Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/3193

par ,

Pour régler les problèmes d’immigration, il faut se débarrasser de l’Etat providence

L’immigration est devenue la préoccupation principale de la plupart des politiques, surtout ceux qui courent après les voix du Front national. Le problème est bien réel et personne, sauf les inconscients, ne peut le nier. Sauf qu’on lui attribue des conséquences imaginaires et des causes inexistantes.

On nous dit que l’immigration crée du chômage. A regarder les pays qui ont le plus attiré d’immigrés ces dernières années – Etats-Unis, Grande-Bretagne, Allemagne, Pays-Bas, Danemark, Suède – on constate qu’il s’agit aussi des pays dans lesquels le chômage a baissé le plus. Dans une économie en bonne santé, il n’y a pas de souci pour absorber la main d’oeuvre. Au contraire, on en manque. On peut prendre un exemple particulier, celui du Texas, plaque tournante de l’immigration sud-américaine. Malgré les vagues de dizaines de milliers de clandestins qui passent la frontière (on arrête en moyenne, par an, environ 200 000 clandestins à la frontière), le Texas n’a même pas connu la crise économique de 2009. Le taux de chômage est resté à 5 % (plein emploi) et il n’y a même pas eu de crise de l’immobilier.

Mais plus grave encore, on se trompe sur les vraies causes de l’immigration non maîtrisée. Les leaders politiques accusent l’Europe, la mondialisation et, bien entendu, le libéralisme alors que la cause principale est l’Etat providence. La France a mis en place un système qui encourage une immigration massive surtout en provenance des pays africains car il existe de nombreuses possibilités de trouver des aides sociales et de vivre ainsi aux crochets de la collectivité. Il est même devenu plus intéressant de ne pas travailler car, avec une famille nombreuse, on a plus intérêt à demander des allocs que cherche un emploi. Une récente enquête de l’IREF a montré que notre pays a créé cette situation dans laquelle rester inactif et faire des enfants assure des ressources mensuelles convenables, à peine moins élevées que celles d’une famille au profil identique mais dont le couple serait composé de deux actifs rémunérés entre 1.100 et 1.500€ chacun. Par ailleurs, on estime entre 15 et 37 Mds d’euros le montant des fraudes sociales (assurance maladie, aides, travail au noir, etc..). Ce sont des sommes considérables couvertes par ceux qui cotisent réellement.

C’est pour éviter ce genre de situation que le Premier ministre David Cameron vient d’annoncer une série de mesures concernant l’immigration. Il ne s’agit pas de stopper le phénomène, ce qui est absolument impossible même en fermant complètement les frontières (on voit bien que, malgré le mur, l’immigration clandestine n’a pas cessé au sud des Etats-Unis), mais de le contrôler en coupant toute ressource sociale à ceux qui arrivent sur le territoire. D’après les propositions du gouvernement britannique, tout immigrés aurait le droit de rester 3 mois sur le territoire et après cette période il devrait justifier d’un emploi ou bien démontrer qu’il dispose des ressources nécessaires pour pouvoir rester. Toute aide, surtout les aides au logement, seraient conditionnées par un emploi. Et ceci est valable aussi pour les ressortissants en provenance de l’Union européenne.

Aux Etats-Unis, la démarche d’Obama est faite dans le même esprit. Contrairement à ce qu’on a pu dire en France, il ne s’agit pas d’une naturalisation de plus de 5 millions d’immigrés illégaux mais d’une régularisation par le travail et les impôts. Ces immigrés disposeront de 3 ans pour démontrer qu’ils sont bien intégrés, avec un emploi, et qu’ils sont à jour de leurs impôts. Sinon, ca sera l’expulsion immédiate. Mais aux Etats-Unis, les immigrés sont surtout des créateurs d’entreprises. C’est ce que montre une Etude de la Fondation Kauffman, spécialisée dans l’entrepreneuriat. Selon cette Etude réalisée sur 100 000 immigrés, 490 créent une entreprise tous les mois, contre 260 créations par les Américains "de souche ". En Amérique, naissent tous les mois 514 000 entreprises environ.

Les immigrés représentent environ 27 % des entrepreneurs aux Etats-Unis. Par rapport à la population totale, les immigrés sont deux fois plus nombreux à se lancer dans la création d’entreprises. Les hispaniques sont les plus actifs, eux dont l’activité entrepreneuriale n’a pas cessé malgré la crise. A cet égard, les Etats où la création d’entreprises est la plus forte sont le Nouveau Mexique et le Texas. De plus, les Hispaniques représentaient, en 2012, 19.5 % du total des entrepreneurs basés sur le territoire américain.

Si ces immigrés, arrivant sur le sol américain, se lancent dans la création d’entreprises, c’est bien parce que le pays les encourage surtout à le faire avec de belles perspectives de réussite. Ce que devrait faire la France en abandonnant l’Etat-providence.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Pour l’Europe, Emmanuel Macron propose les ingrédients de l’échec économique français
L’Europe n’a pas besoin de plus de dirigisme mais de plus de libertés

Royaume-Uni : 7 millions d’emplois privés de plus qu’en France


Liberté de licencier : suivre les exemples allemand et canadien

En matière de chômage, il y a autant d'écart entre la France et l'Allemagne, qu'entre la Grèce et la France : 2,5 fois plus dans ces deux cas
(et même un peu moins dans le 2ème)



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (8)

Votre article est intéressant mais très incomplet ,paradoxal et faux en partie

le 9 décembre 2014, 08:23 par LA PERNA

L'immigration est LA préoccupation principale des Français qui aiment la France mais certainement pas de la plupart des "politiques" .
Seul le FN analyse parfaitement les problèmes liés à l'immigration et donne les bonnes solutions .
Dupont Aignan utilise ce thème uniquement pour exister en dehors de l'UMP et certains "politiques" de l'UMP sont à géométrie variable selon l'auditoire ( leur unique préoccupation étant leur réélection ).
Oui la principale solution est de réserver les aides sociales aux Français et aux étrangers en situation régulière et qui travaillent légalement ( comme le préconise le FN depuis plus de 30 ans ) .
Mais de nombreuses autres mesures doivent être prises aussi ( lois européennes à revoir , contrôle de nos frontières , chasse drastique aux employeurs d'immigrés en situation illégale , ne plus accepter le regroupement familial que très exceptionnellement , retour définitif au pays pour tous les délinquants , retour au pays pour tous les étrangers au chômage depuis 1 mois et plus, etc…)
Oui l'immigration SUBIE crée du chômage puisque de très nombreux immigrés ne viennent pas pour travailler mais pour vivre du chômage et d'aides sociales en tous genres .
J'arrête là ma prose non sans avoir signaler que le MEDEF, de très nombreux employeurs et certains particuliers sont des "pompes " à immigrer car ça leur permet de maintenir les salaires au plus bas .
Cordialement

- Répondre -

immigration et état-providence

le 9 décembre 2014, 09:00 par Dumait Alain

Le lien entre état-providence et immigration est évident.
On ne verra jamais quelqu'un de sensé quitter son pays et aller s'installer ailleurs si ce n'est pas pour y trouver de l'aide ou de l'espoir.
Réserver l'état-providence aux nationaux n'est acceptable ni politiquement ni moralement.
Il faut donc réduire, puis supprimer toute forme d'état-providence pour tout le monde.
Au nom de quel principe l'état-providence serait-il bon pour certains et pa pour d'autres ?

- Répondre -

Immigration

le 9 décembre 2014, 12:11 par melaure

Bonjour,

Trop tard, le mal est fait et c'est pas M. Lepen qui changera cette invasion de gens en quête d'aides multiples. Terre d'accueil ; on est bien obligé de se rendre à l'évidence, toutes ces personnes venues ne sont pas toutes venues pour un travail. Si tel était le cas, nous n'aurions même pas à soulever le problème. Ces arrivants se seraient intégrés, travailleraient et tout serait paisible dans cette France. Ne rêvons pas, nous nous attaquons à une montagne et il est certain que personne ne prendra à bras le corps ce dossier. Tous les immigrés venus et à venir peuvent dormir sereinement sur leurs deux oreilles et ils ne se cachent pas pour le faire savoir. Nous comptons d'innombrables associations acharnées à défendre comme des sangsues tous ces gens
en situation irrégulière ; vous n'avez pas vous associations les félicitations du peuple. La palme ne va pas vous être remise, vous contribuez à affaiblir un pays déjà souffrant. Je vais me répéter :
"les étrangers venant en France dans le cadre d'un emploi avec leur famille sont les biens venus sur notre territoire".

- Répondre -

les immigrés rapportent ....

le 9 décembre 2014, 12:35 par Jidé

Il y a encore des comiques pour dire que les immigrés rapportent plus qu'ils ne coûtent ! Ceci grâce aux impôts et aux taxes qu'ils payent !!!
Ah bon parce que tous les immigrés travaillent ? C'est une bonne nouvelle !
J'ai même lu un article dans lequel un rigolo disait :" même les sans papiers paient des impôts".
Votre article est très explicite ,dommage que les journalistes stipendiés ne vont pas en faire écho...!

- Répondre -

le rôle de l'état n'est pas à jouer l'assurance sociale pour TOUS

le 9 décembre 2014, 18:45 par wpjo

Et c'est bien pour cette raison que j'écris depuis des années que :

> il faut limiter les aides à l'immigration pour ceux qui n'ont jamais cotisé (comme en Belgique : 3 mois) :
> puis, pour ceux qui coutent à la longue bien plus à l'état qu'il ne rapportent en cotisations : dehors avec comme prime de départ le surplus des cotisations versées (comme en Suisse) ;
> autre chose : le statut de réfugié politique doit être limité au temps que le demandeur ne peut rentrer dans son pays (comme en Allemagne) :
> et la toute dernière chose : le regroupement familial doit être fait aux frais du demandeur ; pas au frais du contribuable.

Il est ABERRANT qu'au bout de 5 ans sur le territoire français sans avoir travaillé, on a droit à la retraite minimum et que quelqu'un qui a travaillé —pour le smic— et cotisé 35 ans, qui pendant toute sa vie a payé des impôts (surtout la TVA) et pas bénéficié des aides (très limitées tant qu'on est déjà si "riche" (!) qu'on a le smic a droit à exactement la même somme !

Avec ces propositions, le travail au noir est vite fini parce que l'immigré risque à chaque instant la frontière (parce qu'il ne cotise pas) et son employeur risque de ce fait un travailleur très mécontent parce que son employé n'a pas de prime de départ de pays. D'où donc pour l'employeur, le risque d'être dilaté immédiatement.

Résultat : moins de criminels ;, beaucoup moins de travail au noir, recettes pour l'état etc. Il y a quand même certaines raisons qui font qu'en Suisse, on gagne trois fois plus qu'en France ....

- Répondre -

les étrangers "rapportent"

le 9 décembre 2014, 18:52 par wpjo

Si "les immigrés rapportent", où est le problème de les mettre dehors avec remboursement de leurs primes qu'ils avaient versées à perte ? La réponse est simple : il n'y a que problème avec cette conclusion parce que le dogme de départ "ils apportent" est souvent (et pas : "toujours") faux.

- Répondre -

L'état Providence !

le 11 décembre 2014, 13:19 par Astérix

En plein accord avec votre article. La France reçoit tous les incapables de la planète qui ont parfaitement compris que nous étions le Pays le plus bête du monde. Venez en France Pays où vous bénéficierez d'allocations sans travailler et même une retraite ???

Quand on pense que nos pauvres Paysans qui ont trimé toute leur vie ont une retraite inférieure à ces gens qui n'ont jamais travaillé, c'est une honte.

Quand les Français vont-ils réagir à cette infamie ?

- Répondre -

Etat providence, au bénéfice de qui ?

le 20 janvier 2015, 19:18 par populo

Article irréprochable.

Notre Etat-providence nous coute 57% du pib mais n'en collecte que 45%
La différente (12% ?) financée par un endettement croissant 100% du pib ! démontre deux choses : ce mode de gouvernement n'est pas viable (bien que ou parce que républicain et démocratique) voie "Dépasser la Démocratie" aux éditions de L'Institut Coppet.

Il est donc intéressant de se demander : "comment faisaient nos aïeux ?"
Sous la IIIe République, la prévoyance s'assure via des mutuelles, par métier et par collectivité locale. Leur centralisation sera faite par Vichy, puis la Libération imposera la Sécurité sociale.
Sous la IIIe la solidarité repose d'abord sur la famille et pour le reste sur la collectivité locale via des échanges de services quasiment non taxés ! Pas de TVA, ni de cotisations sociales aussi élevée qu'un salaire net !

Sans le confort et la médecine d'aujourd'hui, c'est une économie libre qui faisait la prospérité de l'Europe d'avant 1914. Ramenons l'Etat à son périmètre de la belle époque, laissons la société civile organiser elle-même localement ces espaces de liberté, de business et d'entraide.

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies