Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/3085

par ,

Lettre ouverte de Nicolas Sarkozy aux Français qu’il a déçus
Ou ce que devrait dire l’ancien président

Mes chers compatriotes,

L’heure est très grave. La France ne cesse de s’enfoncer dans le marasme économique et social. Nous battons des records de taux de chômage et nos entrepreneurs fuient le pays. Le système éducatif s’effondre alors que les dépenses publiques et les prélèvements obligatoires n’ont jamais été aussi élevés. Les socialistes ont clairement montré leur incapacité à réformer le pays. Mais le temps des constats et des diagnostics est largement révolu. Nous savons ce qu’il faut faire. C’est pour cette raison – et uniquement pour cette raison – que j’ai décidé de revenir en politique avec pour objectif principal de gagner les élections présidentielles de 2017. Je veux agir. C’est pourquoi cette Lettre est adressée surtout aux Français que j’ai déçus durant mon premier mandat.

Je vais d’abord suivre les conseils de Jean-François Revel qui écrit, dans son essai L’Absolutisme inefficace (Plon, 1992) : « Si l’on réfléchit aux qualités que doit réunir l’homme d’Etat en démocratie, on peut en énumérer cinq : avoir des convictions de fond et une vision d’ensemble personnelle ; maîtriser la tactique politicienne, savoir convaincre l’opinion ; posséder la capacité de décision (et de décision rapide) ; avoir le courage d’appliquer ce qui a été décidé (et de l’appliquer vite). »

Oui, je suis enfin convaincu que la France doit être réformée en profondeur. J’abandonne la « pérestroïka » que j’ai essayée en 2007. On ne peut pas réformer un système qui ne marche pas. Notre modèle social ne peut pas être adapté. Il faut le changer car il est le principal ennemi de notre développement économique. Pour commencer, j’ai choisi de ne plus m’entourer d’énarques et autres anciens inspecteurs des finances (une fois élu, je vais d’ailleurs supprimer l’ENA). Ce sont des personnes bourrées de qualité mais l’économie n’est pas du tout leur fort. Je ferai appel à des personnes de la société civile et qui connaissent l’entreprise privée. Ce sont aux qui savent mieux ce qu’il faudrait pour que les entreprises créent des emplois. Je ne commanderai plus des Rapports sur tous les sujets, j’abandonne l’ « ouverture » qui n’a servi strictement à rien ne serait-ce qu’à tuer dans l’œuf toute tentative de réforme. Je ne ferai plus appel à des Fregoli de la politique qui cherche des fromages à chaque changement de gouvernement. Il n’y aura plus de place pour des « idéologues » dans mon équipe. Je n’aurai autour de moi que des hommes d’action ! De même, je mettrai fin à la pratique du « dialogue social », le meilleur moyen de ne pas réformer. Les syndicats français ne représentent plus personne et nous n’avons plus le temps de « dialoguer ».

Parallèlement, je ne regarderai plus aucun sondage et laisserai les médias à ceux qui aiment les feux de la rampe. J’interviendrai seulement s’il le faut vraiment. Je consacrerai tout mon temps à AGIR.

Les riches ne seront plus mes ennemis. J’expliquerai aux Français que nous avons besoin de plus de riches pour investir dans notre pays. Je supprimerai l’ISF qui ne rapporte rien mais entretient une armée de fonctionnaires et créerai un environnement fiscal propice au retour à tous ceux qui sont partis à Londres, Bruxelles ou en Suisse.

Concrètement, une fois élu, je vais élaborer un contrat de baisse de la dépense publique de 150 milliards d’euros sur 3 ans – soit 50 milliards par an. L’effort collectif que cela représente nécessite d’atteindre le plus grand consensus possible, comme les Allemands ont su le faire.

Je vais surtout privatiser pour alléger la dette. Les participations de l’Etat dans les entreprises publiques représentent encore plus de 100 Milliards d’euros, c’est-à-dire un seizième de notre dette souveraine.

Je vais supprimer la plupart des niches fiscales. Leur suppression est d’ailleurs avant tout affaire d’équité avant d’être un impératif financier. Car toute niche est un privilège accordé à quelques-uns au détriment de tous les autres. La perte de ce privilège sera largement compensée par la refonte de la fiscalité directe dont la progressivité sera fortement diminuée. Au total, les niches supprimées rapporteraient environ 100 milliards d’euros au budget de l’Etat.

Parallèlement, je vais simplifier le système fiscal français au travers de trois principes : Moins de progressivité : pour l’impôt sur le revenu, le nombre des tranches de revenu sera réduit à deux, avec des taux respectifs de 15 % au dessus de 8.000 € et de 2% en deçà (assorti d’exonérations de charges). La baisse des taux sera plus que compensée par la croissance des revenus induite. Et plus de double imposition : les impôts sur le patrimoine, sur les sociétés et sur l’épargne doivent être supprimés puisque les contribuables ont déjà payé l’impôt sur le revenu.

Je donnerai la priorité absolue à la flexibilité du marché du travail, m’inspirant des lois Hartz mises en place par le chancelier Gerhard Schroëder au début des années 2000 et restaurant la liberté des contrats de travail.

Je vais réserver le statut de la fonction publique au personnel assurant des missions régaliennes de défense, police et justice. Les autres fonctionnaires seront soumis à des contrats de droit privé. Environ 1.6 millions postes de fonctionnaires doivent être supprimés pour être dans la moyenne des pays membres de l’OCDE.

Je suis conscient que notre système de retraites et d’assurance maladie ne peuvent plus survivre. Les déficits se comptent en dizaines de milliards d’euros. J’ai donc décidé de passer à un système de retraites par capitalisation comme cela existe d’ailleurs dans de nombreux pays, et même en France (pour les fonctionnaires nationaux et territoriaux, les sénateurs…). Notre système de santé qui devient de plus en plus coûteux sera progressivement ouvert à la concurrence et les Français bénéficieront d’un Compte santé individuel pour pouvoir s’assurer à la Caisse de leur choix. Nous serons ainsi en conformité avec les directives européennes que nous avons ignorées soigneusement depuis 1992.

Voilà quelques-unes des mesures que je compte prendre dans les jours et les semaines qui suivront mon élection. Si je suis élu, d’autres réformes seront appliquées, concernant en particulier l’Education Nationale, coûteuse et inefficace, qu’il faut soumettre à un régime de concurrence et d’autonomie.

Il faut dire la vérité aux Français ! Je ferai ce qu’ont fait, à un moment très difficile pour leurs pays, Reagan et Thatcher, mais aussi Gerhard Schroëder en Allemagne, Tony Blair, le candidat de la « gauche » britannique qui a même approfondi les réformes thatchériennes, Ruud Lubbers, le Premier ministre chrétien-démocrate des Pays-Bas, Jean Chrétien, le Premier ministre canadien ou bien le Premier ministre suédois, le socialiste Ingvar Carlsson. Ces quelques exemples démontrent qu’il ne suffit pas de faire semblant de réformer. Il faut aller jusqu’au bout et montrer une volonté politique sans faille en écoutant les électeurs. C’est la clef du succès aux élections. Croyez-moi, j’ai changé car j’ai beaucoup appris de ces exemples ! La rupture c’est maintenant ou jamais !

Nicolas Sarkozy avec l’aide de Nicolas Lecaussin

Partager cet article :

Autres lectures ...

La dette : les leçons économiques et budgétaires des pays membres de l’UE à la France

Liberté de licencier : suivre les exemples allemand et canadien


En matière de chômage, il y a autant d'écart entre la France et l'Allemagne, qu'entre la Grèce et la France : 2,5 fois plus dans ces deux cas
(et même un peu moins dans le 2ème)

Une dette, il faut la rembourser !



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (41)

je n'ose y croire...

le 17 septembre 2014, 15:07 par dominogris

Il n'y a plus qu'à espérer un vaste assentiment populaire. Les Français auront-ils compris après 5 ans de socialisme ?
Une remarque : les niches supprimées rapporteront 100M à l'État. C'est vrai, mais avec le même système fiscal par ailleurs
Des détails sans le 3e paragraphe :
> des personnes bourrées de qualités
> ce sont eux qui savent mieux
> des Fregoli qui cherchent

- Répondre -

j'aimerai y croire

le 17 septembre 2014, 15:41 par ecosceptique

NS pourrait écrire cela : les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent !!!

- Répondre -

NICOLAS, AU POUVOIR !

le 18 septembre 2014, 15:15 par PC PAILHOUX

Oui, je confirme que je voterai pour Nicolas.
Nicolas LECAUSSIN évidemment, bande de chers naîfs !
Amicalement.
P C P

- Répondre -

Nicolas, au pouvoir !

le 18 septembre 2014, 15:17 par P C PAILHOUX

Je confirme et je signe : je voterai "Nicolas" !
Nicolas Lecaussin, évidemment ...
Bien vu !
PCP

- Répondre -

pourquoi attendre ?

le 20 septembre 2014, 07:58 par ariel

Merci pour votre programme auquel on ne peut qu'adhérer.
Mais pourquoi attendre ?
Les régionales vont arriver. Elles peuvent être l' occasion d'une reprise du pouvoir à l' échelon régional. Compte tenu des pouvoirs autonomes des régions, c'est un atout majeur dans la lutte pour le redressement.

- Répondre -

Qui d'autre ?

le 20 septembre 2014, 12:07 par Gerard Lafont

C'est formidable, c'est exactement ce qu'il faut faire et absolument personne d'autre n'en est capable.

Y croire est une autre histoire.. mais ce qui est certain, c'est que tous les autres sont des professionnels du discours souvent avec de mauvaises idée et des incompétents notoires.

Nicolas Sarkozy a échoué en tentant de rassembler les Français avec un gouvernement d'ouverture et de compromis. Hollande nous a profondément divisé en faisant une politique sectaire de gauche. C'est cette politique archaïque et dogmatique qui doit être mise au rebut car le monde a changé. Notre modèle social est définitivement irrécupérable au plan démographique.

Alors il faut y croire et arrêter l'anti-sarkozisme primaire qui a porté un petit notable à la tête de l'Etat et ajouté 500.500 demandeurs d'emplois plus 100 milliards de dettes depuis mai 2012.

- Répondre -

Oui, sauf que....

le 20 septembre 2014, 12:34 par myriam

D'un, les Français ne sont ni les anglais ni les allemands (comment gérer des mois de grèves et de manifs à prévoir suivant le vote de ces mesures, plus la guerre contre nos syndicats hyper puissants ?)

De deux : que ferez-vous avec le Qatar ? Pourront-il racheter la France ou négocierez-vous un peu avant, quand même ?

De trois : votre passif avec Kadhafi et consorts : on l'a encore en travers de la gorge...

- Répondre -

Augias

le 20 septembre 2014, 17:34 par Bedel

Oui, il faut nettoyer les écuries d'Augias. Vite !

- Répondre -

TRES BON PROGRAMME ! mais tellement INCROYABLE

le 20 septembre 2014, 23:48 par Bruno COUBAT

paralyser unE CERTAINE France un temps, secouer le cocotier "état", en réduire son périmètre, n' importe quel libéral, voire libertarien, est preneur et donnera sa voie. Donnerais la mienne ? Ais je envie de me faire avoir ? nb : il manque une chose, la reconnaissance du libre choix de l'assurance maladie !

- Répondre -

la nausée

le 21 septembre 2014, 09:43 par claret

Sarkö le revenant, un spectre : aucune conviction, seulement des appétits personnels. Est prêt à toutes les postures et impostures, à vendre la France et les Français pour revenir à l'Elysée. Poison mortel dans une masse de confiture. Qui veut en goûter ? Rien que d'y penser on a déjà la nausée ... vite, une cuvette !

- Répondre -

Tous au paquet !

le 21 septembre 2014, 10:00 par Clavier

En voilà au moins un qui sait ce qu'il veut ...
J'enfile la frag, je graille et j'arrive !
Parceque vu l'objectif, ça va camphrer grâve ......

- Répondre -

Mes propositions de mesures pour sauver la FRANCE.

le 21 septembre 2014, 11:55 par Astérix

INSCRIPTION DANS LA CONSTITUTION DES MESURES SUIVANTES :

> La liberté totale d’entreprendre

> L’interdiction de tout déficit des finances publiques et des caisses sociales, retraites.. etc…

> La suppression de toutes les contraintes administratives paralysantes par la refonte totale et la simplification de tous les "codes" actuels, de manière à les réduire de 80% (liberté totale de recruter et de licencier, autorisation de travailler le dimanche)

> La réduction massive des dépenses publiques à hauteur de 300 milliards par an dans un premier temps ; elles sont actuellement à plus de 57 % du PIB en théorie, elle sont, en réalité, bien au delà.

> Baisse de 70 % du nombre de fonctionnaires ; près de 7 millions à ce jour contre 500 000 sous de Gaulle. La fonction publique désormais réservée uniquement aux fonctions régaliennes de l’état

> L’interdiction pour tout gouvernement de prélever plus de 30 % de la richesse créée par le secteur privé (impôts directs et indirects, taxes sur les carburants, etc…) avec contrôle par des gestionnaires du privé indépendants. En cas de non respect, le Président de la République et le gouvernement sont destitués sans appel et de plein droit

> Bouclier fiscal plafonné à 30 % concernant uniquement les personnes à faibles revenus

> Suppression de toutes les subventions aux entreprises, aux associations, aux agences étatiques

> Mise en concurrence obligatoire de la Sécurité Sociale (assurances privées)

> Mise en place d’un régime unique de retraite pour tous. Suppression de tous les régimes spéciaux. Alignement du public sur celui du privé

> L’impérieuse nécessité de maîtriser nos décisions nationales, dans un ensemble mondial, et la possibilité de refuser à tout moment le dicktat de Bruxelles sur le plan administratif, judiciaire et monétaire, ou de tout autre état

> La refonte totale de la justice (développement de la médiation INDÉPENDANTE et NON SALARIÉE et de l’arbitrage INDÉPENDANT pour tout ce qui à trait aux litiges économiques et financiers)

> Rétablissement de la sécurité pour les personnes et les biens ; mise en place d'une véritable légitime défense

> L'obligation d'avoir recours aux référendums pour tout ce qui concerne les sujets d'importance (liste à définir)

> Rétablissement de la peine de mort pour toute personne ayant tué volontairement et pour toute personne se livrant à la fabrication et/ou à la distribution de drogue.

> Rétablissement d’une peine minimale incompressible de prison, sans remise de peine possible, pour toute forme d’agression ou d’atteinte aux personnes et aux biens

> Suppression immédiate de la nationalité Française à vie pour tout étranger condamné y compris pour les mineurs délinquants et leurs parents avec expulsion immédiate de plein droit du territoire

> Suppression de toute forme d’allocation aux étrangers ne pouvant justifier d’une activité avec versement de cotisations en France et expulsion de plein droit du territoire

> Suppresssion du financement social des familles polygames

> Suppression du regroupement familial pour les étrangers

- Répondre -

Bravo Nicolas !

le 21 septembre 2014, 15:55 par mariache

Si vous êtes vraiment capable de faire de telles propositions et de passer à l'action vous aurez les votes d'une grande majorité des français et vous aurez sauvé le pays en le ramenant au XXIE siècle.

- Répondre -

J ai peur !!!'

le 21 septembre 2014, 23:46 par Cilou

Pas un mot de cette violence qui est maintenant bien ancrée en Europe !
et ce n est pas le seul problème !
Merci d y réfléchir Monsieur Le Président

- Répondre -

Sarko ?

le 22 septembre 2014, 09:32 par baro31

Il y a une ambiguïté dans votre titre, vous laissez penser que Sarko a participé à la rédaction de ce texte, c'est malhonnête quant à la présentation.
Ceci dit ce programme me convient !
Merci de clarifier

- Répondre -

Gros doutes !

le 22 septembre 2014, 09:45 par Pas con vaincu

"...avoir des convictions de fond et une vision d’ensemble personnelle ; maîtriser la tactique politicienne, savoir convaincre l’opinion ; posséder la capacité de décision (et de décision rapide) ; avoir le courage d’appliquer ce qui a été décidé."

Les 5 qualités citées ressemblent davantage à une PNL bien orchestrée pour mieux abuser, qu'à de véritables qualités de fond. Je les traduis :
> avoir des convictions de fond = J'ai les dents longues
> une vision d’ensemble personnelle = Moi d'abord !
> maîtriser la tactique politicienne = Savoir mentir en faisant passer ça pour de la vérité
> savoir convaincre l’opinion = Ou comment duper l'opinion publique
> avoir le courage d’appliquer ce qui a été décidé = Appliquer coûte que coûte les 4 points ci-dessus.

S'agissant du programme : Qui ne voterait pas pour un tel programme ?
Le problème, c'est que NS n'a pas du tout récupéré sa crédibilité (au contraire).
J'ai voté en pleine confiance pour lui la première fois mais je me suis totalement abstenu la seconde, tellement j'ai été outré et désabusé par son quinquennat (et surtout par le bonhomme).

La vraie question : Comment compte-t-il s'y prendre pour nous redonner l'envie de voter pour lui une seconde fois ? Son programme est bon mais on sait tous pertinemment qu'il ne l'appliquera pas.

Au passage, je signe (comme d'habitude : Sans réserve s'agissant des points de vue exprimés par cette personne) pour l'excellent programme "d'Astérix" qui est cité en commentaire !

- Répondre -

bravo

le 22 septembre 2014, 10:03 par tresceptique

Enfin un programme sérieux et cohérent. Malheureusement aucune chance que ça arrive, ne serait ce que partiellement.

- Répondre -

Le changement !

le 22 septembre 2014, 10:03 par Juillard

Ce sont d'excellentes résolutions, mais quels en sont les moyens ?
Pensez-vous que vous aurez les mains libres pour appliquer un tel programme ?
Qu'en pense la haute finance ?
Et comment et avec qui allez vous tenir ces promesses

- Répondre -

Et les réformes de sociétés ?

le 22 septembre 2014, 10:10 par Pascal

J'applaudis de tout cœur à ces suggestions mais personnellement, le sujet qui me tient le plus à cœur c'est l'engagement du prochain président de casser cette loi dite du « mariage pour tous », telle qu'elle a été faite par les idéologues socialistes qui ne sont tolérants qu'avec leur propres idées.

Une société ne peut tenir que si la famille est la base de la société et que l'État la soutient. Ce n'est pas moi qui le dis, c'est la déclaration universelle des droits de l'homme sur laquelle les socialistes s'assoient bien volontiers dès lors qu'il s'agit d'imposer leur diktat. Tous les pays qui connaissent le socialisme basé sur la lutte des classes connaissent la dictature idéologique.

L'économie, aussi louable soit-elle passe après la famille et uniquement après. En revanche, je conviens tout à fait qu'il faille prévoir une loi permettant un statut particulier pour les homosexuels qui n'ont pas lieu d'être mis à l'écart de la société. Mais, de grâce, que l'on appelle pas cela famille ni mariage et que l'enfant à naître ne soit pas une marchandise ni un droit.

- Répondre -

Pour faire la cuisine, il faut des casseroles…

le 22 septembre 2014, 11:24 par Philippe

Et justement des casseroles, Sarko n'en manque pas ! Je vous invite à regarder la savoureuse vidéo « Compilation des mensonges de Sarkozy ». Il manque d'ailleurs l'affaire des panneaux des radars : en 2007 il jugeait scanaleux d'enlever les panneaux, en 2011 il les faisait enlever. Toute sa politique de répression routière est une vaste escroquerie. Cet homme est un éternel menteur opportuniste, comme malheureusement beaucoup d'hommes politiques.

Et puis maintenant qu'il s'est débarrassé de son ex-copain libyen, qui va financer sa nouvelle campagne ?

Personnellement, je préfère qu'il reste dans sa cuisine.

- Répondre -

Autre décision

le 22 septembre 2014, 11:41 par jl.bozon

Et en plus, je promets de me faire soigner. En effet, être bipolaire peut être favorable à une carrière politique mais pas suffisant pour être efficace...
NB : Ce programme est celui de Nicolas... MIGUET , non ?

- Répondre -

Enfin, de bonnes idées.....

le 22 septembre 2014, 12:15 par BRENET

J'ai lu attentivement ce courrier soit disant de Nicolas Sarkozy ( mais est ce vrai ?) et apprécié ; je regrette qu'il n'y ait rien sur l'immigration, ni sur l'assistanat qui nous ruinent ; c'est peut être pour demain ou après demain, mais il est certain que les Français ont un réel besoin de sécurité, et je pense que si l'idée de réduire le nombre de fonctionnaires est très important, chaque nouvel embauché doit renforcer les forces de l'ordre pendant un certain temps ; comment expliquer que depuis plus de 2 ans on renforce les effectifs de professeurs (aux résultats plus que décevants) alors que selon l'IFRAP, il y aurait plus de 20.000 professeurs qui n'ont pas d'élèves ou étudiants devant eux. De toutes façons, il faut réserver le "titre" de fonctionnaire à certains salariés de ministères comme il est dit dans la lettre ci-dessus. Mais pouvons-nous avoir vraiment confiance aujourd'hui car on a déjà donné et rien reçu.

- Répondre -

qu'il aille en taule !

le 22 septembre 2014, 12:36 par wpjo

Ce n'est pas "ce qu'il devrait dire". Il s'est rendu complètement incrédible, favoritisme, mensonge, un trop grand ego et à la limite du narcissisme. C'est d'ailleurs cette de'rrni-ère "qaulité" qu'il s'est déclaré candidat à la présidence seulement deux mois avant les élections au lieu de passer cette charge à M Fillon qui l'aurait facilement emporté (délit de "belle gueule" aidant).

D'ailleurs, à cause de son narcissisme, M Sarkozy ne tiendrai jamais un discours pareil.

Si Sarkozy se représente, je ferai campagne pour le Front National et Mme Le Pen aura de très fortes chances de le remporter contre lui au deuxième tour, surtout si son père nous nous pourrait faire le plaisir de mourir avant.

- Répondre -

Prudence !

le 22 septembre 2014, 13:06 par Atérix

Pendant toute sa Présidence, Nicolas Sarkozy a pratiqué une politique SOCIALISTE. 600 milliards de dettes supplémentaires !

naturellement Hollande a fait bien pire en 2 ans.

Depuis 1973, la France n'a jamais connu l'équilibre de ses comptes publics !

pourquoi ferait-il aujourd'hui ce qu'il n'a pas fait hier ?

Pourquoi Nicolas Sarkozy ne comprend pas que pour redresser la France du jour au lendemain il faut simplement mettre en place un Paradis fiscal de nature à faire repartir l'économie dans des proportions que les Français n'imaginent pas ?

BON DIEU, c'est pourtant simple ! c'est cela ou la ruine pour tous !

Avec les engagements hors bilan, la dette de la France n'est pas de 2000 milliards mais de plus de 5000 milliards....!

La France a besoin de gestionnaires avertis et non de politicards qui, en définitive, ne pensent qu'à leur nombril et pas à l'avenir de la France.

- Répondre -

Quel beau rêve !

le 22 septembre 2014, 13:23 par A. Miton

Pendant qu'on y est il faut également remettre de l'ordre chez les magistrats et renvoyer chez eux tous ceux qui ont participé à cette ignominie du "mur des cons".
Il faudrait aussi supprimer le droit de vote aux fonctionnaires, ce qui permettrait de faire passer les réformes les concernant.
Merci de ce court voyage en Utopie.
AM

- Répondre -

ahurissant

le 22 septembre 2014, 13:55 par GRAS Dominique

Je viens de lire la lettre de Nicolas Sarkosy,enfin une politique de droite,un virage à cent pour cent
je n'en reviens pas,ahurissant,j'en suis bouleversé,si cela pouvait être vrai ,je me bats pour l'application des directives européennes de 1992 sur la liberté d'assurance,la fin du monopole de la sécurité sociale, ce depuis 1994, que de temps perdu .comment y croire car en tant que Ministre de l'intérieur en 2002 (gouvernement de cohabitation )dans une lettre il avait écrit que quand il serait de retour aux affaires il ferait appliquer ces fameuses directives européennes,on attend toujours.Monsieur le président échaudé une fois mais pas deux ! merci quand même de reconnaître que les directives européennes de 92 ne sont pas appliquées.

L'Dom

- Répondre -

les personnes qui ne travail pas

le 22 septembre 2014, 14:00 par froger

bjr, quand je lis votre programme cela m'encourage a voté pour vous, met sa qui me géne se sont les personnes qui ne travail pas depuis des années et qui profite de la société , et qui ont drois a tout même qui touche plus cher que moi , avec les aides, moi je suis fonctionnaires dans l'éducation national depuis 1990 , je suis adjoint technique de laboratoire , je suis de catégorie c , et je gagne que 1429€ net par mois.
je me plein pas car j'ai un travail.met c'est déficile en fin de mois , alors quand je voit des gents qui touche encore plus que moi en ne travaillant pas , il ya un problème et les gents en ont mare, merci d'avance.

- Répondre -

Partage d'illusions

le 22 septembre 2014, 14:07 par Roger

Déçu de N.Sarkozy.
J'irai voter pour qui, la prochaine fois ? Pas pour le meilleur, mais pour le moins mauvais, le moins médiocre, le moins malhonnête. Ce n'est pas drôle !
Bravo à Astérix : voilà les propos que j'avais écrits à N.Sarkozy, à l'époque, en 2007, où je lui donnais quelques crédibilités, avec un point important : SIMPLIFIER tous ces règlements, codes de ceci, codes de cela. Nos élus et nos fonctionnaires, trop nombreux, nous étouffent.

- Répondre -

La lettre ouverte de Nicolas Sarkosy

le 22 septembre 2014, 14:28 par Le grand retour

"Le système éducatif s’effondre alors que...." c'est super et digne d'un homme politique.....pour comble 30 mois après son départ de la présidence, Monsieur Sarkosy fait ce dramatique constat...c'est pathétique...Depuis ses débuts en politique, Monsieur Sarkozy ne sait pas encore :
> que la situation dans lequel le système éducatif se trouve est la conséquence de mesures prises par les ministres de l'éducation qu'il à mis en fonction dans les gouvernements respectifs...le dernier en date (le pire de tous)Luc Chatel se proposait de remplacer les enseignants (dont le poste avait été supprimé pour cause de réduction de budget) par des retraités ou demandeurs d'emploi...!! (quid du niveau de qualification). Monsieur Sarkozy ne sait-il pas qu'il faut pour enseigner être titulaire d'un master2, (X.Darcos) et ensuite passer un concours....
> les réformes engagées par Xavier Darcos et Luc Chatel s'appliquent aujourd'hui, en effet il faut trois années pour les mettre en place et 2 autres supplémentaires pour les stabiliser et obtenir des résultats cohérents... Cette réforme de l'éducation, aux dires de Monsieur Sarkozy, montre de bien piètres résultats...mais sur quoi se base cette affirmation ? les résultats aux examens n'ont jamais été aussi bon !

"Je vais réserver le statut de la fonction publique au personnel assurant des missions régaliennes de défense, police et justice. Les autres fonctionnaires seront soumis à des contrats de droit privé."
Alors là....on touche le fond.....plus de douanes, plus d'école publique...... plus d'hôpitaux, plus de fonction public, c'est la porte ouverte au tout " privé"....gérées par qui ? comment faire pour aider les personnes qui sont dans le gouffre ? Ou trouveront-il les fonds pour instruire leurs enfants, pour se soigner etc.....?

"Nous savons ce qu’il faut faire". Monsieur Sarkosy souhaite sortir la France, qu'il a lui même plongé dans la situation où elle se trouve. A t-il oublié les années où il exerçait comme homme de pouvoir ? ou il ne pouvait rien faire. Aujourd'hui il sait ce qu'il faut faire ??? C'est magique !!! il faut conseiller à tous les politiques de prendre deux ou trois années de repos rémunérées et ensuite de revenir pour nous sortir de l'impasse !! Il est très facile de se gausser aujourd'hui de l'inefficacité des politiques en fonctions, qui, ont hérité de ses propres échecs....( Ca c'est de la politique de haut niveau...) et Monsieur Sarkosy n'est pas un énarque...
Si Monsieur Sarkosy veut agir et bien qu'il ne fasse Rien !!, qu'il reste dans l'ombre "retraité au parachute doré" avec sa fortune amassée durant son mandat de Président de la République. Monsieur Sarkosy veut agir pour aider ses "chers compatriotes" qu'il commence par régler ses problèmes avec la justice et réponde de ses actes devant les Français, il aura là, matière à faire et agir !!!.

Encore une chose, j'ai 50 ans j'enseigne dans un Lycée technologique, j'ai un Master2 et l'an prochain je soutiendrai ma thèse de Doctorat, mon travail d'Enseignant et de Doctorant m'impose environ 70 heures semaine. J'ai la chance de faire des études supérieures car je suis salarié, donc capable de m'autofinancer. Un demandeur d'emploi, (Merci V.Pecresse d'avoir donné l'indépendance aux universités), ne pourra prétendre à une inscription dans le troisième cycle sans un financement !!! Madame Pécresse qui disait à qui voulait entendre que la France se doit être innovante, compétitive, la France manque d'ingénieurs de chercheurs etc....que de discours, nos politiques sont les champions du monde de la langue de bois !!!!!

Je suis Français né de parents émigrés Italien, venus reconstruire la France au charbonnage de France après la seconde guerre mondiale. Ils ont épousé la nationalité Française et se sont comportés et intégrés comme tels. Nous sommes six enfants, l'Ecole public à fait que nous sommes tous détenteurs de diplômes divers et variés (licence minimum). Un système éducatif privé n'aurait pu financièrement être supporté par mes parents ouvriers !! Je suis fier d'être Français, heureux de vivre dans ce beau pays, d'y élever mes enfants, il peuvent profiter de l'école public et laïc en toute sécurité. Je déteste les extrémistes de gauche et de droite, les racistes, de tels propositions de la part de Monsieur Sarkosy risquent fort de nous mener vers un pouvoir d'extrême droite....la fin de tout et de toute liberté !! A bon lecteur, salutations.

- Répondre -

Pour faire la cuisine, il faut des casseroles…

le 22 septembre 2014, 15:33 par Philippe

Et justement des casseroles, Sarko n'en manque pas ! Je vous invite à regarder la savoureuse vidéo « Compilation des mensonges de Sarkozy ». Il manque d'ailleurs l'affaire des panneaux des radars : en 2007 il jugeait scandaleux d'enlever les panneaux, en 2011 il les faisait enlever. Toute sa politique de répression routière est une vaste escroquerie. Cet homme est un éternel menteur opportuniste, comme malheureusement beaucoup d'hommes politiques.

Et puis maintenant qu'il s'est débarrassé de son ex-copain libyen, qui va donc pouvoir financer sa nouvelle campagne ?

Personnellement, je préfère qu'il reste dans sa cuisine.

- Répondre -

Lettre ouverte !!!

le 22 septembre 2014, 18:16 par Pecadille

N'est ce pas plutôt du Nicolas Lecaussin revisité Nicolas Sarkozy...

- Répondre -

prelevements obligatoires

le 23 septembre 2014, 09:15 par pinhas

a plus de 40/100 la gestion est déjà difficile alors a plus de 46/100 plus des emprunts pour assurer le budget ,c'est du délire et de la cavalerie
un budget devrait devait s'établir en fonction des recettes réelles et non d'une croissance
fictive et démagogique ! honte a notre monde politique qui ne mérite que du mépris !

- Répondre -

équité !

le 23 septembre 2014, 14:24 par cocotier

Oui pouvons encore y croire, les gens de gauche sont redoutables de naïveté de mensonges et d'incompétence, ils se sont fait élire en majorité et grâce aux journalistes de gauche parisien, par les musulmans pseudo français et par les homosexuels ! avec ça ! voilà ou nous en sommes ! avez vous encore le pouvoir de changer leur gestion minable de la France ! la gauche dans tous les domaines nous tirent vers le bas ! mes enfants sont partis de France faire leur avenir à l'étranger et j'en suis heureuse et soulagée.
Les français sont longs à la détente, vont ils comprendre ou il va être trop tard !
Pouvez vous nous dire s'il vous plait si vous trouver normal que des français ayant travaillé toute une vie se retrouve avec une retraite très insuffisante ne leur permettant pas(impossible de prendre une mutuelle) ni de se soigner les dents ni de prendre des lunettes ni de se loger correctement voient à côté d'eux des gens venus d'autres pays que l'on loge soigne nourrit éduque gratuitement,le bon sens vous dicte quoi , comment ne voulez vous pas attiser un certain sens de racisme même si les français ne le sont profondément pas ils peuvent avoir des ressentis néfastes et c'est normal,vous feriez d'énormes économies !encore quelques unes avec beaucoup moins de députés pas de retraite à vie !quel honte au nom de quoi même si ils le sont 3 mois ils touchent une retraite à vie ou va t'on !! plus de sénat, économie économie !! il faut arrêter de penser que le français ne lis pas ne se documente pas ne réfléchit pas !
Pourriez vous aussi nous débarrasser des mauvais journalistes !! à la télé dans les journaux beaucoup font leurs boulots mais trop sont politisés et font mal leur métier on ne leur demande pas de penser à notre place on leur demande de nous donner les faits les plus exacts possible pour nous faire notre propre opinion,ils doivent être des enquêteurs impartiaux,poser les bonnes questions et commenter que très succinctement avec circonspection !
je pense aussi qu'il faut des réformes en profondeur et pour l'éducation voir les suisses c'est parfait ! arrêter très vite la réforme actuelle, catastrophique pour les enfants ! une génération de foutue et revenir à l'apprentissage syllabique ! absolument !
n'oubliez jamais que vous avez fait aussi beaucoup d'erreur choisi de mauvais ministres (éducation nationale) pas tenu vos promesses ou mis trop longtemps à le faire attention ! je voterai pour vous mais ne nous décevez plus de toutes façons nous n'avons pas trop le choix et ce n'est pas très réjouissant pour vous de le savoir ! alors vraiment attention !

- Répondre -

Paroles, paroles...

le 23 septembre 2014, 19:11 par Eddy K

Même si Sarkozy disait cela, quelle serait la probabilité pour qu'il tienne ses engagements ?

- Répondre -

Lettre ouverte

le 24 septembre 2014, 11:44 par Richard C.

Tout est parfait dans cette lettre !
Les promesses qu'il nous a faites, il nous les refait encore !
celui qui a servi de marchepied à françois H. se retrouvera au second tour face à Marine, qui sera élue.
Ainsi va la politique française !

- Répondre -

félicitations

le 25 septembre 2014, 16:06 par ludovic Penin

Merci pour ce texte pertinent dont pas une virgule n'est à changer ! Puisse-t-il être entendu et mis en oeuvre par l'intéressé !!
Une remarque qui répond à l'un des commentaires ci-dessous : il manque une mesure capitale à prendre immédiatement, la suppression du financement public des syndicats, ce qui évitera les grèves massives car ils ne pourront plus les financer.
Bien cordialement

- Répondre -

Lettre ouverte à Monsieur Le Président Nicolas Sarkozy

le 27 septembre 2014, 11:01 par Astérix

En 2007, j'attendais que le jour suivant votre élection vous vous adressiez aux Français en leur précisant que vous veniez de prendre la tête d'un état en faillite et qu'ainsi votre responsabilité consistait à prendre immédiatement des mesures draconiennes afin de baisser massivement les dépenses publiques, sociales, les charges, prélèvements obligatoires et autres impôts.

Je pensais que vous ajouteriez que vous n'alliez rien lâcher car il s'agissait de l'intérêt supérieur et de l'avenir de la France.

Si quelques grèvistes abrutis avaient dans l'idée de paralyser le Pays, vous agiriez alors comme était capable de le faire Madame M.THATCHER qui je le rappelle à sauvé l'angleterre.

Une fois élu vous avez mené, avec vos partisans, une politique SOCIALISTE en endettant la France de 600 milliards supplémentaires et en augmentant les dépenses publiques...?

Durant 5 ans, pas un centime d'économie réalisé sur les dépenses publiques citées plus haut...???!

Je rappelle la dette de la France : 2000 milliards + les engagements hors bilan (caution solidaire des Français):3000 milliards= 5000 milliards.

HAUSSE DES DÉPENSES PUBLIQUES : + 58% EN 10 ANS (SOURCE INSEE)

DÉPENSES DE L'ÉTAT : +37 %

> 2003 : 272,7 MILLIARDS D'EUROS
> 2013 : 373,3 MILLIARDS D'EUROS

DÉPENSES DES COLLECTIVITÉS LOCALES : + 66 %

> 2003 : 144 MILLIARDS D'EUROS
> 2013 : 240 MILLIARDS D'EUROS

DÉPENSES SOCIALES : + 70 %

> 2003 : 387,7 MILLIARDS D'EUROS
> 2013 : 660 MILLIARDS D'EUROS

AFIN DE SIMPLEMENT REVENIR A L'ANNÉE 2003, IL FAUDRAIT ÉCONOMISER 468,90 MILLIARDS D'EUROS PAR AN.

Cette économie minimum annuelle jusqu'à annulation totale des dettes sera bien dans votre prochain programme, n'est-ce pas ?

Êtes-vous prêt, Monsieur le Président, comme tous ceux qui seraient tentés de se présenter à la Présidence de la République à inscrire dans la constitution les principes de bon sens concernant l'endettement et les limites des prélèvements obligatoires et impôts que vous seriez amenés à proposer aux Français ?

Ainsi, nos compatriotes seraient rassurés. Ils disposeraient de garanties et de la possibilité de renverser sur le champ ceux qui nous gouverneront demain et qui seraient tentés de leur mentir...!?

- Répondre -

Laissez nous travailler !

le 29 septembre 2014, 09:24 par cp

La communication est bien décrite, mais comme à l'habitude va restée sans action concrète.
Je ne comprend pas comment un personne qui n'arrive pas à gérer ses dépenses de campagne sans dérives peut prétendre redresser le pays aussi rapidement.
Très déçu de 2007 et co-dirigeant d'une PME de 50 personnes, je vous invite à passer une semaine au sein de notre entreprise afin de vous faire découvrir ce qu'est la "vrai vie d'une entreprise française". L'ensemble des politiques français est complétement déconnecte semble plus motivé à s'assurer un salaire démesuré que de défendre dignement les intérêts de notre Pays !

- Répondre -

Voilà enfin un programme

le 1er octobre 2014, 12:24 par Sophie lemaire

Courage à celui qui oserait enfin réformer il est temps de s'y mettre car Mr Hollande est un incapable.
Je vote Niclas sans hésiter.

- Répondre -

Tout est dit !

le 5 octobre 2014, 12:51 par Eric

Bravo, pour cette synthèse résumant parfaitement le retour à la réalité dont la France a tant besoin !
En suivant ces quelques pistes de réformes courageuses, la France se sauverait en quelques années et redeviendrait enfin un pays qui ose, une terre d'innovation, de créativité et de libre-entreprise.
Ne lâchons rien en vue de la prochaine élection présidentielle, tous ces sujets doivent être au cœur du débat !

- Répondre -

Il manque la liberté sociale !

le 5 octobre 2014, 13:29 par Eric

La sécurité sociale (retraite et santé) doit être privatisée pour rendre leur liberté et leur pouvoir d'achat aux français, et qui percevront leur salaire complet (brut employeur).
Ils pourront ainsi s'assurer pour bien moins cher dans le privé (mis en concurrence), et auront alors suffisamment de revenus pour capitaliser pour leur retraite, au lieu d'être spoliés par l'Etat qui les redistribue en priorité à aux employés privilégiés du public.
La solidarité sera assurée par l'impôt et réservé aux plus démunis, sous conditions (il faut en finir avec la gratuité totale pour les non-cotisants, aux dépens des cotisants).

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies