Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Articles > Plus de 70 % des sympathisants de droite sont en faveur d’un impôt (...)

La proposition fiscale de l’IREF plébiscitée à droite

Plus de 70 % des sympathisants de droite sont en faveur d’un impôt proportionnel à deux taux !

jeudi 21 avril 2016, par IREF

A quelques mois de la primaire organisée par Les Républicains, Hervé Mariton, député Les Républicains de la Drôme, a souhaité connaître l’adhésion des sympathisants de droite à la mise en place d’un impôt universel et proportionnel à deux taux comme le propose l’IREF.

L’IFOP a donc posé la question suivante :

« Seriez-vous très favorable, assez favorable, assez opposé ou très opposé au remplacement des différents impôts existants en France par un impôt universel et proportionnel ? »

Cet impôt universel s’appliquerait à tous les revenus (salaires, revenus financiers et du patrimoine) avec un taux très bas (2 % pour les revenus en dessous de 8 000 euros par an et 15 % pour les revenus supérieurs à 8 000 euros par an). Il serait payé par tous les Français et toutes les niches fiscales seraient supprimées.
Selon les résultats du sondage, 70 % des sympathisants de droite sont favorables à la mise en place d’une « flat tax », dont un quart (25%) y serait même « très favorable ». Cette proposition est davantage appréciée chez les sympathisants de l’UDI, favorables à 80%, contre 65% des partisans du Front National. Chez les sympathisants Les Républicains, près des deux tiers des personnes interrogées (72%) sont favorables à l’introduction de cette réforme fiscale.
Ce sondage est extrêmement encourageant pour notre Institut et montre clairement que la droite doit absolument faire une vraie révolution fiscale. La fin de la progressivité et le passage à un impôt proportionnel sont les principaux moyens afin de redresser l’économie française.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/Plus-de-70-des-sympathisants-de-droite-sont-en-faveur-d-un-impot-proportionnel-a-deux-taux

Messages

  • Le dirigisme, l’étatisme, le socialisme, termes finalement équivalents, roulent de calamités en calamités ; lorsque surgit une calamité créée en général par les personnes au pouvoir, les mêmes en créent une autre tout aussitôt pour soi-disant corriger la première. Notre fiscalité aux effets pervers est l'exemple le plus dramatique. Pourtant les économistes, les vrais, connaissent parfaitement la cause de ce chômage et les remèdes à apporter. Pour résumer, parmi les causes, il y a d'abord le poids absolument insupportable qui, sous forme d'impôts et de charges sociales, est imposé à l'économie et écrasent les entrepreneurs et les travailleurs de toutes sortes.

    Programme de la droite 2017 ! Pas de catalogue démagogique …. Uniquement trois mesures de suite par ordonnances.

    Le foisonnement d’aides sociales, des aides aux entreprises, propre à la France est aussi inefficace qu’injuste et ruineux. Seule des réformes systémiques permettront d’éviter la faillite. ( la fin des usines a gaz ???? )

    1er réforme : L’allocation sociale unique.

    Notre intérêt commun est d’économiser à la fois sur les montants versés et les coûts de gestion. Et ce en fusionnant 47 aides non contributives qui comptent 80 modes de calculs différents. RSA, APL, allocations familiales, ARS, prime d’activité, allocation adulte handicapé, APA - il est possible de créer une seule aide versée par une seule entité, plafonnée et imposable, et donc de simplifier la gestion. Cette aide serait distribuée de manière centralisée au niveau de l’État et versée dans un premier temps par une caisse unique (issue de la fusion de la partie sociale des départements, des CAF et des centres communaux d’action sociale) et dans un second temps éventuellement par Bercy en tant que crédit

    2em : La réforme généralisée de la fiscalité.

    Flat taxe pour tous, sur tous les revenus ! Du travail ! Du capital ! Des allocations ! Fin des niches, fin de l'ISF. Fin de l’impôt progressif…. L’impôt doit rester un instrument au service de trois objectifs : La couverture des dépenses publiques régaliennes ; le dynamisme de l’activité et de l’emploi. Ce ne doit pas être une caisse de compensation entre les cigales et les fourmis !

    3em : La réforme de la sécurité sociale et des retraites égalité républicaine entre le secteur public et le privé, ( assiette, conditions, cotisations, prestation )

    Assiette, Conditions, cotisations, prestations ! Une égalité dévoyée qui figure pourtant aux frontons des édifices de la république.

    Avec notre droite française très « sociale à crédit » qui n'a pas eu le courage de faire des réformes radicales ! Résultat : dettes, déclin, fuite des capitaux, des entreprises, des entrepreneurs, avec pour résultat un chômage de masse… Pas de rupture réelle et sérieuse en vue !

    Puis plus tard, réforme et simplification : du code du travail, du code de l’urbanisme, du code du commerce, du code de procédure pénale, etc etc…

    Bref plus de liberté pour les Français, dans une économie plus libre source de vrais progrès social dans la dignité

    Tout le reste n'est que bavardage.

  • La raison de vivre de l'Enarchie locale c'est la complexification à l'extrême des procédures administrative, fiscales ou autres ; (sinon à quoi cela servirait-il de faire l'ENA ?) Par conséquent, c'est beau de rêver à la suppression des niches, ce ne sera pas demain la veille...

  • Magnifique ! Toutefois, une telle mise en œuvre rencontrerait une opposition idéologique d’une telle férocité que pour la mettre en place un gouvernement ne pourrait faire l’impasse d’un référendum.

  • Enfin une proposition intéressante en matière d'impôt sur le revenu. Nous vivons un monde compliqué, trop compliqué. La plupart des gens saturent devant tant de complexité. Il faut les aider, et les aider c'est avant tout simplifier, simplifier et simplifier. Une participation de 2% sur les premiers revenus est salutaire car engageant chacun. La limite à 8000 euros en est sans doute trop basse et devrait être alignée sur le smic net annuel. Vive cette initiative.

  • Je suis totalement favorable à cette proposition de l'IREF. Malheureusement, je crains que ce ne soit qu'un doux rêve. Chaque fois que j'en parle autour de moi, j'ai invariablement la même remarque 'les riches paieront moins'. Les gens sont incapables de comprendre que 15% de 10000 euros ne font pas le même montant que 15% de 100000 euros. C'est la mentalité Française qu'il faut changer et ça, c'est pas gagné. Courage !

  • Une telle Flat-taxe se substituerait à
    - la TVA
    - L'impot sur le revenu
    - les impots locaux
    - L'impot sur les sociétés
    - L'ISF
    et j'en oublie sans doute.
    Comment imaginer qu'elle puisse rapporter autant que le total de ces impôts ?
    Donc il faudrait, soit trouver une autre source de financement pour l'Etat, soit réduire drastiquement les activités financées par celui-ci. Certes on ferait quelques économies du coté du ministère des finances mais comment réduire encore les moyens de l'éducation nationale, de la police, de l'armée, de la justice, de la santé....
    Une étude d'opinion devrait donc poser la question complète :
    "Seriez-vous très favorable, assez favorable, assez opposé ou très opposé au remplacement des différents impôts existants en France par un impôt universel et proportionnel et la réduction massive des services publics que chacun devrait payer de sa poche ?"

  • Evidemment...sous réserve de voir en même temps :
    1 / les économies rationnelles et patentes
    2/ une simulation sérieuse des besoins réels, y compris pour réduire les dettes insensées de notre pauvre pays
    3/ en revoyant résolument les pouvoirs délirants de Bruxelles. Berlin sera d'accord évidemment.
    4/ en faisant raisonnablement pression sur le FMI et les USA pour mettre fin à la politique cataclysmique de la dette exponentielle !!

  • Dans cette proposition on conçoit que tous les contribuables sont traités équitablement, mais par contre, qu'advient-il des familles ? Quid des emplois à domicile, dont les salaires (mais j'ai peut-être mal compris) seraient non décomptés du revenus ? Donc double imposition.
    Un taux de 15% sur le revenu cela me paraît particulièrement lourd, plus lourd que ce que nous impose actuellement M. Hollande non ?

  • Théano,

    Vous n'avez visiblement jamais vécu, ne serait ce qu'une année, avec 10000 Euros par an.
    15% est énorme pour un si petit revenu. L'état prélève à ces gens-là l'équivalent du prix d'une voiture neuve tous les 10 ans, qu'ils ne pourront bien-sûr jamais se payer de leur vie. Aucune épargne possible, aucun superflu, ils ne vivent que pour travailler et devront contribuer.
    Par contre, pour celui qui gagne 100 000 Euros par an, des "incitations" (pour ne plus les appeler niches) seront de toute façon créées par l'état, car il aura toujours besoin d'orienter les dépenses des plus aisés pour sa politique, n'ayant plus lui-même les moyens d'investir (le bâtiment à coup sûr).
    Ces contribuables auront beau jeu de récupérer tout ou partie des 150 000 Euros d’impôts par décennie.
    Je vous en parle en connaissance de cause, j'ai réussi avec le temps à passer de la première catégorie à la seconde. Donc, vive les réductions, les déductions et les crédits d’impôts.
    De toute façon , la Flat Tax existe déjà, elle s'appelle la TVA. Et elle n'est pas de 15 mais de 20% et tout le monde la paie (les enfants compris) dès le premier euro.

  • Je ne paye pas d'IR avec un revenu inférieur à 18000 € / an, et pourtant je suis complètement favorable à cette mesure qui libérerait l'économie et permettrait d'accroître par ricochet les petits revenus en réduisant le chômage. Certes, les 2 premières années seraient compliquées pour les faibles salaires avant que cette réforme ne porte ses fruits ; aussi faudrait-il associer cette mesure à la mise en oeuvre du salaire complet, et avoir ENFIN LA POSSIBILITE DE SE CONSTRUIRE SA PROPRE PROTECTION SOCIALE ET PAS CELLE IMPOSEE PAR UN ETAT OMNIPOTENT, IMPOTENT ET TOTALITAIRE : choix de l'assurance santé, de la prévoyance, de la retraite ...

  • Bjr. L'imposition progressive serait à mon avis la source fondamentale des inègalitès parceque selon moi ne serait "d'ètêter" mais de donner à chaque "plante" la même quantitè "d'eau". Bonne journèe.

  • La proposition de flat tax objet de l'enquete est-elle neutre sur le plan des recettes fiscales de L'Etat ?
    Quelles niches fiscales seraient abandonnees ( la definition de la niche etant sujette a interpretation) ? Les niches dont beneficient les entreprises ( CIR CICE par ex ) seraient-elles abandonnees ?

  • C'est tout de même singulier, vous ne parvenez pas à aller au bout de votre idée. Si vous faites un impôt à 2 taux, vous retombez dans l'impôt progressif. C'est de l'arithmétique basique. Avec 2 taux, vous aurez 2 "tranches". Votre système n'est plus du proportionnel. La TVA est un impôt proportionnel. Si l'impôt sur le revenu était proportionnel, il permettrait, comme la TVA, un prélèvement à la source sans déclaration périodique, et on aurait là une vraie simplification. "Proportionnel" signifie que la courbe des impôts (impôts / revenus) est une droite qui passe par le point (0,0). Y en a-t-il au moins un chez vous qui a atteint le niveau d'une seconde "scientifique" ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière