Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/2790

par ,

Quand l’Etat se mêle de tout, tout va mal

L’Etat français veut se mêler de tout. « Semez des fonctionnaires, il pousse des impôts » disait Clémenceau. Le dirigisme, c’est la fiscalité. Mais c’est aussi le désordre économique : la pression des corporations, les emplois perdus, la population moins active, l’assistanat pour les uns et le harcèlement pour les autres. La seule vraie réforme, c’est le retrait de l’Etat.

La France ne peut pas vivre sans penser à de nouvelles taxes.

A l’issue du dernier Conseil économique et financier franco-allemand, Pierre Moscovici et Wolfgang Schaüble ont relancé l’instauration d’une taxe européenne sur les transactions financières au taux de 0,1% sur les échanges d’actions et d’obligations.
« Avec la taxe sur les transactions financières, les banques partiront » dit Christian Noyer, membre du Conseil des Gouverneurs de la BCE, Gouverneur de la Banque de France. A dire vrai, les banques ont déjà délocalisé, à Londres notamment, des services entiers et notamment tous ceux qui suivent les marchés. Arnaud Montebourg les a encouragées à quitter la France en disant qu’il était « fier que la BPI fasse une concurrence déloyale au secteur bancaire ».

Après les banques, les entreprises du numérique partiront

Mais elles ne seront pas seules à partir. Les entreprises de l’internet poursuivies par les soupçons du fisc partent aussi. Yahoo vient d’annoncer une réorganisation de ses activités en Europe pour transférer l’essentiel de ses activités en Irlande où le taux d’impôt sur les sociétés est de 12,5%. La France gardera les commerciaux tandis que les fonctions à haute valeur ajoutée iront ailleurs.

La concurrence vue par les taxis

Par chance la France réussira peut-être à disposer de plus nombreux taxis. Le Conseil d’Etat a pris le 5 février la décision de suspendre le décret qui imposait aux véhicules de tourisme avec chauffeurs, VTC, selon le nom de taxi déguisé qui leur est donné, un délai minimum de 15 mn entre la commande d’un client et sa prise en charge. La sagesse des juges administratifs, si elle est confirmée, mettra fin à cette aberration qui voulait imposer aux nouveaux taxis de ne pas travailler pendant un laps de temps suffisant pour décourager leurs clients. Comme si on avait imposé à Gutenberg d’attendre un an avant de livrer un ouvrage imprimé pour laisser le temps aux moines copistes de rester compétitifs !

L’Etat destructeur d’emplois

Plus l’Etat s’en mêle, plus l’activité diminue. Cette loi est universelle. Si l’on se tourne vers les Etats Unis, on apprendra grâce Le Congressional Budget Office, organisme d’étude bipartisan chargé de chiffrer les effets de lois votées par le Congrès, que l’Obama Care va faire disparaître d’ici à 2017 un nombre d’heures travaillées équivalent à 2 millions d’emplois à plein temps. Dans les dix ans à venir la perte sera de 2,5 millions d’emplois. On sait que l’Obama Care est la loi qui oblige les Américains à s’assurer dans un système public obligatoire, ils perdent ainsi le libre choix de leur assurance maladie. Pour échapper à cette loi, , certains employés ont été obligés d’accepter de travailler à temps partiel. Quelle a été la réponse d’Obama ? Il a proposé un salaire minimum en forte augmentation qui à son tour exclura, comme partout ailleurs, certains travailleurs du marché du travail.

L’Etat pousse les seniors à l’inactivité

La France pour sa part favorise le chômage par sa politique laxiste dont les effets se font sentir plus particulièrement à l’égard des séniors. Les plus de 50 ans ont « droit » à trois ans d’indemnité chômage et en profitent bien. Selon le bilan dressé par l’OCDE, 44,5% seulement des séniors français de 55 à 64 ans sont encore en activité alors qu’ils sont 61,25% en Allemagne et 73,1% en Suède. En France, à peine plus d’un sénior sur deux passe directement du travail à la retraite ; les autres passent par la case Pôle Emploi !

Des réformes fiscales « redistributives »

Le gouvernement croit faire diversion en imaginant de nouvelles réformes fiscales qui pourraient conduire à imposer encore un peu plus les classes moyennes et supérieures en supprimant la déduction de la CSG du revenu imposable et les déresponsabiliser en instituant l’impôt à la source. Au travers de ces réformes, ce sont des augmentations d’impôts déguisées qui s’annoncent comme celle, que nous avions dénoncée, de la non déductibilité des primes d’assurance santé complémentaire dont les Français se sont aperçu tardivement, quand la loi de finances pour 2014 était votée. Trop tard !
La dernière grande suggestion est de calculer la taxe d’habitation sur le revenu des ménages : n’est-ce pas « justice sociale » ? Une fois de plus, le principe est de « faire payer les riches », jusqu’à ce qu’il n’y ait plus que des pauvres.

La France du harcèlement fiscal

La croissance française est atone et le restera encore, aussi longtemps que les réformes à venir ne se feront pas dans le bon sens, qui serait de réduire drastiquement les charges fiscales et sociales et de libérer l’économie. Les investissements directs étrangers en France ont chuté de 77% en 2013. La courbe du chômage ne s’est pas inversée.
Tant que M. Hollande n’aura pas compris que la bonne réforme consisterait d’abord à libérer les initiatives des agents de l’économie plutôt qu’à harceler ceux-ci, rien ne bougera. En présentant son initiative d’un pacte de responsabilité, le Président de la République a voulu rassurer ses troupes en disant qu’il ne fallait pas craindre une politique de l’offre parce que c’est l’Etat qui la piloterait. Mais alors précisément, ce ne sera pas une politique de l’offre… et elle échouera. Dommage.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Maxi niches et mini taxes : le grand bazar de la fiscalité française

Plus de robots c’est aussi moins de chômage !


Champions du monde… économique !

La surtaxe d’habitation des résidences secondaires
Que reste-t-il du principe d’égalité des citoyens devant l’impôt ?



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (2)

conservatisme

le 14 février 2014, 19:06 par numapompilius

Nous avons tous (moi le premier) une fâcheuse tendance à nous en prendre à la classe politique
au pouvoir, quelle qu'elle soit, responsable de tous les maux du pays. Mais si nous avions le courage de regarder un peu plus loin que notre nez, force serait de constater que si les politiques agissent de la sorte, "c'est pour ne pas se mettre à dos les électeurs". Et les électeurs
c'est qui ? Devinez ! Il faut croire que c'est nous autres qui, en refusant tout changement, toute
adaptation à ce qui se fait dans le monde, (on ne nous attend pas !!...) nous n'avons au fond, que la classe politique que nous méritons, même si c'est difficile à se l'avouer...

- Répondre -

Propositions concrètes

le 15 février 2014, 10:23 par Astérix

Pendant que tous les autres Pays se redressent, la France patine et s’enfonce dans l’immobilisme et le mensonge, dans l’absence de réformes profondes.

Plus on écrase d’impôts les entreprises et les particuliers, plus on aura du découragement, de l’abandon, du chômage, des faillites et des départs à l’étranger.

A quand une société de confiance où l’état, obligé par des règles inscrites dans la constitution, une bonne fois pour toute, arrêtera de "casser" en permanence les entreprises et le développement de notre Pays qui dispose pourtant d’énormes capacités.

L’état arrêtera de nous faire ch… lorsqu’ enfin NOUS le lui interdirons et que NOUS lui confierons ses missions régaliennes avec obligation de résultats et à défaut, le licenciement garanti.

Celui qui paye commande. Il faudrait peut-être remettre les pendules à l’heure ? Que je sache, ce sont bien les Français qui font vivre l’état, qui financent les investissements publics et ses 7 millions de fonctionnaires (500 000 sous de GAULLE).

A quand la liberté retrouvée … donc la prospérité à l’inverse de la médiocrité ?

Afin d’être pragmatique et efficace, pour ceux et celles qui seraient intéressés, j’ai détaillé quelques mesures fondamentales à inscrire D’URGENCE dans la constitution (voir ci-après).

Ces mesures simples donneraient un coup d’arrêt définitif à la chienlit, à l’incompétence et cela QUELQUE SOIT le gouvernement en place qui, depuis plus de 30 ans, est étatiste, interventionniste, ennemie de la liberté individuelle en un mot un démolisseur de notre Pays.

Pourquoi ne pas exiger, comme le permet la vraie démocratie Suisse, un référendum sur ces questions ?
Vous affichez sur Google : Olivier DELAMARCHE 9 septembre 2013.

Puis vous cliquez sur : la picouse aura bien lieu- 09/09/2013. (lire l’article d’Astérix).

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies