Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Flashcode 2 url IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/5315

par ,

Ecologisme, socialisme, étatisme, marxisme, nationalisme
ou les gagnants des élections européennes

Dans une Tribune publiée sur le site du Figaro, l’actuel président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, ainsi que plusieurs anciens présidents de l’AN, François de Rugy, Claude Bartolone, Patrick Ollier, Jean-Louis Debré et Louis Mermaz, s’insurgent contre ce qu’ils appellent « l’ingérence étrangère dans les élections européennes ». D’après eux, une personne, Steve Bannon, essaie, « depuis un palace parisien », d’ « influencer les élections ». Les personnalités signataires tirent des conclusions bizarres et inquiétantes sur la présence de ce personnage, autrefois conseiller du président Trump mais qui ne l’est plus depuis août 2017. La démocratie française serait-elle si malade qu’un simple individu puisse la manipuler à partir de sa chambre d’hôtel ? Si c’était vrai, on pourrait commencer à se poser des questions sur la résilience et la représentativité de l’Assemblée.

En fait, les auteurs profitent de l’occasion pour tirer au canon sur les « États-continents militarisés » qui « vassalisent les peuples ». « Plus jamais notre continent ne sera un champ clos où s’affrontent des géants » écrivent-ils. Sauf que l’un de ces « géant », celui qui est mis en cause, a protégé la France depuis 1945. Si Messieurs les présidents de l’Assemblée nationale ont pu profiter de la démocratie, c’est justement parce que le géant américain a libéré la France et ensuite a veillé à ce que le pays ne tombe pas sous l’occupation de l’empire soviétique. Toujours selon les auteurs de la tribune, « Les méga-puissances économiques et militaires d’aujourd’hui ont peut-être envie d’exercer une sorte de protectorat sur de petits États, fragilisés, divisés, balkanisés ; nous ne voulons pas d’une telle fragmentation. » Tout à fait respectable comme souhait mais leur mémoire flanche. C’est un ancien président français, Jacques Chirac, qui est allé demander de l’aide au « géant » américain pour mettre fin à la boucherie dans les Balkans, en Europe. Si balkanisation il y a, ce sont les pays européens qui en sont responsables.

Et si le nationalisme est fort en France, ce n’est sûrement pas grâce aux prouesses de M. Bannon. Ce n’est pas lui qui a contribué à l’ascension du Front national depuis les années 1980, ni au succès de Jean-Marie Le Pen arrivé au deuxième tour des élections présidentielles de 2002. Le Rassemblement National a remporté les élections européennes non pas grâce à M. Bannon mais à cause de l’aveuglement et de l’incompétence des politiques incapables de réformer un pays. De gauche ou de droite, ils ont nourri un Etat omnipotent mais impuissant, ils ont écrasé les créateurs de richesses sous le poids des taxes et des impôts jusqu’à les faires fuir et ils ont repris en chœur les slogans antilibéraux, antiaméricains, antieuropéens et antimondialistes tout en refusant de reconnaître l’échec de leurs propres politiques publiques.

Nous connaissons aujourd’hui les résultats, qui ne sont pas surprenants. Durant cette campagne européenne, aucun candidat, aucun parti ne s’est prononcé en faveur des libertés, de l’individu et de la société civile. Tous – les 34 listes en lice ! – ont fait des promesses de « protection » comme si les Français étaient des enfants. Plus de trois quarts des candidats se sont réclamés du marxisme économique et aucun ne s’est prononcé pour plus de privatisations, moins d’Etat et de fonctionnaires, plus de responsabilités. La gauche française est toujours marxiste, comme les nationalistes d’ailleurs, les écologistes sont des bolchéviks et la droite, maintenant tétanisée au seul mot de « liberté », demande même plus d’interventionnisme ! Les résultats des élections européennes reflètent le terrible échec de la politique française et sa pathologie antilibérale.

Partager cet article :

Autres lectures ...

L’Europe centrale : une leçon d’optimisme pour le libéralisme en Europe

Que pourra accomplir Thierry Breton à la Commission européenne ?


Rejet de Sylvie Goulard : le mépris et l’arrogance

Jacques Chirac, le symbole de la droite antilibérale



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (2)

Tristesse

le 28 mai, 11:03 par FOUCHE

Il faut aller jusqu'au bout de l'expérience marxiste pour que les français en soit guéri pour toujours. Quelle tristesse !

- Répondre -

Petite correction svp

le 28 mai, 22:25 par Chemsi

Bonsoir,
Vous n’avez pas étudié le programme de UDLEF.fr. Vos qualificatifs ne correspondent pas aux fondamentaux de l’Udlef . Nous avons dans notre programme par exemple l’harmonisation fiscale/sociale qui passe par la fin du monopole illégal de la sécu, responsable des 4D, de la désindustrialisation massive française.
Il vous est donc impératif de nous soustraire des 34 étatistes, communistes et autres qualificatifs.
Nous sommes à votre disposition pour d’éventuelles précisions.
Bien cordialement

Dr Faraj Chemsi

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies