Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Flashcode 2 url IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/5663

par ,

Du syndrome chinois au professeur Raoult

L’idée que le Covid 19 se soit échappé d’un laboratoire de Wuhan semble possible, même si elle n’est pas encore totalement démontrée ni admise par le gouvernement chinois. Le site chinois antigouvernemental The Epoch Time a publié un documentaire d’investigation très circonstancié produit par l’équipe chinoise NTD de New York sur l’origine du Coronavirus dans ce laboratoire de Wuhan. Nous ne pouvons pas imaginer que ce virus ait été dispersé volontairement, mais le danger existe toujours qu’un laboratoire de recherche laisse s’échapper un mauvais virus par une erreur, très grave, de procédure.

C’est peut-être ce qui s’est passé. Peut-être pas, mais l’idée en est accréditée par les manœuvres utilisées par le gouvernement chinois pour cacher les problèmes liés au virus, jusqu’à emprisonner les professionnels de santé qui en avaient parlé. Il est choquant que ce gouvernement ait pesé sur l’OMS pour minimiser l’épidémie, empêché l’information de circuler jusqu’à la mort du médecin local qui avait donné l’alerte, caché le nombre de malades et de morts, menti au niveau international jusqu’à obliger le gouvernement français à recadrer l’ambassade de Chine en France…. Le coronavirus témoigne de ce que reste et restera toujours un Etat totalitaire, trompeur, meurtrier, liberticide. Puisse cette crise ouvrir les yeux de tous ceux que la Chine essaie de soumettre à ses charmes ou à sa force dans le monde au travers de ses routes de la soie ou de ses viles promesses de contrats commerciaux.

Puisse aussi nos démocraties retenir la leçon pour éviter de tomber dans le piège de la tyrannie administrative qui n’est qu’un pâle reflet du système totalitaire chinois, mais qui marche sur ses brisées. L’histoire de l’hydroxychloroquine en est l’illustration. Nous ne sommes pas médecin et encore moins spécialisé en virologie. Il ne s’agit donc pas de juger de la pertinence de tel ou tel traitement. Mais nous observons les faits.

Si le plaquenil, nom commercial de la chloroquine, était en vente libre avant le 13 janvier 2020, c’est qu’il n’était pas dangereux. Au demeurant, il ne paraît pas anormal qu’il ait été classé différemment s’il vaut mieux que ce médicament soit administré sous contrôle médical. Mais sous ce contrôle médical, pourquoi ne pas en permettre l’usage à ceux qui le souhaitent dès lors qu’un certain nombre de médecins sérieux considèrent que c’est une option possible pour réduire la charge virale du Covid ? D’autant que nous n’avons guère de solutions alternatives même si déjà quelques laboratoires semblent près du but. Bien sûr, il est toujours préférable de pouvoir tester selon les méthodes scientifiques habituelles, mais celles-ci sont longues et nous n’avons pas le temps. Pasteur a gagné sa renommée en soignant en 1885 un enfant de la rage, Joseph Meister, avec un traitement qui n’était encore qu’expérimental et qu’il a décidé d’administrer en considérant en conscience que son patient avait plus de chances de survie en procédant à cet essai qu’en s’en abstenant par crainte qu’il soit nocif (cf. Valeurs Actuelles 9/04/20). Notre société est devenue allergique au risque, à l’intuition du sachant, à l’engagement personnel dans un monde collectif…. C’est au fond ce que nous croyons nécessaire de souligner et dénoncer au-delà de la question de savoir si le professeur Raoult a ou non raison.

Si la croissance faiblit dans le monde depuis 40 ans, c’est parce que la liberté y est de plus en plus muselée. Non pas qu’elle y soit vraiment bâillonnée, sinon en Chine et chez ses amis coréens, cubains, vénézuéliens notamment, mais elle est empesée par des réglementations excessives, assujettie à des couches successives de fonctionnaires scrupuleux et aussi jaloux de leurs prérogatives qu’attentifs à protéger leur responsabilité personnelle, assujettie à un Etat qui veut penser pour nous, nous protéger malgré nous, et qui entrave nos initiatives. C’est une réduction chinoise en quelque sorte dont il faut d’ailleurs craindre qu’elle puisse grossir.

Le professeur Raoult n’a peut-être pas raison, même s’il semble loin d’avoir complètement tort, mais il apparaît comme un héros du courage, du risque, de la liberté de pensée contre la nomenklatura médicale et technocratique furieuse de voir ses prérogatives contestées. Il est au fond un rempart contre le syndrome chinois que déjà notre société laisse apparaître. A ce seul titre, déjà il mérite d’être soutenu.

Partager cet article :

Autres lectures ...

StopCovid : quelle efficacité ? Quel coût pour les libertés individuelles ?

Cliniques privées et ARS : une mésentente typiquement française


Coronavirus : trois fois plus de morts dans les pays confinés que dans les pays non-confinés

Face au coronavirus, l’État n’est pas notre ami



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (7)

Affligeant.

le 21 avril, 10:14 par Eric Jallas

Cher Maitre,
Vous imaginez-vous capable de plaider sérieusement chaque jour ouvré d'une année ? J'imagine que non. Pourtant Mr Raoult a pu publier un article scientifique par jour ouvré en 2012 (voir : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed ... faire une recherche sur son nom)... Seriez-vous prêt à fabriquer des preuves pour défendre vos clients ??? Et pourtant c'est ce que fait Mr Raoult et son équipe... (⚠️ <html>https://pubpeer.com/publications/4608D42F05A64C8CC261791FBF0E8B?utm_source=Firefox&utm_medium=BrowserExtension&utm_campaign=Firefox</html> c'est juste l'un des rares exemples disponibles).
Par ailleurs vous le comparer à Pasteur et son expérimentation sur la rage en oubliant qu'avant de généraliser la vaccination rabique, Pasteur c'est assuré que ses hypothèses étaient vérifiées (par ailleurs la rage non soignée est mortelle à 100% alors que le coronavirus non soigné ne tue que dans 0.5% des cas...). De son côté Mr Raoult n'a rien vérifié, il s'est même assuré de ne pas pouvoir vérifier en refusant de respecter un simple protocole de comparaison, et il a généralisé son idée à plusieurs milliers de personnes entrainant un surcroit d'accident cardiaque (+500%) sur la population traitée, ceci sans aucune garantie d'efficacité. Si demain l'un des patients victimes du traitement de Mr Raoult vient vous voir pour que vous l'accompagnez dans une procédure contre Mr Raoult, allez-vous lui dire "Tant pis pour vous, Mr Raoult est un héros" ???
Bref vos références à Mr Raoult détruisent toute votre argumentation qui par ailleurs n'en avait pas besoin. Vous êtes avocat, donc légitime, je suppose, pour parler du droit. Laisser donc, s'il vous plaît, les scientifiques parler science et faites leur confiance quant à plus de 90% ils vous disent (et le démontrent) que Mr Raoult n'est pas un scientifique mais un âne, mégalo et sans éthique, et que son traitement est inutile et dangereux. En faisant ainsi vos servirez plus les idées défendues par l'IREF qu'actuellement. Cordialement,
Eric Jallas, PhD.

21 avril, 14:31 - Virginie Lottier

J'approuve totalement les propos de M. Jallas.

23 avril, 20:20 - Dominogris

J'observe que, bien souvent les critiques sur le traitement dérivent en attaques ad hominem, ce qui n'est pas très scientifique.
Je remarque également que cette façon de faire - cariaturer, diaboliser - est utilisée systématiquement pour éluder des débats de fond afin d'imposer une pensée unique, de l'immigation at réchauffement climatique en passant par l'européisme et autres sujets sur lesquels le manichéisme a évacué les nuances et les incertitudes du réel.
Je perçois enfin que tous ces sujets ont un point commun, l'unanimité des médias.

- Répondre -

promotion du professeur Raoult

le 21 avril, 12:42 par Soquartz

Cher Monsieur, le professeur Raoult sans aucune preuve scientifique fait croire à tous qu'un traitement miracle existe. Et empêche la réalisation d'essais cliniques qui permettraient de faire émerger une ou plusieurs molécules efficaces et qui manquent cruellement. Les patients ne veulent pas être intégrés dans les études sérieuses. C'est très grave. Et promouvoir ce type d'attitude est très grave aussi. C'est navrant, désolant, affligeant.
Cordialement.

- Répondre -

Peut-être que...

le 21 avril, 15:50 par chris

...le Professeur Raoult n'a pas raison mais il a permis de mettre la lumière sur les pratiques financières scandaleuses des labos surfacturant leurs produits et payant des médecins pour vanter leurs drogues !
Rien que pour ça, le Professeur Raoult je lui tire mon chapeau !

- Répondre -

Soutenons le Pr Raoult

le 23 avril, 17:52 par Dominogris

Mais n'oublions pas qu'il soutient, sans doute à juste titre, la recherche chinoise, et plus généralement asiatique.
L'efficacité de la chloroquine sur le coronavirus SRAS-Cov au stade précoce a été établie par 3 études de très haut niveau à la disposition gratuite de tous par internet depuis 15 ans. Ces études ne pouvaient être ignorées des chercheurs et de l’OMS.
Le SRAS-CoV2 est très proche de celui de l'épidémie de 2003 (comme annoncé par les autorités sanitaires chinoises et l'OMS dès le 9 janvier 2020). C'est cette épidémie de 2003 qui avait engendré ces recherches publiées en 2004 (Universités de Pennsylvanie et de Louvain) et 2005 (CDC d'Atlanta et institut de recherches cliniques de Montréal).
Il a fallu deux ans et neuf mois à 19 scientifiques de très haut niveau de quatre universités pour parvenir à ce résultat. Résultat sur lequel les chercheurs chinois se sont basés pour traiter des malades avec du phosphate de chloroquine dès février 2020, ce qui a donné lieu à une publication avancée le 17 février . A la suite de quoi, le Pr Raoult a repris ces résultats en associant l'hydroxycloroquine à un antibiotique pour davantage d'efficacité.
Au vu de ces résultats, on aurait pu au moins s'interroger sur la pertinence de traiter le personnel médical avec de faibles doses quotidiennes d'hydroxycloroquine afin de le protéger du virus.
Ce qui interroge est le refus réitéré d'utiliser ce traitement au stade précoce de la maladie comme l'indique le décret du 26 mars, qui s'ajoute d'une part, à l'impossibilité pratique de le faire à cause de l'arrêté du 13 janvier, d'autre part à la campagne médiatique massive visant à discréditer le Pr Raoult.
Ajoutons le silence médiatique sur les autres traitements efficaces, l'injonction faite aux médecins de laisser les patients chez eux avec du paracétamol sauf si ça s'aggrave (et ça s'est aggravé...) et il y a de quoi ouvrir une commission d'enquête...

- Répondre -

Le Professeur Raoult

le 12 mai, 11:44 par Teisserenc

Les sciences avancent à coups d'hypothèses. Qu’une nouvelle hypothèse soit lancée, laissons son ou ses auteurs la développer. Et tout ira mieux pour l’approche de la vérité. Toute polémique est stérilité.

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies