Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Articles > Mesures antipollution : un tiers d’abus de pouvoir, un tiers de gabegie et (...)

Mesures antipollution : un tiers d’abus de pouvoir, un tiers de gabegie et un tiers de démagogie

jeudi 20 mars 2014, par Nicolas Lecaussin

Et peut-être même un quatrième tiers d’électoralisme, pour capter la sympathie des électeurs verts ! En fait, le pouvoir n’a que mépris pour les usagers, pour les contribuables et pour les citoyens.

L’abus de pouvoir

Dans la Roumanie communiste dirigée par le dictateur Ceausescu, on avait instauré au début des années 1980 la circulation alternée, en particulier en week-ends. Les voitures dont le numéro d’immatriculation finissait par un chiffre pair avaient donc le droit de circuler un week-end sur deux, voire une semaine sur deux. La raison de cette mesure ne tenait pas à un quelconque souci de l’environnement, mais seulement au bon vouloir du dictateur qui ne voulait pas devoir faire alimenter les stations à essence. Déjà distribuée au compte-gouttes avec des tickets de rationnement, l’essence faisait défaut dans la plupart des stations et là où l’on en trouvait des queues de voitures impressionnantes s’étendaient sur plusieurs kilomètres. Plutôt que d’augmenter les livraisons d’essence (ou de pétrole), le Parti et son chef suprême préféraient interdire la circulation des voitures...

Cette mesure en France d’imposer une circulation alternée, décidée du jour au lendemain, constitue un abus de pouvoir en tous points comparable. Le ministre de l’Ecologie a demandé aux entreprises de faire preuve de "souplesse". Mais comment peut-on être "souple", quand on doit "faire du chiffre" à la fin de la semaine !? Ou bien quand on doit amener les enfants à l’école avant de parcourir des kilomètres jusqu’à son lieu du travail !? On peut y voir la preuve du mépris total pour les citoyens de la part d’un pouvoir complètement étranger à leurs problèmes. Car cette mesure, appliquée dès le lundi, n’a pu être décidée que par des hauts fonctionnaires n’ayant jamais travaillé dans le privé...

Gabegie d’argent public

Un autre abus de pouvoir est aussi la décision de rendre les transports publics soi-disant "gratuits". Ce terme de gratuité est d’ailleurs impropre car, même gratuits, les transports ont un coût qui sera pris en charge par l’Etat, comme nous en a d’emblée rassurés Jean-Paul Huchon, Président PS de la région Ile-de-France ! Or, qui dit Etat, dit contribuables. On estime à plus de 20 millions d’euros le coût de ces 5 jours de gratuité dans les transports. Deux entreprises, la RATP et la SNCF pour le RER, sont concernées, qui vivent déjà sous perfusion d’argent public : 2 Milliards d’euros de subventions publiques accordées à la RATP et environ 12 Milliards à la SNCF. Ces entreprises refusent la concurrence (rappelons que la SNCF a déjà été condamnée plusieurs fois pour avoir mis en œuvre des pratiques qui entravaient la concurrence), et elles refusent leur privatisation avec encore plus de vigueur. Quant à leur personnel, il s’oppose à toute réforme de leur système privilégié de retraites, financé par l’argent siphonné dans les caisses du régime privé… Accorder la gratuité dans ces conditions relève de l’inconscience qui s’ajoute au mépris de l’argent des contribuables !

La démagogie des pouvoirs publics

D’après les pouvoirs publics, les raisons de ces mesures tiennent au niveau élevé de pollution dans la région parisienne à la suite de plusieurs journées ensoleillées sans vent. - D’abord, réjouissons-nous d’avoir bénéficié, enfin, d’un beau soleil ! Par ailleurs, combien de personnes sont-elles mortes par suite de ce pic de pollution ? Les urgences ont-elles été encombrées ? D’après les données, aucun "pic" de malaises n’a été constaté ces derniers jours. Mieux encore : jeudi et vendredi, malgré la gratuité des transports, les bouchons se situaient "comme d’habitude" en région parisienne, tandis que la RATP elle-même reconnaissait ne pas avoir constaté de hausse du nombre de voyageurs dans les transports en commun. Mais l’essentiel est de voir que ceux qui nous gouvernent se préoccupent de notre santé... Sachant mieux que nous ce qui peut être dangereux, ils peuvent en décider à notre place. Le pouvoir les amène à prendre des décisions radicales, au nom d’une démagogie déjà bien rôdée…
(Une version de cet article a été publiée sur FigaroVox le 18 mars)

https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/Mesures-antipollution-un-tiers-d-abus-de-pouvoir-un-tiers-de-gabegie-et-un-tiers-de-demagogie

Messages

  • En cherchant dans les archives de Airparif, vous pouvez trouver un tableau qui montre l'évolution de la pollution aux fameuses particules : nous sommes aujourd'hui à moins de 20 µg par m3, alors que nous étions à 200/250 en 1970 ! Je peux vous adresser le graphique.
    Cela ne signifie pas qu'il faut arrêter les efforts, mais qu'il faut cesser de faire croire aux parisiens qu'ils vont mourir demain dans un nuage de pollution !

  • ces journees d'ensoleillement ont permis tres certainement de baisser la consommation d'energie
    pour chauffer d'ou 1 minoration de la pollution liee a ce probleme de chauffage

    a t on regle les temperatures en fonction de cette situation dans les batiments publics

  • Tout à fait d'accord article. Il y a cependant une pollution dont on ne parle jamais, celle de l'aviation civile et de ses milliers de vols inter cités, inter pays et intercontinentaux. Je crois savoir, si je ne me trompe pas qu'il s'agit rien que pour la France de vols qui se chiffrent par milliers ? A raison du kérosène consommé au décollage d'un moyen ou gros porteurs, ces chiffres ne sont jamais évoqués. Combien de voitures faudrait-il pour polluer en une journée en région parisienne autant que Roissy, Orly et le Bourget, Villacoublay pour atteindre les mêmes sommets ?
    Un coup de gueule sur les motrices à gasole de la SNCF qui dégagent des nuages de fumées impunément .
    Peut-on chiffrer la pollution générée par les véhicules à l'arrêt en encombrement, mais aussi les vehicules de police, les bus, les ambulances, les véhicules de livraison dont les chauffeurs ne prennent pas soin de couper le contact ?
    Je pense qu'il y aurait moyen de rendre obligatoire de doter tous ces véhicules du stop and start ?

  • Et ceux qui ont payé leur pass Navigo en début de mois, ont-ils bénéficié de la gratuité ? Non, bien sûr ! Autrement dit, ceux qui prennent les transports en commun tout au long de l'année n'ont bénéficié de rien, alors que ceux qui utilisent leur voiture (oh, les affreux pollueurs !) ont pu bénéficier du transport gratuit. Ils n'en ont pas profité, apparemment ! Une mesure absurde, inutile, et qui va coûter cher au CONtribuable. C'est lamentable !

  • La principale pollution, est il utile de le répéter comme un mantra, est verte.
    Quand on aura pendu le dernier écologiste avec les boyaux des derniers socialistes, l'air sera plus pur, le chômage sera dissipé et les petits oiseaux chanteront d'une voix cristalline dans un ciel dégagé !

  • Un DACIA DUSTER GPL supporte une taxe écologique de 500 € en plus du prix d'achat alors que les versions diesel ne supportent aucune surtaxe. Acheter AUTO PLUS par exemple une semaine et regardez les pages consacrées au prix du neuf agrémentées de la colonne réservée à l'écotaxe...!

    Vous comprendrez alors à quel point ceux qui nous dirigent sont idiots....!

    Pendant que l'on assomme encore et toujours les automobilistes, la CHINE, l'INDE et d'autres polluent au maximum.

    Nous, en France, l'on préfère anéantir l'économie par des taxes imbéciles qui n'existent que chez nous pendant que le monde entier rigole...!

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière