Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/3078

par ,

Plus d’impôts c’est aussi plus de déficit : comparaisons France-Suède

Dans une Etude publiée en janvier 2013, l’IREF mettait en garde le gouvernement sur l’impossibilité d’atteindre un déficit à 3 % dans un contexte d’absence de réformes et de hausse des impôts. Plus encore, malgré les efforts demandés aux entreprises et aux ménages, l’Etude prévoyait un déficit qui continuerait à se creuser et des rentrées fiscales en baisse. On connaît la suite : le gouvernement vient d’annoncer un déficit pour 2014 à 4.4 % du PIB et – peut-être – l’espoir d’atteindre l’objectif de 3 % en … 2017.

Les hausses d’impôt – plus de 70 Mds d’euros depuis 2011 – n’ont servi à rien. Au contraire. Les rentrées fiscales ont baissé de 3,5 Mds d’euros en 2013. Et les entreprises et les ménages n’ont jamais subi une si forte pression fiscale et les dépenses publiques atteignent 57 % du PIB. Sans qu’aucune réforme sérieuse ne soit mise en œuvre.

A défaut du bon sens économique, le gouvernement français aurait pu s’inspirer d’un pays qui a réussi à faire baisser les impôts et le déficit. Il s’agit de la Suède dont les prélèvements ont chuté de 51 % à 44 % du PIB entre 2000 et 2013. Durant la même période, les rentrées fiscales ont augmenté de 260 Mds de couronnes (environ 30 Mds d’euros) ou 7 % du PIB. En France, on est passé de 44.9 % du PIB en 2000 à 47 % en 2014 et les recettes fiscales ont baissé de 120 Mds d’euros sur la période.

FRANCESUEDE
Prélèvements obligatoires (2000-2014) De 44.9 % à 47 % du PIB De 51 à 44 % du PIB
Déficit Public (2014) 4.4 % du PIB 1.4 % du PIB

Pendant que la France augmentait les impôts (et renonçait aussi au bouclier fiscal), la Suède a préféré supprimer l’ISF et l’impôt sur les successions et les donations, réduire les contributions sociales et l’impôt sur les sociétés (de 26 à 22 %). Et aujourd’hui, le déficit budgétaire suédois est à…1,4 % du PIB. Trois fois moins élevé qu’en France.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Dette de la SNCF : plus d’un SMIC par ménage français !

Un outil pour la dette


La dette : les leçons économiques et budgétaires des pays membres de l’UE à la France

Gouvernement : des Fregoli ou des réformateurs ?



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies