Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/3095

par ,

Le marché des génériques en France
un dirigisme archaïque qui coûte cher

Le tout récent rapport de la Cour des Comptes a pointé les résultats encore insuffisants du marché des médicaments génériques. La Cour avance plusieurs recommandations, dont le remplacement de la prime octroyée aux pharmaciens, pour le moment proportionnelle aux ventes de génériques, par une compensation forfaitaire, ainsi que la rénovation de la politique de fixation de prix.

Outre, la responsabilisation des médecins et la pédagogie auprès des patients, que la Cour présente comme des leviers importants, c’est la libéralisation du marché qui permettra de faire des économies de long terme : supprimer les rigidités imposées par l’Etat, libérer la concurrence et faire baisser les prix pour réduire la facture en matière de santé.

Supprimer les compensations financières des pharmacies

En effet, chaque fois qu’un pharmacien permet à la Sécurité Sociale 10€ d’économie par la vente de génériques, il en reçoit 5 en rétribution de son généreux comportement : la moitié ! Ainsi, les pharmaciens ont reçu 1,7md€ en 2013, alors que les économies liées à la vente de génériques se sont élevées à 1,6 md€. En d’autres termes, 1€ d’économie se paie 1€ aux pharmaciens !

Comme sur la plupart des marchés de biens ou services, les pharmaciens pourraient être incités à vendre des génériques par des perspectives de croissance des volumes de vente et des bénéfices, par les marges obtenues des fabricants, pas par une prime qui coûte près de 2mds€ à l’Etat !

Libéraliser les prix et favoriser la concurrence

A l’heure actuelle, le prix du générique est décoté par rapport à celui de son médicament de référence, sur décision du Comité économique des produits de santé (CEPS), organisme interministériel placé sous l’autorité conjointe des ministres chargés de la santé, de la sécurité sociale et de l’économie.

Résurgences d’une vieille tendance à l’interventionnisme… face à nos voisins européens, plus modernes, qui ont adopté un système d’appels d’offres.

Le Royaume-Uni et l’Italie ont mis en place un système d’appels d’offres sur le marché des génériques, permettant le libre jeu de la concurrence entre fabricants et revendeurs. Selon Serge Rader, pharmacien et spécialiste du marché du médicament, la France pourrait économiser « 5mds€ sur les 6,5mds€ de génériques prescrits en ville » en s’inspirant du modèle italien.

Aux Pays-Bas, le prix des génériques est négocié par les mutuelles dans le cadre d’appels d’offre.

En Allemagne, enfin, le marché du médicament est totalement libéralisé. Les entreprises pharmaceutiques sont libres de fixer le prix des médicaments, y compris les génériques. Ceux-ci, lorsqu’ils sont remboursables, sont soumis à un tarif forfaitaire de remboursement. La politique d’appels d’offres pour les médicaments génériques est suffisamment efficace pour permettre de faire baisser les prix, tout en garantissant la qualité des produits (fractionnement de la taille des lots et critères plus qualitatifs pour faire remparts aux médicaments dits low-cost dont la qualité est sujette à caution)

Partager cet article :

Autres lectures ...

Médecine libérale : la Cour des comptes se trompe !

Le contrôle des routes commerciales est décisif


Etudiants, Indépendants : « M. Macron, laissez-nous choisir l’assurance santé ! »

Rémunération des médecins sur « objectifs de santé publique »
Vers la fin de la médecine libérale ?



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (2)

Que rapporte à l'état cette politique du générique à tout prix ???

le 29 septembre 2014, 11:04 par ygrim

Bonjour, à mon humble avis,cet arrangement,(pour moi magouille état/Syndicats professionnels) cette substitution anarchique, tel pharmacien, remplace un médicament prescrit de nom X, tel autre par Z, au final avec les restes de boites, vous vous retrouvez avec des produits dont vous ne reconnaissez plus le rôle, puisque vous référant à l'ordonnance (prescrite pour 4 mois)vous ne retrouvez aucun de ces noms !!!!!
Egalement notre industrie du médicament hier si fleurissante, aujourd'hui peau de chagrin et bientôt inexistante.L'ensemble des génériques fabriqués dans des pays dont la fiabilité et le sérieux sont souvent en cause, et pour nous quelque milliers de chômeurs indemnisés en plus, et des cotisations en moins. Au final seul le médecin et le pharmacien ont obtenus un gain, le particulier lui finance par des déremboursements, et des cotisations et impôts en hausses.
Pour des ministres incapables, ou n'ayant pas envies de luter pour défendre une cause noble et plus juste.
Je passerai sur le gain (€)réel de certains, l'inconforts d'autres à la prise et ne parlons pas du dosage en produits actifs, je vous parle bien de produits SANTE !!!!!!!
Serte, je suis un primaire ....

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies