Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/3117

par ,

Le FN et l’UKIP britannique : une vision de l’économie aux antipodes

La comparaison entre les mouvements du FN (Front National) et de l’UKIP (UK Independence Party), au Royaume-Uni, est d’autant plus facile que tous deux, détestant l’Union européenne, proposent d’en sortir.

En fait, d’après eux, la solution miracle qui ferait baisser les déficits consisterait à se séparer de l’UE, ce qui entraînerait automatiquement des économies... Les deux partis partagent à peu près les mêmes opinions sur la sécurité et la criminalité, avec la pratique de la "tolérance zéro", et il n’est pas étonnant qu’ils accusent l’immigration de tous les maux qui accablent la société.

Mais pourquoi dans ces conditions, Nigel Farage, le chef du Parti UKIP, a-t-il décliné l’invitation d’une alliance avec Marine le Pen au sein du Parlement européen ? Le problème vient de ce que, bien qu’ils se trouvent en accord sur les sujets de société, leurs vues divergent sur les problèmes économiques.

En effet, les membres de l’UKIP se considèrent comme de vrais libéraux. Dans un entretien accordé au Figaro du 14 avril 2014, Farage affirmait que « chez Marine Le Pen, il existe des opinions nationalistes, mais qu’elle avait aussi beaucoup d’idées socialistes ». Or, selon lui, on ne peut dans ces conditions voter en toute logique pour le FN si l’on est « un petit commerçant, un artisan ou un entrepreneur ».

La fiscalité représente, par exemple, l’un des aspects le plus libéral de l’UKIP. Concernant l’IS (l’impôt sur les sociétés), Farage souhaite une baisse drastique de celui-ci : au-dessous des 20 %. Il encourage aussi la mise en œuvre de la « flat tax », c’est à dire le taux unique d’impôt pour tout le monde. Alors que Marine le Pen, d’après l’annonce de son projet de 2012, créerait trois taux différents d’IS, dont le plus élevé serait à 34%.

Tous deux veulent que les personnes les moins rémunérées paient moins d’impôts, cependant que le FN veut augmenter le taux de la tranche supérieure de l’impôt sur le revenu. A contrario, l’UKIP veut réduire l’impôt des plus aisés. Qui plus est, l’UKIP abolirait l’impôt sur les successions, alors que le FN l’élèverait, en le rendant progressif d’une part, et en fusionnant la taxe foncière et l’impôt sur la fortune, d’autre part.

Quant à la fonction publique, l’UKIP voudrait diminuer la taille de l’Etat et le budget des départements gouvernementaux. Farage voudrait en effet débarrasser le gouvernement de la bureaucratie et des organisations gouvernementales superflues. Tandis que Marine Le Pen souhaiterait que le pouvoir local soit rendu à un Etat centralisateur, afin de le renforcer davantage, tandis qu’elle ne supprimerait aucun poste de la fonction publique !

Sur le site web d’UKIP, on peut lire : « nous croyons au libre-échange, aux baisses d’impôts, à la liberté individuelle et à la responsabilité ». Alors pourquoi l’UKIP n’est-il pas devenu le fer de lance du libéralisme politique au Royaume-Uni ? La réponse est que l’UKIP reste essentiellement un mouvement populiste conservateur mais réactionnaire. Il ne vit et se développe que par la critique et dans les rêves nostalgiques. Ce populisme, même libéral, peut être dangereux à force de manquer de réalisme.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Pour l’Europe, Emmanuel Macron propose les ingrédients de l’échec économique français
L’Europe n’a pas besoin de plus de dirigisme mais de plus de libertés

Royaume-Uni : 7 millions d’emplois privés de plus qu’en France


L’IS à 19 % rapporte 55 % de plus que l’IS à 28 % !

Nicolas Sarkozy veut abroger la loi Macron



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (8)

les promesses de Maastricht...

le 13 octobre 2014, 09:53 par GL60

Vous rappelez-vous toute les belles promesses au moment du référendum sur le traité de Maastricht ???
En voici un petit florilège : Michel Sapin notre Ministre des finances le 2août 1992, journal du dimanche (L'Europe est la réponse d'avenir à la question du chômage. En s'appuyant sur un marché de 340 millions de consommateurs, le plus grand du monde ; sur une monnaie unique, la plus forte du monde ; sur un système de sécurité sociale, le plus protecteur du monde, les entreprises pourront se développer et créer des emplois)
22ans plus tard, ces déclarations en dit long sur la compétence ou l'honnêteté de nos élites...

- Répondre -

vrais

le 13 octobre 2014, 10:25 par michel43

la droite national a RAISON dans de nombreux domaines et cela vous déplais ; ; ;on a vu que droite ou gauche ; ECHEC TOTAL depuis,plus de 45 ANS.. que risque t"on avec Mme LE PEN....RIEN vu l"état de la FRANCE ? nous , petits chefs d"entreprises , nous savons tres bien gérer ; cars c"est notre ARGENT.. et nous,trouvons des solutions, lorsque il y a un probléme. dans un ETAT qui est Socialo - Communiste , Depuis DE GAULLE , se sont les structures étatiques ,plus, les 5.5 millions de fonctionnaires, les hauts fonctionnaires, les syndicats et associations et leurs lobbys ,plus BRUXELLES , qui sont les maitres du jeu et nous imposes leurs décisions, :COMME beaucoup de gens , qui on peur de voir leurs intérets s"envoler ; vous critiquer, ce FN..pourtant,il n"a jamais gouverner notre PAYS.. il me semble que vous avez peur de cette droite national..BIZARREMENT PAS NOUS ,

- Répondre -

La République populiste ?

le 13 octobre 2014, 13:01 par Le Hun

Je déteste cet adjéctif "populiste" ! La chute des monarchies de par le monde,les révolutions, qui ont fini par l'installation d'une forme de démocratie, sont le résultat de mouvements populistes. Qui a le droit de dire que telle ou telle proposition est "populaire" ou "populiste" ?

Quand on aime c'est le premier, quand on aime pas, le second !

- Répondre -

Abolition des privilèges des élus

le 13 octobre 2014, 16:03 par HUGUEL

Bonjour,
La clique au pouvoir ne cesse de ponctionner de plus en plus les classes moyennes. Il est vrai que les idéalistes doctrinaires socialos qui veulent modifier nos us et coutumes sans discernement ne mettent jamais,comme tout politique quelle que soit sa couleur, la main à la poche pour participer au redressement des finances de l'Etat que pendant 40 ans ils ont mis à mal.
Cette attitude est celle d'incapables irresponsables. Maintenant, par leur faute,la situation est
irrécupérable.
Par ailleurs, ils ne sont pas soumis à l'obligation de partir à la retraite à 60 ans. Ils ne sont pas
non plus soumis à la loi du cumul des mandants ce qui leur permet d'engranger encore plus d'argent. Enfin tout est bon pour garder sa place avec les énormes avantages qui y sont liés
même s'il faut pour cela sacrifier son peuple, ses parents et sa descendance.
Continuez messieurs mais je vous conseille ardemment de lire le Coran car si vous ne faites rien dès maintenant demain les atrocités d'aujourd'hui en Irak, en Syrie, demain au Liban seront bientôt chez nous.
Il faut être plus bête que les animaux pour ne pas se battre pour préserver son espèce.

- Répondre -

Dangereux !!

le 13 octobre 2014, 17:42 par François

En quoi le fait de vouloir diminuer la taille de l'Etat, réduire les fonctionnaires et les divers budgets, est dangereux ?
N'est-ce pas pertinent de vouloir baisser les impots sur les sociétés et pourquoi pas instituer une "flat tax" à l'ensemble de la population ?
Vouloir lutter contre l'immigration invasion et vouloir être maitre de ses choix, est-ce une démarche fascisante aux yeux de la rédactrice de votre article ?
Pourrait-elle préciser ce qu'elle entend par populiste et surtout réactionnaire !!!
Dommage que le Front national est perdu, justement, son modèle économique des années 80/90 !
Ecoutant vos très bonnes émissions faites sur radio Courtoisie, je m'étonne de lire dans vos colonnes un article digne d'un journal de gauche
Bon courage dans vos nombreux combats...

- Répondre -

UKIP

le 14 octobre 2014, 00:57 par Richard C.

A quand un parti UKIP anti EELV en france ?

- Répondre -

Un VRAI Régime libéral

le 18 octobre 2014, 18:22 par Astérix

C'est bien le problème de la France !

Si l'on veut s'en sortir, il nous faut de vrais libéraux apolitiques issus de la société civile pour gouverner.

Quand vous pensez que l'on a encore des personnes comme Alain Juppé le socialiste dont le logiciel est bloqué en 1940... ! et qui a écrasé d'impôts locaux les Bordelais... Mais personne ne le dit...?

Le drame est que les Français n'ont aucune mémoire. Ils ont déjà oublié la période où il était premier ministre de Chirac... Il a endetté le Pays au maximum sans compter toutes les erreurs dignes du plus parfait des énarques.

Revenez en arrière et regardez bien cette période... Vous voulez recommencer...???

- Répondre -

l'UKIP et le FN mêmes finalités !

le 3 novembre 2014, 10:24 par Libéralisateur

Sauf que le FN sait qu'en France, on ne peut gagner quelques élections que ce soit sans avoir un discours socialiste, même l'UMP l'a compris.
Et la conclusion de l'article d'Emma Toogood le montre bien, dans son analyse de conclusion, bien différente des énonciations de son article. L'UKIP avec de telles propositions "reste seulement un mouvement populiste conservateur mais réactionnaire. Il ne vit et se développe que par la critique et dans les rêves nostalgiques. Ce populisme, même libéral, peut être dangereux à force de manquer de réalisme".
Tout y est dit pour mieux comprendre la stratégie de Marine Le Pen et qui semble pour le moment un sans faute dans les conditions électorales actuelles. L'UKIP et le FN cherchent les mêmes finalités mais il leur faut jusqu'à la conquête du pouvoir, ne pas s'allier. Maintenant pour avoir des subsides européens, il n'est pas interdit qu'il y ait des transfuges de ces partis pour augmenter les pluralités demandées pour cela par la Commission. C'est de bonne guerre.
Est-ce pour autant que le FN une fois au pouvoir va s'allier avec les socialistes étatistes de l'UMP ou du PS ? Qui peut affirmer une telle chose. Si elle le fait avec la société civile, cela sera forcément libéral. Nécessité fait loi !

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies