Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/2616

par ,

La Poste : plus c’est cher, moins ça marche
Témoignage

Voici l’histoire - amusante et inquiétante à la fois - d’un « client » de La Poste qui a tenté (en vain) de faire timbrer un lot de 400 lettres. Sa conclusion : vivement la privatisation et la concurrence !

Dans les premiers jours de cet automne 2013, nous devions, la responsable d’une association et moi-même, envoyer de manière urgente environ 400 lettres de convocation à nos adhérents en vue d’une prochaine assemblée générale. Nous nous enquîmes au guichet de La Poste des offres susceptibles de simplifier notre travail de timbrage. Nos espérances se limitaient à un affranchissement automatisé ou plus simplement — la méthode nous étant indifférente — à une prise en charge de notre lot de lettres par La Poste. Nous étions prêts à payer pour cela, éventuellement plus cher que le prix du timbre multiplié par le nombre de lettres.

L’urgence à la Poste ? connais pas...

Munis d’une carte Carré Pro de La Poste, nous eûmes le droit de franchir une porte interdite au public pour être introduits dans le Saint des Saints, en l’occurrence un réduit minable. Planchers à bestiaux, murs défraîchis, odeurs corporelles : tout l’environnement semblait nous parler du mépris que La Poste témoigne à son personnel (par ailleurs bien gâté en privilèges et autres avantages) et à ses clients professionnels. Notre interlocuteur, homme au demeurant charmant qui s’avéra être "pays" avec notre secrétaire général, nous fit entrer dans un espace encore plus petit que celui qui le contenait, par force, et s’excusa de la petitesse du lieu (il nous précisa qu’il avait eu un bureau beaucoup plus grand autrefois mais qu’une promotion ou une mutation l’avait réduit à ce réduit...). Nulle chaise ici pour les clients — j’en tirais une de l’extérieur pour faire asseoir madame — mais en revanche de l’informatique au kilo. Un modèle d’ordinateur inconnu mais d’apparence soviétique permit à notre bonhomme de nous dire que c’était bon, à la condition d’envoyer au minimum 400 lettres identiques, et qu’à dix grammes l’une (pour la pesée il se rendit dans un autre bureau), cela nous ferait un coût d’affranchissement de 49 centimes par lettre. Rendez-vous fut pris pour le lendemain 15 heures, le contrat étant préparé d’ici là par ses soins.

397 lettres ne veut pas dire 400 lettres

Le lendemain 15 heures, les trois mêmes personnages, à l’intérieur du même réduit. Je commençais par avouer, un peu confus, qu’après avoir fait le décompte des adresses, je n’avais finalement que 397 lettres à lui confier. Gros gros problème...! Je regrettais d’en avoir posté séparément douze le matin même à nos administrateurs. Après avoir proposé d’en ajouter trois que je m’enverrais à moi-même, ce que notre homme apprécia et ce à quoi il acquiesça, il obtînt de son chef — à sa grande surprise — le droit de contracter avec nous sur cette base inférieure de trois lettres au plancher légal. Notre employé imprima alors le contrat normalement constitué de quatre liasses comprenant chacune trois feuilles identiques. Cependant, son imprimante ne pouvant émettre les copies que par paires (si si !) il nous fit signer quatre exemplaires de chacune des parties du contrat, en précisant « Il vaut toujours mieux en avoir trop que pas assez », première initiation à sa philosophie, pas très verte en l’occurrence. Le tarif s’avéra finalement être de 50 centimes par lettre auquel il fallait ajouter quelques euros de frais de dossier. Trente-deux signatures plus tard, je lui remis mon lot d’enveloppes cachetées et, nous raccompagnant fort civilement vers la partie grand public du bureau de poste, il finit de nous rassurer en nous lâchant, en même temps qu’une bonne poignée de main : « ... et tout devrait être arrivé d’ici 7 à 9 jours maximum ».

Tarif rapide pour que la lettre arrive dans 7 jours !

« Qu... qu... quoi ?!? » balbutiâmes-nous de conserve. Il prit immédiatement les devants : « Ah oui, je vous l’avais dit. Je vous l’ai dit hier. Je me souviens que je vous l’ai dit. Vous n’avez pas dû m’écouter quand je vous l’ai dit mais j’en suis sûr, je vous l’ai dit. » Lui abandonnant ses certitudes nous lui confiâmes que la loi nous obligeant à prévenir nos adhérents au moins trois semaines avant l’assemblée générale nous comptions sur le fait que notre courrier atteigne ses destinataires au plus tard le surlendemain (le fameux J+2 de la Poste française…).
« Ah ça on ne peut pas annuler le contrat, une fois que c’est rentré dans la machine... [le fait est — rendons cette grâce à notre interlocuteur — qu’il nous avait prévenu la veille que toute marche arrière serait impossible] C’est pour ça que je vous l’ai dit hier, 7 à 9 jours, je vous l’ai dit... La prochaine fois, vous le saurez. Je sais que ça peut paraître triste à dire mais c’est comme ça : on apprend de ses erreurs... » Nous prîmes rapidement congé pour pouvoir réfléchir en paix. Aussitôt libéré de son bourdonnement nous décidâmes d’essayer de faire annuler malgré tout ce contrat à l’encre encore fraîche, quitte à timbrer nos 397 enveloppes à la main. Faire annuler le contrat nous prit un peu de temps mais fut finalement possible en mobilisant la hiérarchie « suprême ».

« A la Poste on ne vend pas ces timbres »

Nous convînmes alors d’acheter 397 timbres autocollants à 63 centimes. L’employé nous dit qu’il n’en avait pas qui soient autocollants. Pas grave, nous irons dans un autre bureau de poste. Ailleurs pas davantage, nous fit-il comprendre : les petits carnets de timbres autocollants à 63 centimes en vente dans les distributeurs automatiques ne sont pas vendus en gros par la poste. Les bureaux de poste ne vendent en gros que des timbres à lécher à 63 centimes (1 jour d’acheminement) ou des timbres autocollants à 58 centimes (2 jours d’acheminement). Nous refusâmes de lécher 397 timbres et, ceux des petites planches se décollant fort mal, nous achetâmes finalement non pas un rouleau trop pratique et qui n’existait pas mais 34 carnets collector de seize pages, racontant les monuments de nos régions, parmi lesquelles était disséminées trois pages garnies chacune de 4 timbres à 58 centimes, et nous timbrâmes, nous timbrâmes, encore et encore, les lettres de notre association de lutte contre les monopoles publics...

Et, le comble, la poste est de plus en plus chère. Le premier janvier 2014, le timbre à 63 centimes passera à 66 centimes (+ 4,8 %), l’augmentation moyenne de 3 % de tous les services de La Poste étant destinée à « préserver un haut niveau de qualité du service universel ». Ce même timbre coûtait (prix traduits en euros) 8 centimes en 1971, 35 centimes en 1985 et 50 centimes en janvier 2002 lors du passage à l’euro. Vivement la privatisation et la vraie concurrence !

Partager cet article :

Autres lectures ...

En 2018, envoyons nos ministres en stage
dans les pays qui ont fait des réformes !

Fonds pour la transformation de l’action publique
L’Etat ne comprend vraiment pas les mécanismes d’évolution économique


Nationalisation de STX France : l’Etat se mêle de ce qui ne le concerne pas

La réforme Macron de l’assurance chômage s'avère dangereuse et coûteuse
Il vaudrait mieux faire appel à la concurrence et responsabiliser les assurés



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (12)

travaillan en vpc

le 25 octobre 2013, 18:22 par vinie59

travaillent en vpc je peux vous dire que l'on reçoit des courriers et en plus important (tribunaux, impôts...), dans un état lamentable parfois, ouverts, hier matin d'ailleurs j'ai montré ça à ma chef, dans mes n.p.a.i. (courrier que les gens, refusent, ou n'habite plus à l"adresse, ou décédé) datant de 2009...ce qui est embêtant c'est qu'il y a de plus en plus d'endroits ou en fait ce n'est pas une adresse, un bourg, un hameau, pas de numéro de maison (bon la ce n'est pas la poste) mais si le nom est un peu mal écrit, ça nous revient aussi, mais je me demande quand même si le courrier est vraiment distribué, surtout quand les personnes qu'on a au téléphone nous disent n'avoir rien reçu ni renvoyé ??? en plus sans compter les vols, avant il me semblait qu'il fallait un casier vierge ça ne doit plus être le cas du tout, en plus ils pourraient économiser en envoyant un mail (à ceux qui en ont et on doit être très nombreux) pour prévenir qu'un colis ou recommandé doit arriver, et savoir quand il y a quelq'un ? (tout le monde connaît l'excellent sketch de danny boon "la poste" et ne pas se déplacer pour rien, car le pire on est la mais ça ne sonne pas à la porte et parfois on a pas non plus l'avis de passage, il y a beaucoup de détérioration dans ce service public

- Répondre -

service rapide

le 25 octobre 2013, 19:01 par Secotine

En décembre 2102, je suis allée au bureau de poste timbrer une carte de vœux que j'envoyais à des amis en Inde. Le bureau s'étant doté d'une machine à affranchir, devant mon air perplexe, la préposée s'est levée et est venu me montrer le fonctionnement. Très bien, pesée, recherche du pays, tarif aérien prioritaire, 80 centimes à payer ; un peu étonnée quand même par la modicité de la somme. Mais puisque c'était elle qui avait fait les manipulations, j'en ai déduit que c'était le tarif correct.
Quelle ne fut pas surprise au mois de février de trouver l'enveloppe dans ma boite à lettre dans le même état qu'en décembre. Pas un tampon "retour, adresse erronée, destinataire inconnu ou affranchissement insuffisant" RIEN ! propre comme un sou neuf, même pas froissée, dans le même état que le jour du départ.
Je me suis posé la question de savoir si je devais aller demander des explication au bureau de poste pour finalement y renoncer. Entre temps, j'avais présenté mes vœux par téléphone.
Autre "aventure" en novembre (autant s'y prendre à l'avance) j'envoie à ma fille un petit colis avec des cadeaux de Noel pour les enfants. Question du guichetier "vous prenez une assurance" ?
Ebahie, je lui demande pourquoi, n'en n'ayant jamais pris jusque là. Réponse, Ben vous savez à cette époque de l'année on ne peut rien vous garantir !
J'ai lu quelque part que toute les 20 minutes un colis était volé à la poste.

- Répondre -

Cherchez l'erreur !

le 25 octobre 2013, 19:24 par theano

J'achète de temps en temps sur Ebay.com des objets chez des vendeurs en Thaïlande. Les colis me parviennent en temps et en heure, et doivent être remis contre signature. Bien entendu, le facteur ne daigne jamais monter les deux étages pour me remettre les colis. Quand j'ai la chance de trouver un avis de passage dans ma boîte aux lettres, tout se passe bien. Lorsque le facteur, non seulement ne monte pas les étages mais ne daigne même pas laisser un avis de passage, le colis revient en Thaïlande. Les expéditeurs Thaïs, des gens sérieux eux, m'en informent par mail et renvoient le colis à leurs frais. Ils sont au courant de l'état de délabrement de La Poste en France.

La CNAV de Paris m'a envoyé il y a quelques temps une lettre recommandée. Cette caisse de retraite se trouve à moins de 2kms de chez moi. Je n'ai jamais reçu la lettre en question.

Cherchez l'erreur !

- Répondre -

Adresse

le 25 octobre 2013, 21:52 par Spartacus

J'ai reçu il y a quelques temps une lettre de La Poste m'informant que certains de mes correspondants ne rédigeaient pas correctement mon adresse, et qu'en conséquence ces courriers seraient retournés à leur expéditeur.
La Poste me demandait par la même occasion la liste nominative des personnes présentes à mon domicile !

Le seul ennui, c'est que l'adresse imposée par La Poste n'est pas la mienne, mais celle d'un de mes voisins !

J'ai donc envoyé un rectificatif à Monsieur le Directeur des Adresses de La Poste (si, si ça existe !), en refusant de donner la liste des personnes recevant du courrier à mon domicile, ce qui constitue une atteinte à ma vie privée.

- Répondre -

colis colissimo

le 26 octobre 2013, 08:51 par agathe

J'attends et ce depuis le 10 septembre que mes colis en retour du canada me revennent !
Raison évoquée : refus du destinataire , faux

Bref 39.80*2 pour rien

- Répondre -

Scandaleux !

le 26 octobre 2013, 09:24 par Figarocb

Plus le temps passe plus les services postaux se dégradent, mon Père travaillait. Aux PTT il était cadre, je peux affirmer qu'à cette époque le travail était plus sérieux et ceux qui étaient désignés comme usagers et non comme clients étaient mieux respectés qu'aujourd'hui. Cela dit, je rejoins la conclusion de cet article : vivement la privatisation de cet organisme !

- Répondre -

"Vivement la privatisation et la vraie concurrence !"

le 28 octobre 2013, 07:23 par xc

La Poste est Société Anonyme, autrement dit, une entreprise privée, même si son capital est détenu uniquement par l'Etat et la Caisse des Dépôts et Consignations.
La concurrence est libre. Mais ça ne semble pas intéresser grand monde.

- Répondre -

Prix anciens

le 28 octobre 2013, 07:26 par Jacques Bolo

Si on se base sur la valeur du SMIC (9,43 euros en 2013, 1,11 euros en 1975, etc.), les anciens prix des timbres sont à peu près équivalent ou inférieur actuellement :

8 centimes en 1971 = 9,43 / 1,11 = 8,49 x 0,08 = 0,68
35 centimes en 1985 = 9,43 / 3,97 = 2,37 x 0,35 = 0,83
50 centimes en 2002 = 9,43 / 6,83 = 1,38 x .0,50 = 0,69

- Répondre -

La Poste, Quelle Horrreur !

le 28 octobre 2013, 12:07 par anonime

Moi ça fait des années que je ne vais plus à la poste, j'ai voulu envoyer quelques documents et vendre d'occasion mais ils ont décidé de me faire que des ennuis, malgré des changements de guichetieres, depuis des années, rien ne s'est amélioré.

Par exemple, on m'a donné au téléphone des mauvais horaires tout en me certifiant le contraire, on m'a surfacturé des envois (heureusement que j'ai un balance précise pour vérifier), on a voulu me faire passer un envoie de photocopies en enveloppe A4 pour un colis alors que le tarif lettre est jusqu'a 3 kg et là c'était moins d'un kg. Malgré une décision officielle de l'organisme de controle des postes et télécommunications qui dit que la tarifications doit se faire fonction du poids et dimensions et non du contenu type lettre ou objets (colis). La poste persiste à ne pas vouloir envoyer les petits objets au tarif courrier même si il est bien en deça du maximum de poids et dimensions ...

D'ailleurs, j'avais signalé ça à une asso de consommateur, en indiquant la page facebook de la poste ou il y avait plein de commentaire sur les dysfonctionnements de la poste et tout ce qui a été fait c'est de supprimer l'encadré ou les gens pouvaient poster des commentaires...

- Répondre -

La poste

le 28 octobre 2013, 19:43 par Picard

Petit village, petit bureau de poste, petite file d'attente, 2 puis 3 puis 5 personnes, 2 petites jeunes filles devant les guichets bavardent ensemble, mais ne cherchent pas à avancer, je leur demande, " ne seriez vous pas de la poste." Si !, 2 nouveaux contrats aidés,pour la diversité !mais personne ne leur a dit qu'il fallait s'occuper du crétin de contribuable qui fait la queue et évidemment elles n'ont pas pensé par elles mêmes qu'elles pouvaient demander aux gens qui attendent s'ils avaient besoin de quelque chose. Vive la Poste

- Répondre -

Il ne suffit pas de râler sur Internet

le 28 octobre 2013, 19:51 par xc

Il y a peu de chances que ce soit lu par un responsable de La Poste en mesure de faire quoi que ce soit, surtout pas pour des anonymes.
Il faut se plaindre auprès de La Poste elle-même ou des associations de consommateurs.

- Répondre -

Colissimo perdu dans la nature depuis bientôt 3 mois !!!!!!!!

le 3 décembre 2013, 09:48 par Marie rouaud

J'ai envoyé 2 colissimo le premier , j'ai avertis le site : réponse en date du 1 octobre , nous cherchons votre colis, en date du 31 octobre idem !
J'estime que le travail n'a pas été effectué correctement, le deuxième revenu après une pose de 6 jours à Cavaillon 25 octobre arrivé chez moi le 31, j'ai tout jeté !
Sachant que j'ai fait une déclaration auprès des douanes et valeur de 500€, je sens que je vais voir la défense du consommateurs !
C'est honteux !!

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies