Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/3356

par ,

La France doit rattraper son retard de compétitivité sur l’Allemagne !
L’IREF en partenariat avec le Figaro Eco

Le Figaro vient de publier deux articles où l’IREF a pu largement exprimer ses idées : un article sur le différentiel de compétitivité et d’innovation entre la France et l’Allemagne ; et un article qui s’interroge sur la difficulté qui existe pour trouver des indicateurs de mesure de la compétitivité.

Comme nous le rappelions dans ces articles, la compétitivité est une notion complexe qui contient de nombreux aspects et qu’il est difficile de résumer par un indicateur. On distingue usuellement la compétitivité-prix afin de mesurer la capacité d’un pays à exporter ses produits à un prix plus avantageux que ses voisins, et la compétitivité hors-prix, destinée davantage à mesurer l’exportation des marchandises par les phénomènes non liés aux prix, comme la qualité des produits, le service-client, la marque ou encore l’innovation. Mais il est difficile de saisir la compétitivité dans la globalité de ses composantes. À cet égard, les rapports du World Economic Forum ont un certain mérite à élaborer un indicateur global de la compétitivité. Les résultats sont accablants pour la France dans le rapport 2014-2015 : la France se place au 23ème rang tandis que l’Allemagne est au 5ème. La Suisse reste le pays le plus compétitif du monde, et les États-Unis se situent au 3ème rang.

Ce rapport nous montre les principaux domaines où la France a d’énormes progrès à faire pour améliorer sa compétitivité économique : l’environnement macroéconomique (82ème rang), le marché du travail (61ème), le marché des biens (46ème), les institutions (32ème) et l’éducation supérieure et l’apprentissage (28ème). C’est donc en mettant en place des réformes ambitieuses pour libéraliser et flexibiliser le marché du travail, moderniser les institutions, alléger le fardeau de la fiscalité sur les entreprises et réconcilier le cursus éducatif avec le secteur privé, que la France pourra rattraper son retard de compétitivité sur son voisin allemand.

Nous rappelions également le rôle central de l’innovation dans la compétitivité. Les investissements dans la recherche et le développement ne représentent que 2,2 % du PIB alors qu’ils dépassent les 2,9 % en Allemagne. Or, c’est en misant sur la recherche, l’innovation et le progrès technique qu’on favorisera l’accroissement de la productivité globale des facteurs de production, et donc la croissance du PIB, l’emploi et la compétitivité de l’économie.

En ce qui concerne la productivité du travail, la France est effectivement l’un des pays les plus productifs dans le monde développé. La France produit 59,5 $ par heure travaillée alors que l’Allemagne est à 58,3 $. Mais nous faisions remarquer au Figaro que la productivité globale des facteurs est à considérer davantage que la productivité du travail. En effet, un niveau élevé de productivité du travail peut trouver son origine dans la spécialisation dans certains secteurs, des réglementations comme la durée hebdomadaire légale du travail ou encore la compression du volume total de l’emploi. Pour améliorer la productivité globale, il faut donc mettre en place un régime éducatif, fiscal et réglementaire qui favorise le développement du savoir technique, de la connaissance, de l’innovation et de la division du travail.

Enfin, un dernier fait intéressant est la différence en termes de coût du travail dans le secteur de l’industrie et des services marchands : le coût horaire de la main d’œuvre atteint 35,71 € en France et 33,16 € en Allemagne au quatrième trimestre 2014, selon Eurostat. La France est donc pénalisée à la fois par un coût du travail plus élevé, et par un déficit en termes de compétitivité hors-prix par rapport à l’Allemagne, dont la qualité des produits et des services, la capacité d’innovation et l’image de marque favorisent les exportations.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Emploi à temps partiel imposé en France :
4 fois plus important qu’en Allemagne

Assemblée nationale : les frais de personnel les plus importants d’Europe !
136 932 euros par employé/an ! 2.25 fois plus qu’au Bundestag !


Liberté de licencier : suivre les exemples allemand et canadien

En matière de chômage, il y a autant d'écart entre la France et l'Allemagne, qu'entre la Grèce et la France : 2,5 fois plus dans ces deux cas
(et même un peu moins dans le 2ème)



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (3)

La productivité du travail

le 26 mai 2015, 18:39 par liberal

La productivité du travail par heure travaillée est un peu plus élevée qu'en Allemagne mais nous avons beaucoup moins d'heures travaillées qu'en Allemagne par rapport à la population active et certaines professions (libérales, artisans, cadres au forfait...) déclarent les heures légales et non les heures effectives.

- Répondre -

UNE PRODUCTIVITE TROP BREVE !

le 26 mai 2015, 19:06 par Lexxis

La productivité est certes un outil intéressant, mais son bénéfice ne se fait guère sentir si elle est associée à des temps de production ou de travail sensiblement inférieurs à ceux des concurrents. Et c'est le problème de notre pays où les gens courent certes un peu plus vite, mais beaucoup moins longtemps, au point qu'à la fin trop souvent ils ne couvrent pas la distance.

- Répondre -

Efforts de productivité !

le 29 mai 2015, 17:41 par Astérix

Tant que l'état prélèvera près de 80 % de la richesse créée par le secteur privé, vous pouvez faire tous les efforts que vous voulez le Pays est condamné à la ruine.

Les Français élisent des incapables qui jettent leurs impôts par la fenêtre.

La gestion calamiteuse des fonds publics est à la base de tous nos problèmes. Regardez ce qui se passe dans les Pays qui se redressent.

La France n'a pas besoin de partis politiques, tous incompétents, nous en avons la preuve depuis des lustres.

Il nous faut des gestionnaires honnêtes qui devront justifier des seuls 30 % que les Français devraient confier à l'état, pourcentage largement suffisant pour gérer les fonctions régaliennes.

Tout le reste doit être privatisé ; c'est la seule façon de retrouver la prospérité pour tous. Aux Français de le comprendre et de réagir.!

Seule une obligation inscrite dans la constitution pourra mettre fin à cette gabegie qui ruine tout le secteur privé et fera exploser le chômage.

Où est passé le bon sens des Français ?

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies