Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Articles > Covid : 750 000 prisonniers en Ephad

Covid : 750 000 prisonniers en Ephad

dimanche 31 janvier 2021, par Jean-Philippe Delsol

Il y a en France environ 750 000 personnes âgées vivant en Ehpad ou autres maisons de retraite. Par une note en date du 19 janvier 2021 les ARS ont enjoint ces établissements médicaux-sociaux de renforcer les mesures de sécurité en leur sein. Ils ont en particulier prescrit que dans tous les établissements, les sorties dans les familles et pour des activités extérieures soient suspendues jusqu’à nouvel ordre. Ce sont donc 750 000 prisonniers assignés à résidence par diktat technocratique.

Une simple décision administrative pourrait donc décider de la liberté des personnes âgées, et pourquoi pas demain des enfants, des handicapés et bientôt de nous tous. C’est le début du despotisme. Les Ehpad sont transformés en maison d’arrêt pour innocents. C’est la prison Saint Lazare sous la Terreur. Le prétexte est que le virus évolue, mais comme il évolue sans cesse, il se pourrait que tous les résidents meurent avant d’avoir été libérés de ces mesures de coercition. Est-ce acceptable ?

A dire vrai, les Ehpad sont complices de cet enfermement auquel ils consentent sans se poser de questions. Car s’ils s’en posaient, ils remettraient de telles décisions en cause.

Les ARS vont au-delà du droit

En toute hypothèse, les ARS n’ont pas compétence pour édicter des normes contraignantes à l’égard des personnes. Seul le ministre ou le préfet le peuvent, ce que disent les textes en vigueur :

L’Article L3131-1 du Code de la santé publique, modifié par LOI n°2020-546 du 11 mai 2020 - art. 8, prévoit que le ministre peut prendre des mesures d’urgence en cas de menace sanitaire grave appelant des mesures d’urgence, notamment en cas de menace d’épidémie. Il peut alors habiliter le représentant de l’Etat territorialement compétent à prendre toutes les mesures d’application de ces dispositions, y compris des mesures individuelles. Ces dernières mesures font immédiatement l’objet d’une information du procureur de la République. Mais les ARS n’ont pas cette compétence. Elles sont chargées par l’article L1431-2 du Code de santé publique :
« 1° De mettre en œuvre au niveau régional la politique de santé publique définie en application des articles L. 1411-1-1 et L. 1411-2, en liaison avec les autorités compétentes dans les domaines de la santé au travail, de la santé scolaire et universitaire et de la protection maternelle et infantile.

« A ce titre :

a) Elles organisent, en s’appuyant en tant que de besoin sur les observatoires régionaux de la santé, la veille sanitaire, l’observation de la santé dans la région, le recueil et le traitement des signalements d’événements sanitaires ;
b) Elles contribuent, dans le respect des attributions du représentant de l’Etat territorialement compétent, à l’organisation de la réponse aux urgences sanitaires et à la gestion des situations de crise sanitaire » …

Ainsi, selon les observations du Sénat [1], si les ARS disposent naturellement d’un rôle majeur dans la gestion des crises sanitaires, l’article L. 1431-2 du code de la santé publique, qui prévoit leurs missions, circonscrit clairement ce rôle en rappelant qu’elles contribuent à l’organisation de la réponse aux urgences sanitaires et à la gestion des situations de crise sanitaire, mais qu’elles ne les réglementent pas. S’il en était autrement, ce serait la dictature possible d’entités purement administratives selon un modèle qu’ont connu et connaissent encore des régimes qui ignorent l’état de droit.

Les nouveaux docteur Knock

Les ARS ne peuvent pas imposer des réglementations attentatoires des libertés, particulièrement lorsque les risques ont été écartés par le suivi des politiques de vaccination qu’elles recommandaient et que les gestes et préventions conseillés sont respectés.

Car le pire est que cette nouvelle politique d’enfermement administratif est imposée dans des Ehpad dont la quasi-totalité des résidents a déjà eu le virus et ont été au surplus vacciné en même temps que la totalité du personnel. Alors, à quoi sert le vaccin ? Ces mesures vont bien entendu altérer la santé physique et mentale de nombreux résidents et peut-être en faire mourir certains. Comment peut-on s’acharner ainsi au risque de tuer les « vieux » pour les empêcher d’être malades ? La réponse est peut-être que les ARS sont comme le docteur Knock de Jules Romain qui, moins que des honoraires, voulait établir un paysage "tout imprégné de médecine" sur lequel il règnerait sans partage. Les ARS incarnent la fonction publique qui crée les besoins qu’elle veut ensuite contrôler pour justifier sa fonction. Mais les Ehpad feraient mieux de veiller au grain car en étant les esclaves volontaires des ARS, ils risquent de bientôt faire disparaître tous leurs clients.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/article/Covid-750-000-prisonniers-en-Ephad

[1Rapport remis à M. le président du Sénat le 8 décembre 2020 au nom de la commission d’enquête (1) pour l’évaluation des politiques publiques face aux grandes pandémies à la lumière de la crise sanitaire de la covid 19 et de sa gestion.

Messages

  • Quand on fait l'état de service des services de l'état, nous sommes en droit de nous intérroger sur l'incurie de la technocratie française.
    Le millefeuille qu'elle a crée, rend innaccessible et totalement impénétrable l'administration du pays.L'état s'est totalement englué dans ce qu'il ne faut et ne fallait pas faire.La sur-administration nous prive de toute faculté d'adaptation. C'est aussi cela qui provoque le déclassement d de la France.

  • C'est la République Française à la sauce communiste. Il y a de longues années que l'on dit que les services publics sont trop nombreux ce qui n'a pas empêché les politique ces 5 dernières années des couches supplémentaires d'inutiles comme les grandes régions, les agglomérations et les ARS qui emploient des milliers d'inutiles qui se sentent obligés de justifier leurs places en multipliant les règles idiotes, inutiles et perverses qui nous rapprochent de plus en plus d'un totalitarisme imbécile sans oublier que tous ces inutiles coûtent très cher à la société et crèvent tous les budgets de la santé, de l'État et demandent des revenus nouveaux pour tous ces inutiles de la société dont l'emploi est garanti à vie avec toujours des conditions et horaires de travail bien loin de tous ceux qui triment toute la journée pour créer un peu de richesse dilapidé avant d'exister par tous les inutiles de la République. Dans presque tous les départements de France, les plus gros employeurs sont aujourd'hui les services publics ? Il est impossible qu'une telle situation puisse être durable. Seule solution créer en permanence de nouvelles contraintes des taxes et de la pauvreté jusqu'à l'implosion du système. Dans l'état, les vrais pays communistes connus dans le monde ont des services publics bien moindres que ceux qui sommeillent grassement en France et qui ont la particularité de ne rien savoir fonctionner par "manque de moyens" ! alors que leurs moyens financiers c'est de cela que l'on parle, sont largement au-dessus de toute entreprise privée en-dehors de leur travail, de leur assiduité, fainéantise bien cultivée et de leur très grande prétention de détenir le savoir universel. Le Saint graal Français est de rentrer dans un service public.

  • Moins de bénéficiaires des pensions de retraite, c'est bientôt un retour à l'équilibre ...

  • Les conditions de soins et de traitements humains des aînés en EHPAD est inhumain depuis longtemps et même toujours, à cause du manque de respect des directions, principalement. Ensuite, les conceptions du grand âge est moyen-âgeux. Nos contemporains sont ignards scientifiquement, dont Philosophiquement, la philosophie évoluant à la hauteur de nos connaissances..
    Or, les niveaux d'instruction sont en-dessous du niveau de la mer .... C'est juste lamentable et contre productif. L'immense majorité de nos contemporains raisonnent comme des esclaves ! Ils sont ignards et ne savent rien des réalités biologiques, ni des fabuleuses possibilités scientifiques travaillant sur l'inversion du vieillissement et la valorisation de l'existant.
    L'humain a des possibilités incroyables inexploitées et la science nous apporte des lumières fantastiques sur les possibilités de rajeunissement déjà existantes mais non appliquées par les politiques d'un autre temps.
    Les peuples sont pris en otage de leur ignorance. Ce qui les laisse agir avec barbarie et manque total de respect, même pour eux-mêmes, dans leurs comportements quotidiens....Ajoutons également, les comportements irresponsables et incompétents des ARS qui jouent le jeu paresseux de la collaboration avec le laxisme ambiant des directions d'ehpad, leurs personnels, souvent agressif et sous-développé de l'esprit etc...
    Même chose dans les cliniques et hôpitaux. Manque de respect et compétences... Mon témoignage est issu de constats vécus de longue date. Il n'y a qu'une minorité de soignants à la hauteur des enjeux et du talent nécessaire....
    Manque de moralité généralisée, profitant aux systèmes politiques corrompus.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière