Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Oui, il faut vraiment en finir avec les privilèges de la Fonction publique !

Mais quand la France va-t-elle réformer sa Fonction publique ? Notre système est le plus privilégié et le seul à ne pas avoir été corrigé après la crise de 2008. Voici quelques données qui devraient inciter les Pouvoirs publics à agir.

1- Nous avons 1.2 million de fonctionnaires de plus que la moyenne des pays membres de l’OCDE
2- En France, il y a 93 fonctionnaires pour 1 000 habitants contre 57 pour 1 000 en Allemagne
3- L’emploi des fonctionnaires français est garanti à vie alors que dans d’autres pays la plupart des employés d’Etat ont un contrat de droit privé. C’est le cas en Allemagne, en Suède, aux Pays-Bas, en Suisse, au Royaume-Uni, etc…
4- Le coût des fonctionnaires représente 13 % du PIB en France contre 7 % en Allemagne
5- Le salaire moyen d’un fonctionnaire est, en moyenne, 15 % plus élevé qu’un salaire dans le privé
6- La retraite des fonctionnaires - 75 % des 6 derniers mois de salaire – représente 75 Mds d’euro par an et un total de 1 300 Mds d’euros non provisionnés
7- Les fonctionnaires français ne bénéficient pas d’une caisse de retraite. Leur pension est payée avec nos impôts. Pour 1 euro de retraite, l’Etat (c’est-à-dire les contribuables) en paye 9 !
8- Il existe 327 corps différents dans l’administration française. Même la Cour des comptes affirme avoir du mal à s’y retrouver
9- Entre 2010 et 2016, le nombre de fonctionnaires a légèrement augmenté en France alors qu’il a baissé de 600 000 au Royaume-Uni.

Aucune annonce gouvernementale ne semble aller dans le sens d’une réforme de la Fonction publique Au contraire, pour compenser la hausse de la CSG, le gouvernement propose la suppression de la contribution exceptionnelle de solidarité (CES) des fonctionnaires. La CES a été instaurée par la loi du 4 novembre 1982, son produit est versé au Fonds de solidarité. Le Fonds de solidarité est un établissement public national à caractère administratif, placé sous la tutelle du ministre chargé des Affaires sociales et du ministre chargé du Budget.

La contribution est destinée à financer l’aide de l’État aux allocations de solidarité versées aux travailleurs privés d’emploi qui ne peuvent, en raison de leur situation personnelle, bénéficier du régime d’assurance chômage, comme notamment l’allocation de solidarité spécifique, ou l’allocation aux chômeurs créateurs et repreneurs d’entreprise. La contribution de solidarité n’est pas une cotisation sociale, elle a le caractère de contribution. Sa suppression serait un privilège de plus accordé à la Fonction publique. Nous sommes vraiment très loin d’une réforme.

Partager cet article :

Autres lectures ...

La capitalisation pour tous les Français !
Pourquoi les fonctionnaires auraient-ils le droit et pas nous ?

2017 : la société civile contre la bureaucratie


Le rapport de l’OCDE sur les "Perspectives des pensions"
Un coup de semonce pour l’alignement de nos retraites publiques

Les contribuables payent la retraite des parlementaires
La réforme reste à faire



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (10)

point n° 5

le 19 septembre, 20:47 par P.B.

Ce point 5 est complètement faux à niveau d'études équivalent, le salaire est d’environ 25% moins important que dans le privé, l'exemple le plus simple c'est la secrétaire de mairie avec un bac+3 et qui pourtant est en catégorie C, et se retrouve avec un salaire de 1200 net primes comprises !

20 septembre, 18:37 - JCL

C'est un peu facile comme comparaison ! Si la personne accepte un emploi de secrétaire en mairie avec un BAC+3 c'est son problème. Si la personne souhaite effectivement un emploi correspondant à sa formation et bien il suffit de suivre la voie classique dans le privé : Recherche de poste disponible, lettre de motivation, entretiens, ...

- Répondre -

La seule solution

le 20 septembre, 01:14 par cendu

Foutons le camp de ce pays. Il ne restera plus que des fonctionnaires qui devront s'autofinancer et ce sera l'heure de vérité.
A défaut, il ne faut pas se plaindre et se contenter de subir.

- Répondre -

remarquable article

le 20 septembre, 06:51 par devillers roland hubert

Bonjour,je me permet de trouver votre article REMARQUABLE je me suis permis de faire un commentaires sur ma page ""FACEBOOK ""
signé, devillersroland@gmail.com

- Répondre -

Gare st lazare "en marche"

le 20 septembre, 08:13 par Le paloumayre

la SNCF se reforme economies de personnel et de formation incoherance de "decideurs" predateurs le resultat est là:plus personne ne sait comment marche cet enorme bidule !!!

- Répondre -

Ok !

le 20 septembre, 09:31 par Angel

Pour certains privilèges.. mais attention il y a la dernière roue du carrosse ..j veux parler de la distribution courrier ou les avantages sont inexistants ... J vous en parle car j'ai moi même été facteur et la retraite n'est pas mirobolante 40 ans d service et 1280 Euros mensuel en plus c cher macron nous taxe alors .. j perdrais encore sur mon pouvoir d'achat ... mais cela n l dérange lui qui pour s faire maquiller comme une gonzesse a dépensé plus d 26000 euros ...
bien cordialement

- Répondre -

impots

le 20 septembre, 10:51 par pinhas

un budjet a 40/100 dela richesse ensuite si gepassements faire un emprun et non des impotson verra si ce budjet de rigueur !exclue les infirmiers
ou lrs conseillers a 10000 euros mensuels :
ne plus faire du bonneteau avec recettes et assistance sans jamais in diquer des prelevements obligatoires dements a plud de55/100 :

- Répondre -

Vous avez oublié l'Australie

le 20 septembre, 11:13 par Labastide

En effet, 26 Millions d'Australiens entretiennent 750.000 fonctionnaires. Les Français qui sont près de 66 Millions d'habitants entretiennent 6 millions de fonctionnaires ! Et là bas j'ai eu le loisir de tester leur service d'immigration... Eh bien quand ils ne pouvaient pas me répondre au téléphone, ils me rapellent !! Ici Personne ne vous répond au téléphone mais un robot vous parle et vous met sur liste d'attente... avant lassé d'attendre, de couper ! Et je paye une somme astronomique pour l'appel qui n'aboutit pas !

Cherchez l'erreur !

La solution ?? Remettre dans le privé toutes les fonctions non régaliennes. Faire des appels d'offres auprès du privé pour tel ou tel service et sous traitons les Millions de fonctionnaires que nous, travailleurs, entrepreneurs et même rentiers entretenons !

En particulier dans la territoriale : Supprimons tous les emplois de complaisance à performances = 0 sinon négatives créés pour plaire à tel familier ou tel électeur de sa commune. Et privatisons toutes les fonctions non régaliennes ! ... Sur ce seul sujet : nous supprimons notre déficit public !!

Etc.. etc..

20 septembre, 19:24 - MONICA

Merci et bravo. Mais qui aura l'INTELLIGENCE d'appliquer cela ?

- Répondre -

Les "Riens" les Gueux ou Geuses, les Manants disent stop !

le 20 septembre, 11:52 par Une sans dents en colère

Je crois qu'il est grand temps de revenir à un équilibre, enrichir
Continuellement des Humains qui ne font que parlementer pour ne rien dire et s'admirer, Narcissique ! Nous écrasent de leur
Mépris alors que c'est nous et l'armée qui faisons leur richesse
Il est grand temps que Tous les Peuples se rebellent et mettent au travail ses "Paltoquet"

- Répondre -

Une charge contre les fonctionnaires affaiblie par des erreurs grossières

le 20 septembre, 12:19 par John Sheppard

1) L'article ne prend en compte que les fonctionnaires (sous statut) et non les contractuels. Les comparaisons internationales en sont particulièrement faussées.
2) Les 1300 G€ "non provisionnés" du point 6 sont une absurdité économique, puisque la retraite des fonctionnaires, comme de tout un chacun, est essentiellement assurée par répartition et non par capitalisation.
3) au sujet du point 7, il est normal que ce soit l'employeur des fonctionnaires, c'est-à-dire l'État, qui paye leurs retraites, vu que c'est lui qui encaisse leurs cotisations (sans compter qu'il se paye à lui-même la cotisation "employeur").
4) au point 7 toujours, il est faux de dire que les fonctionnaires n'ont pas de caisse de retraite, puisqu'ils ont la PREFON pour une retraite complémentaire.

S'il est légitime de discuter de la retraite des fonctionnaires, il faut au moins le faire sur des bases sérieuses.

# Re : Une charge contre les fonctionnaires affaiblie par des erreurs grossières

20 septembre, 14:01 - Nicolas Lecaussin

Réponses à votre message :
1. Si l’on tenait compte du pourcentage de fonctionnaires ayant un statut de droit privé en Allemagne et au RU, les différences avec la Frace seraient encore importantes
2 et 3. Faux. La retraite des fonctionnaires est payée par l’impôt et non pas par la répartition. Leurs cotisations couvrent moins de 25 % de leur pension, le reste (75 %) étant payé par l’Etat, donc par les contribuables.
4. Oui, il existe une complémentaire par capitalisation - la Prefon - uniquement réservée aux fonctionnaires. Un autre privilège scandaleux.

20 septembre, 16:28 - John Sheppard

Je persiste et signe pour mes points 2 et 3 :
> Tout fonctionnaire cotise pour sa retraite par un prélèvement sur son traitement. Cette cotisation alimente le budget de l'État, au même titre que l'impôt et les taxes diverses (principe de fongibilité des recettes de l'État). Le fait que les retraites soient payées à partir du budget de l'État ne signifie absolument pas que ce soit uniquement à partir seuls impôts.
Vous passez donc sous silence les cotisations payées par les fonctionnaires.
> L'État employeur n'est pas dispensé de cotisations pour ses fonctionnaires, au même titre que n'importe quel patron, cotisations qui alimentent également le budget de l'État-payeur-de-retraites.
Vous passez donc également sous silence ces cotisations de l'État employeur, sans doute parce qu'il se les verse à lui-même et que c'est plus difficile à appréhender.
> Une fois que vous aurez compris - et pris en compte quantitativement- ces deux points, on pourra alors examiner l'éventuel déséquilibre du système de retraite des fonctionnaires.

Par ailleurs, en quoi le fait que la PREFON soit réservée aux fonctionnaires est-il plus scandaleux qu'une autre retraite complémentaire d'une quelconque branche de l'industrie réservée aux seuls personnels de cette branche ?

24 septembre, 02:06 - onche

Vous persistez, sortez donc des chiffres, après on pourra parler.

24 septembre, 08:29 - Artchi

Ne pas reconnaître un déséquilibre public/privé est de la mauvaise foi.
Ensuite, il faut le nuancer pour certaines professions : les aides soignants, les infirmières, les enseignants, pour ne citer qu'eux, sont désavantagés/ à d'autres professions du public.
Tous les salariés, du public et du privé, ainsi que les professions libérale suis libérales, doivent être gérés par le même organisme.
Tout autre réforme qui ne va pas sur ses bases est un compromis.

- Répondre -

a qui servent les FP ?

le 21 septembre, 11:05 par GDB

autant demander à un loup de s'attaquer à un congénère. Demander une diminution du nombre de fonctionnaire est semblable à demander aux politiques de s'auto mutiler (financièrement).
Ils sont cons mais pas idiots.
GDB

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire