Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/3035

par ,

Libéralisation des professions réglementées : Chiche, Monsieur Montebourg !

Monsieur le Ministre, vous voulez libéraliser les professions réglementées et vous avez bien raison. Vous n’imaginez même pas ce qui pèse sur ces corporations d’un autre âge :

• Les avocats obligent les clients à déposer leurs fonds dans une caisse professionnelle, la CARPA, qui ne rémunère leur argent qu’au lance pierre et avec beaucoup de difficultés alors qu’ils pourraient être aussi bien protégés et mieux rémunérés en s’adressant à la banque de leur choix. Mais avec leurs CARPA, les avocats financent indûment la moitié de leurs dépenses ordinales. Et c’est autant d’argent qu’ils prélèvent sur le dos des clients sans leur dire et sans leur accord, autant d’argent que les avocats ne payent pas en cotisation.

• Les notaires ne font pas mieux certes, puisqu’ils font si mal qu’ils interdisent même à leurs membres de s’exprimer publiquement sans l’accord de leurs instances ordinales. De cette manière, ils prospèrent plus facilement à l’abri de toute critique interne et de toute concurrence extérieure en gardant, comme les huissiers, un étroit numérus clausus qui leur permet de vivre sans crainte du travail de leurs clercs mal payés, même quand ceux-ci sont meilleurs qu’eux, puisqu’ils ne peuvent pas s’installer à coté.

• Les auto-écoles en ligne doivent, stupidement, répondre aux mêmes normes que leurs concurrentes qui tiennent commerce.

• Un rapport de l’Inspection générale des finances, occulté jusqu’à présent et révélé il y peu par Les Echos, souligne que plus le nombre de réglementations encadrant une activité est élevé, plus la rentabilité de ces professions progresse. Ce rapport se trompe sans doute lorsqu’il conclut que la rentabilité des professions réglementées est 2,4 fois supérieure à celle constatée dans le reste de l’économie car les professions incriminées sont essentiellement des professions indépendantes pour lesquelles la rémunération du professionnel est incluse dans son bénéfice. Il n’empêche que la concurrence est faussée pour ces professions, qu’il s’agisse des pharmaciens, des dentistes, des greffiers et autres dont, notamment, certains actes sont indûment tarifés.

Alors, oui, libéralisez Monsieur le Ministre. Mais dans ce cas, il faut aller au bout de cette logique. Il ne faut pas laisser passer cette loi sur les taxis qui ne cherche qu’à maintenir la paix avec des chauffeurs abusés par un système légal de restriction qui a poussé à la hausse des licences achetées à prix d’or (en moyenne 200 000€ pour pouvoir exercer). Vous direz sans doute que c’est difficile de libéraliser les taxis parce que ni l’Etat ni les communes n’ont les moyens de rembourser aux chauffeurs la licence qu’ils ont achetée et qui leur donne le droit de s’arrêter aux stations et de marauder. Mais ce serait simple de confirmer leurs droits aux taxis qui ont payé licence et de consentir les mêmes droits aux véhicules de tourisme avec chauffeurs auxquels il serait demandé une licence annuelle, sans doute de l’ordre de 5 000€ pour disposer des mêmes droits sur la voie publique. La liberté serait respectée et l’égalité des droits aussi.

Et il ne serait pas onéreux de supprimer l’exigence des cartes professionnelles des coiffeurs, les licences préfectorales des agences de voyage, des campings ou des agences immobilières…. Vous pouvez aussi supprimer les quotas d’admission dans les facultés de médecine pour que les villes et les campagnes retrouvent des médecins de proximité que vous n’aurez pas à subventionner.
Plus encore et surtout, il faut alors Monsieur le Ministre que vous rendiez la liberté d’exercer aux entreprises étouffées par tant de réglementation qu’elles vont ailleurs. Vous récompensez régulièrement les entreprises qui pratiquent le made in France. Mais ça n’est pas en fermant les frontières que vous favoriserez l’industrie nationale, c’est en les ouvrant tout en permettant aux entreprises françaises de se battre à armes égales avec leurs concurrentes étrangères en termes de fiscalité, de charges sociales, de faculté d’embauche et de séparation, de réglementation environnementale ou de sécurité…

Si vous menez cette politique, Monsieur le Ministre, le redressement de la France a ses chances. Mais alors, il ne faut pas croire encore que la nationalisation est l’arme suprême de l’économie et que la prise de participation de l’Etat dans Alstom ou autres grandes sociétés est une panacée. Il faut respecter le marché. Non pas parce qu’il ne se trompe jamais, mais parce qu’il se trompe moins que l’Etat « dinosaure » et que lorsqu’il se trompe il sait changer de cap plus vite que l’Etat « paquebot » ou il est sanctionné immédiatement. La lutte contre les corporatismes, c’est celle de la confiance contre la défiance. Alors, chiche Monsieur le Ministre !

Partager cet article :

Autres lectures ...

Champions du monde… économique !

Laissez vivre les bénévoles !


L'IREF fait partie de la "galaxie" Calmels

Financement des start-up :
l’Etat doit faire place aux investisseurs privés !



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (7)

la médecine doit-elle être déréglementée ?

le 19 juillet 2014, 10:46 par MarcusVinicius

Etant médecin, je me dois de réagir. La médecine n'est pas un commerce. Les tarifs étant réglementés et bloqués (à des niveaux ridiculement bas d'ailleurs), si vous ouvrez les vannes du NC (ce qui a été fait à la fin des années 90 et au début des années 2000) vous allez vous retrouver avec une pléthore de toubibs qui se marcheront sur les pieds, se paupériseront, ne s'installeront pas plus à la campagne que maintenant, et les patients ne verront pas leur pouvoir d'achat amélioré, car le tarif de la consultation est défini, et l'on ne peut pas le baisser (interdit par le Conseil de l'Ordre).
Quant à déréglementer la profession, il faut savoir de quoi on parle, s'il s'agit de transfert de compétences à des infirmier(e)s pour des actes à faible valeur intellectuelle, Ok, si toutefois on revalorise franchement le tarif de la consultation de base, sinon là aussi c'est la paupérisation assurée pour les toubibs. Ne pas oublier que les rémunérations des médecins français sont parmi les plus basses de l'OCDE.
Alors certes je suis pour la fin des corporations et des rentes de situation, mais je ne suis quand même pas candidat au suicide.

- Répondre -

DÉRÉGLEMENTATION VITALE

le 19 juillet 2014, 11:53 par Astérix

Seule la déréglementation généralisée peut sauver la France de sa bêtise.

Au lieu de passer leur temps à créer des "comités à la réflexion intensive", nos gouvernants devraient simplement supprimer demain matin toutes ces réglementations imbéciles, toutes ces lois et normes stupides destinées à PARALYSER, à DÉMOLIR le secteur privé donc l'économie et mettre sur le marché du travail 70 % des fonctionnaires actuels dont la mission de nous faire ch... n'existerait plus... Ouf, quelle libération..!

Dans les 8 jours, la France repartirait de l'avant, le secteur privé retrouverait la confiance, l'investissement, la valeur ajoutée, la rentabilité, l'épargne, LA FRANCE RETROUVERAIT LE BON SENS....! QUI APPORTE LA PROSPÉRITÉ.

Mais l'efficacité d'une bonne gestion est inconnue de nos énarques bornés qui ont le cerveau monté à l'envers, qui ont été élevés par les "éducateurs rouges de l'éducation nationale" pour lesquels le secteur privé n'est constitué que d'escrocs et de parasites qui n'aiment que l'argent...!

Ces crétins ont raison, l'argent sent tellement mauvais....! le secteur privé qui SEUL crée la richesse devrait respecter leurs idées géniales et ARRÊTER DE PAYER LE SECTEUR PUBLIC, TOUS LES MOIS....!!

Continuez dans cette voie, bientôt votre génie cérébral aura achevé l'économie française ; nous serons tous, grâce à vous, ruinés...!

- Répondre -

libération de l'économie

le 20 juillet 2014, 11:09 par liberal

Vous omettez la suppression des statuts de la fonction publique, des enseignants et des agents hospitaliers et des collectivités locales, l'alignement des régimes de retraite des fonctions publiques et des régimes spéciaux sur le régime général, l'autonomie donné aux établissements d'enseignement pour définir leur projet pédagogique et choisir les enseignants qui adhèrent à ce projet, la libération de la législation sur le logement pour un meilleur équilibre entre bailleur et preneur pour ne pas faire fuir les investisseurs et permettre un accroissement de l'offre, etc.

- Répondre -

A libéral

le 20 juillet 2014, 11:26 par Astérix

Merci Libéral d'avoir complété mon commentaire.

En parfait accord...!

- Répondre -

Réponse

le 20 juillet 2014, 18:21 par Jean Philipe DELSOL

Oui bien sur il y aurait encore beaucoup à dore et vous avez raison de citer notamment le staut de la fonction publique qui ne peut être justifié que pour certaines fonctions régaliennes comme les fonction de justice ou de sécurité.
Concernant la médecine,je crois que nosu somes d'accord. Ce qui est anormal, c'est que les tarifs des médecins soient bloqués et que les médecins soient paupérisés. C'est pourquoi je prône la libéralisation de cette profession par un accès plus ouvert et une liberté plus grande d'exercice et de tarif. Je ne pense pas que l'argent soit le seul moteur des hommes et huereusement. Mais nous travaillons tous pour gagner notre vie et il n'est pas normal que les médecins soient payés moins que les coiffeurs, sans vouloir pour autant déshonorer la professin de coiffeur qui a toute son utilité et tout son mérite.

- Répondre -

dereglementer ?

le 23 juillet 2014, 22:26 par pierre

Dereglementer ? mais que je sache les medecins ont de consultations à 23 euros le plus bas tarif d'europe ! les faire encore baisser ?? en imporatant peut etre du medecin ? par ailleurs (et m^me si je suis contre le numerus clausus il faut savoir qu'augmeneter de façon importante le nombre d'etudiants en medecine alors que l'on diminue le nombre de lits d'hopital va poser un sacre probleme de frmation
Le sprothesistes dentaire augmenter leur nombre diminuera t'il les prix de sprotheses ? cela reste à demontrer dans la mesure ou un grand nombre viennent d'Asie et qu'aucun prothesiste francais vu les charges ne peut aligner se sprix, quand aux prix pratiques par les dentistes une fois paye les charges.. et travaille à perte pour les obturations et les detartrages il faut bien que ceux ci se "rattrapent" sur les protheses je vous montrerait volontiers le prix de mon assurance comme urgentiste... le prix des abonnements en revues etc.. mes impots. et je dirai que vu l'investissement personnel necessaire la medecine n'est pas "rentable" ce serait a refaire je ferai sans difficulte HEC et en tant que commercial je gagnerai excessivement bien ma vie sans avoir le sm^mes contraintes (je le sais mes camarades de bac qui ont choisis d'autres voies me le demontrent chaque annee
supprimer le monopole de spharmaciens ? pourquoi pas et lorsque les pharmacies de village comme les boulangeries auront ferme au profit des grandes surfaces que fera t'on pour les ruraux...est ce lesz professions reglementees qui plombent la France ou la mediocrite et l'incompetence de notre classe politique ? n'est ce pas plutot notre choix d'acheter une paix sociale illusoire par le biais du social ? est ce les notaires les avocats les huissiers qui ont creuse le deficit de la France ? est ce eux qui sont responsables de la mediocrite de nottre enseignement, de l'echec de nos facultes lesquelles tentent de formerplus de sociologues et psychologues que d'ingenieurs ??eszt ce la faute de sprofessions reglementees si un jeune bachelier se trouve souvent incapable d'ecrire en français basique ?? effectivement il y a des rentes de situation mais sont elles aussi scandaleuses elles vont bien souvent de pair avec des obligations..la dereglementation fait elle baisser les prix ? je vais souvent à Londres il y a des taxis partout en heler un dans la rue est facile et rapide mais quand je vois le prix que je dois payer ! une petite course à londres me coute quasiment autant qu'un Paris Roissy ! dans le prix d'une course de taxi quoique l'on fasse il y aura toujours l'amortissemnt du vehicule, son enttretien l'essence les taxes diverses et variees et bien nentendu le benefice permettant (apres impots) au conducteur de vivre autrement dit a moins d efaire du dumping la course restera chere, le seul avantage sera de pouvoir trouver un taxi !
donc je suis tres sceptique et crains que ce ne soit qu'un nuage de fumee detournant le bon peuple de svrais problemes et pour des socialistes taper sur des professions de nantis (tout au moins c'est ainsi qu'ils le voient) c'est politiquement correct au USA il y a des avocats partout leurs prix sont ils bas ? non par contre c'est un des pays dont les rappooirts sont le splus judiciarises ce qui a un cout pour la societe !

- Répondre -

enfin un article qui dénonce l énorme manipularion des analyses statistiques !

le 4 août 2014, 13:05 par franck

Le soit disant argument pour calomnier les professions liberales qui auraient une rentabilité 2,4 fois superieure à la moyenne est issu d une analyse evidemment erronée puisque les professionnels independants sont au statut du BNC (benefice non commercial), le rapport benefice chiffre d'affaires est de l ordre de 50 à 60 % pour ma profession . Si Il était egal à cette "moyenne économique", mon revenu serait de 546 euros par mois pour 50 a 55 heure de travail par semaine !!
Certains journalistes devraient approfondir un peu avant de conforter des rapports statistiques de technocrates !
Le lit est l endroit le plus dangereux au monde car 95 pour cent des gens y meurent.....

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies