IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Flashcode 2 url IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/5577



Alain Badiou : on oublie les morts et on recommence !

Quel cauchemar ! Je n’aurais jamais cru, il y a trente ans, lors de la chute du communisme, et après avoir choisi de vivre en France, qu’en 2020, il existerait un parti communiste qui proposerait son programme aux Français sans la moindre gêne et des intellectuels qui feraient ouvertement l’éloge de l’idéologie marxiste-léniniste. Le totalitarisme communiste et la montagne de cadavres qu’il a laissé derrière lui bénéficie toujours dans ce pays d’une forme de sympathie qui le rend presque intouchable.

Alain Badiou, le philosophe, l’a très bien compris. Lors d’une émission récente (« La Grande Table », le 20 janvier) sur France Culture, il clame haut et fort que notre salut ne pourrait venir que d’un choix très fort, en « ressuscitant l’hypothèse communiste ». Badiou critique le capitalisme, s’en prend à Macron et à sa politique « libérale » et nous ressert sans l’ombre d’un scrupule la salade de l’idée communiste dévoyée par ses « formes étatiques et despotiques ».

Lire la suite sur le site du Figaro

Partager cet article :

Autres lectures ...

ANTIFA ou la terreur léniniste anticapitaliste
Nicolas Lecaussin,

ANTIFA ou la terreur léniniste anticapitaliste

How to be a Dictator : The cult of personality in the twentieth century
Nicolas Lecaussin,

How to be a Dictator : The cult of personality in the twentieth century

Frank Dikötter - Bloomsbury, 2019


La paix avec les morts
Nicolas Lecaussin,

La paix avec les morts

Rithy Panh (avec Christophe Bataille) - Grasset, 2020

Anne Applebaum : Famine rouge
Nicolas Lecaussin,

Anne Applebaum : Famine rouge



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (1)

Drogue dure

le 4 février, 08:33 par Bernard Mitjavile

On a l'impression que la France n'est toujours pas sortie de l'après guerre marxisante. C'est parfois décourageant. Il s'agit sans doute d'une forme d'addiction, d'une drogue dure pour intellectuels. Quel aveuglement volontaire pour des gens qui se veulent intelligents ! Même quelqu'un comme Eric Zemmour que je trouve en général remarquable dans son émission sur C News soutenait hier les gaspillages du public contre le privé au nom de la France et sa politique industrielle.

- Répondre -

 css js



FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies