Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/2933

par ,

Les immigrés aux Etats Unis ne détruisent pas les emplois, ils en créent

Contrairement à ce que soutiennent certains partis politiques, les immigrés ne "prennent pas l’emploi des autres". Bien au contraire, ils en créent... Deux Etudes américaines le prouvent parfaitement.

Une Etude du National Bureau of Economic Research (NBER) explique qu’il existe deux catégories d’immigrés s’installant aux Etats-Unis. La grande majorité représente une main d’œuvre peu qualifiée, qui est embauchée à bas coûts dans des entreprises sur le sol américain, mais ces mêmes entreprises en profitent pour créer d’autres emplois plus qualifiés.

La deuxième catégorie d’immigrés est surtout créatrice d’entreprises. C’est un mélange de diplômés et de non-diplômés qui ont décidé de lancer leur propre affaire. C’est ce que montre une Etude de la Fondation Kauffman, spécialisée dans l’entrepreneuriat. Selon cette Etude réalisée par Robert W. Fairlie, sur 100 000 immigrés, 490 créent une entreprise tous les mois, contre 260 créations par les Américains "de souche ". En Amérique, naissent tous les mois 514 000 entreprises environ.

Les immigrés représentent environ 27 % des entrepreneurs aux Etats-Unis. Par rapport à la population totale, les immigrés sont deux fois plus nombreux à se lancer dans la création d’entreprises. Les hispaniques sont les plus actifs, dont l’activité entrepreneuriale n’a pas cessé malgré la crise. A cet égard, les Etats où la création d’entreprises est la plus forte sont le Nouveau Mexique et le Texas. De plus, les Hispaniques représentaient, en 2012, 19.5 % du total des entrepreneurs basés sur le territoire américain. Si ces immigrés, arrivant sur le sol américain, se lancent dans la création d’entreprises, c’est bien parce que l’Etat-providence ne leur ouvre pas les bras..., comme par exemple en France, ce qui les oblige à travailler !

Partager cet article :

Autres lectures ...

Les Désillusions de la liberté
Par Pierre Bentata, Les Editons de l’Observatoire, 2017

Faciliter le licenciement ou l’occasion manquée de la ministre du Travail


Seattle : le salaire minimum détruit de l’emploi

Liberté de licencier : suivre les exemples allemand et canadien



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (1)

Aux USA les immigrés sont des travailleurs, en France des "assistés"

le 16 mai 2014, 17:01 par AlainD44

Il y a une grosse différence entre les USA et la France. Pour immigrer aux USA, il faut travailler.
Beaucoup d'autres pays sont dans le même style : il faut soit travailler, soit avoir des revenus suffisants pour vivre.
En France, au contraire, une bonne partie de nos immigrés sont des "assistés" : pourquoi se priveraient ils d'ailleurs, puisqu'on leur offre le gite, le couvert et l'argent de poche ?

Ce qui est vrai aux USA sur l'aspect positif de l'immigration ne l'est pas forcément en France. D'ailleurs, c'est sans doute pour celà qu'on n'a pas le droit d'avoir des statistiques par origine, race ou culture.

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies