Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Flashcode 2 url IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/5365

par ,

Bolsonaro s’attaque aux retraites privilégiées

Dans certains pays, les privilèges des retraites du public n’existent plus ; dans d’autres, elles sont en train de disparaître. Le Brésil en fait partie. Arrivé au pouvoir en octobre dernier, Jaïr Bolsonaro, que la presse bien-pensante considère ni plus ni moins comme un dictateur, a lancé une série de réformes économiques et fiscales de grande envergure grâce surtout aux conseils de Paulo GUEDES, un économiste reconnu, ancien de Chicago, fondateur de l’Instituto MILLENIUM, think tank libéral d’inspiration « autrichienne ».

Premiers et principaux objectifs : sortir le pays du socialisme et vaincre la corruption qui le gangrène depuis de nombreuses années. Privatisations, ouverture à la concurrence, baisse des impôts ont été les premières mesures lancées par Bolsonaro. D’autres les ont accompagnées, certaines symboliques, comme l’expulsion du terroriste d’extrême gauche Cesare Battisti, coqueluche des intellectuels de gauche ou encore celle des médecins cubains, présents en nombre dans le pays et dont les compétences sont très floues (il y en aurait environ 14 000, envoyés par Cuba qui confisquerait plus de 30% de leurs salaires pour alimenter le budget de la dictature). Bolsonaro a aussi annoncé la « désidéologisation » de l’école brésilienne, un fief du marxisme. Voilà une initiative que pourrait suivre la France ! De même que cette fameuse réforme des retraites qui vient d’être votée par la Chambre des députés et qui prévoit un durcissement des conditions de départ à la retraite avec pour objectif des économies de l’ordre de 265 Mds de dollars sur 10 ans. Les dépenses en faveur des retraites représentent environ 45 % du budget de l’Etat brésilien. Certains régimes mis en place à la fin de la dictature militaire en 1988 accordent même des départs à 40 ans avec un taux plein (presque 100 % du dernier salaire !) et de nombreux autres avantages pour les salariés du public.

La réforme était vitale pour les finances de l’Etat, elle doit encore être approuvée par le Sénat mais la population est majoritairement favorable à la suppression des privilèges. M. Delevoye, dont les recommandations en vue de la réforme des retraites sont normalement attendues ce jeudi 18 juillet, devrait s’intéresser au contenu de la réforme Bolsonaro …

Partager cet article :

Autres lectures ...

Retraite moyenne : + 98 % à la RATP et + 44 % dans la fonction publique d’Etat
(par rapport au privé)

La suppression des régimes spéciaux ou l’échéance insaisissable : 2025, 2040 ou jamais ?


Retraites : la grande arnaque

Monsieur Delevoye et le secret-retraite
Plus de 20 mois de mutisme institutionnel



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (2)

arroseur/arrosé

le 17 juillet, 06:20 par daniel VIGNELLO

Au pays des droits de l'Homme c'est un Haut Fonctionnaire qui est nommé Haut Commissaire ! Les oligarques ne seraient-ils pas des Hommes voire des citoyens libres et égaux ?

- Répondre -

Retraites

le 17 juillet, 21:54 par Tucktuck

Certainement que nous allons lui signifier son congé à ce Macron !

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies