (je me permets de vous nommer par votre prénom, c’est dire si j’apprécie ce que vous écrivez). Trump était soi-disant la lie de ce monde, on s’aperçoit, très vite, que Biden est bien pire. Je le répète, j’ai rencontré Trump au début des années 90 et j’ai été, à l’époque, impressionné par le personnage qui dégageait un certain charisme qu’on ne trouve pas souvent. J’ai rencontré un homme d’affaires qui m’a semblé brillant. Lorsqu’il est venu en politique, je me suis posé quelques questions de l’ordre : que vient faire-t-il dans ce bourbier ?, s’il réussit, ça va pas être triste. Bilan : le peuple y a trouvé son compte, les autres (les parasites et ceux qui savent toujours tout) n’ont eu de cesse de le démolir. Je crois qu’ils n’ont pu y arriver qu’en trichant ! Comme en 2017, chez nous, avec Fillon. Tout cela est toujours l’oeuvre des socialistes (je dirais, au risque de déplaire : comme en 40).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière