Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/3231

par ,

L’Etat n’était pas Charlie !

La manifestation du 11 janvier fut une vraie réussite qui a permis peut-être de faire prendre conscience à quelques terroristes que leurs actes étaient contre productifs. Le président de la République en fait son miel pour se draper dans une aura retrouvée malgré une union nationale brisée par son sectarisme. Tous n’étaient pourtant pas Charlie ce dernier dimanche car beaucoup ne pouvaient pas oublier que les journalistes frappés par ces crimes abjects se comportaient sans décence à l’égard des autres et que la plupart d’entre eux étaient les fils d’un communisme qui a si longtemps endeuillé la planète et le fait encore dans quelques pays attardés. Et sans être Charlie, ou peut-être parce qu’ils ne l’étaient pas justement, nombreux ont exprimé, chacun à leur manière, leur compassion pour toutes les victimes et leurs familles.

Mais au-delà de l’émotion et de l’indignation, cette série d’attentats et le climat délétère qui prévaut dans certains milieux et jusque dans les écoles où trop d’élèves seraient proches d’avouer leur sympathie pour ceux qui ont tué, la question reste celle de savoir qui est responsable. Nous devrons sans doute répondre que nous le sommes tous peu ou prou. Les chrétiens diront à juste titre que l’Occident paye l’abandon de sa foi qui a laissé la place à cet extrémisme. Les éducateurs s’inquièteront de l’inculture ambiante qui a favorisé un réductionnisme radical. Les politiques déploreront le manque de moyens dans les banlieues… Les causes sont toujours multiples.

Plus que tout, c’est l’occasion de s’interroger sur le rôle de l’Etat. Les services de sécurité n’empêcheront jamais tous les attentats. Mais le passé des assassins, passés par le Yémen, entrainés aux armes, déjà connus d’autres services étrangers… n’aurait-il pas dû inquiéter. Pourtant les services ne savaient pas ou peu et ne pouvaient pas agir ! Le premier ministre a proposé des moyens pour renforcer la prévention et la répression. Le Président de la République a promis plus de crédits à l’armée qu’il avait mise à la diète en lui demandant des efforts incommensurables sur de nombreux théâtres d’opération où il avait eu, il est vrai, le courage de l’envoyer. C’est bien, même s’il est regrettable que cela vienne si tard. Mais pourquoi l’Etat peine-t-il tant à assurer la sécurité publique ?

C’est que l’Etat consacre tant de ses dépenses à assister les Français et tous ceux qui viennent vivre sur son territoire, qu’il n’a plus les moyens de supporter les charges de ses fonctions régaliennes : défense, sécurité, justice. Plus de 60% de son budget est consacré à des dépenses sociales, soit 31,9% du PIB, tandis que les budgets de la défense, de la justice et de la sécurité intérieure ne représentent ensemble que 18% du budget de l’Etat et environ 3,5% du PIB. Aux seuls budgets de la justice et de la sécurité intérieure ne sont affectés que 6,7% du budget de l’Etat (hors budget social) et 1,3% du PIB. Les écarts sont monstrueux !

L’Etat consacre tant de ses dépenses à assister et entretenir tous ceux qui habitent son territoire, qu’il attire toujours plus ceux du monde entier qui veulent bien y vivre pour autant qu’ils n’ont pas à y travailler. Et par une réaction éternellement humaine, il fait germer à son égard la haine de ceux qui profitent si facilement de sa libéralité. Comme l’a si bien montré Labiche dans « Le voyage de Monsieur Perrichon », le naturel humain hait celui qui le sauve en soulignant ses faiblesses, il n’aime pas la main qui le nourrit.

L’Etat social contribue ainsi à créer, par une prodigalité déplacée, une poudrière qu’il n’a même plus les moyens de contenir. Il abaisse, en l’entretenant de mauvais subsides, une population qui bientôt se révolte en se nourrissant des thèses radicales qui lui donnent à rêver. Il serait temps que l’Etat retrouve sa vocation qui n’est pas de nourrir chacun mais de permettre à chacun de se nourrir. S’il veut être Charlie, défendre et protéger ses ressortissants, garantir leur liberté d’expression, c’est sur cette mission qu’il faut qu’il recentre ses efforts.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Quand le Vatican se perd entre morale et économie

Souffrez, petits enfants
Philadelphia sacrifie les Services sociaux catholiques à la politique identitaire


Les Désillusions de la liberté
Par Pierre Bentata, Les Editons de l’Observatoire, 2017

La Catalogne, le Kurdistan et la légitimité de l’indépendance



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (8)

Remarquable article.

le 19 janvier 2015, 07:04 par Thierry

L'assisté vous en voudra toujours de le maintenir sous votre dépendance financière. En vérité, même si elle exprime le contraire, la personne en difficulté attend que vous la remettiez sur pied, que vous la secouiez ; que la collectivité fasse preuve à son endroit d'une volonté qu'elle a perdu.

Ce faux humanisme de la compassion retire toute dignité à ceux qui en ont fait un système. Les bénéficiaires vous le feront payer en vous rejetant, vous et la société que vous représentez. Ce n'est pas toute l'explication des attentats, mais au moins une partie qu'il serait dangereux d'occulter.

- Répondre -

éducation du jugement

le 19 janvier 2015, 07:28 par RIB

Après les événements tragiques de la semaine dernière il y a eu des rassemblements énormes, à Paris, dans toutes les principales villes de province en France. Il semble qu’une prise de conscience nationale, européenne et même mondiale ait eu lieu. Les incroyants tout comme les croyants ont défilé dans la cordialité, en silence.
Les tueries récentes ayant été faites au nom de la religion, les croyants et plus précisément leurs responsables ont chacun supplié leur Dieu –tout puissant- que de pareilles tueries ne se reproduisent pas.
Quelles conséquences peut-on en espérer ? Aucune, les dieux tout puissants ne décident rien.
Une prise de conscience universelle ? Espérons-le.
> Le gouvernement organise une surveillance générale plus précise mieux organisée : certes, même si elle ne peut rester qu’insuffisante.
> Mais ; décidera-t-on enfin de dispenser une formation sur l’éducation du jugement, à l’école bien sûr mais aussi aux adultes, dans les entreprises, et surtout dans les prisons ? Au programme :
> constater,
> comprendre et expliquer,
> décider : prévoir et s’adapter.
Ceci, bien-sûr adapté à l’auditoire.

- Répondre -

des actes contre productifs ?

le 19 janvier 2015, 08:06 par MEROT

Pas sur ! Ces terroristes (ou leur maitre à penser) sont ils de parfaits imbéciles ou au contraire d'habiles manipulateurs connaissant bien la psychologie occidentale ?
> Des imbéciles, puisqu'il semble que Charlie était en grande difficulté financière et aurait donc cessé de paraitre. Maintenant, il parait bien parti pour continuer à "sévir".
> D'habiles manipulateurs car, sous prétexte de "montrer qu'on a pas peur", ceux qui ont souhaité continuer Charlie n'ont rien eu de plus pressé que de blesser à nouveau dans leurs convictions des millions de personnes. Parmi celles-ci, la plupart des musulmans ayant manifesté dimanche dernier contre le terrorisme (drôle de remerciement !) mais aussi des jeunes plus fragiles. Certains d'entre eux sont ainsi poussé vers l'intégrisme. Ce qui peut faire beaucoup de monde, puisque la radio a fait en sorte que même les populations illettrées soient au courant de ce nouveau blasphème. Charlie devient donc un formidable pourvoyeur d'apprentis terroristes.
Je précise que, baptisée chrétienne, je n'ai aucune sorte de conviction religieuse. Mais je suis profondément convaincue que la liberté d'expression ne justifie en rien de blesser dans leurs convictions des millions de personnes.
Et pour moi, la laïcité, c'est vivre ensemble dans le respect de toutes les convictions religieuses (celles qui n'incluent pas le meurtre), et en toute connaissance de ces convictions. Quand il faut les cacher (pas de crèche dans les mairies, pas de voile...) ça s'appelle de l'athéisme militant.

- Répondre -

colère

le 19 janvier 2015, 10:10 par domi

Quel horreur cet article, n'oubliez pas que les communistes ont pris les armes au lieu de se soumettre comme bon nombre de français qui ont préféré ramper devant l'ennemi. C'est encore eux qui essaient de cimenter le peu de climat social, s'il en reste. Non je ne suis pas une rouge, mais il faut bien se rendre l'évidence.... On sent bien poindre dans votre article, cette arrogance qu'on ne supporte plus, nous les travailleurs. c'est bien de critiquer les gens qui ont besoin d'aide, mais vous ne dites rien de toutes ces sociétés qui partent à l'étranger, dans ces pays soit disant en voie de développement, où on fait travailler les enfants, les gens sans protection sociale, sans protection tout court d'ailleurs, pour faire de plus en plus de profit. Non, les gens qui se lèvent tous les matins sont solidaires, ont envie d'avoir un travail décent pour subvenir aux besoins de leur famille. Alors le message que vous véhiculez par la presse RAS LE BOL, déjà entendu, martelé par la droite et l'extrême droite. Les français désirent une autre façon de vivre, dans le RESPECT, en toute FRATERNITE avec les autres peuples, cultivons nos différences sans empiéter sur la liberté de chacun. LIBERTE EGALITE FRATERNITE ne l'oublions pas, tant de gens se sont fait tuer pour ça.

- Répondre -

De la poudre aux yeux !

le 19 janvier 2015, 20:25 par littlevinie

Il est quand même plus qu'étrange cet attentat qui arrive à point nommé pour remonter la cote de popularité de Valls et Hollande, non ?
Surtout quand on voit qu'avec Taubira à la justice tous ces hommes auraient dû être en prison au lieu de pouvoir tuer des gens.... On l'oublie très vite !!!!
Par ailleurs, cet attentat tombe à pic par rapport à la nomination de Sarkozy !
On pourrait vite parler de complot... Ou tout du moins de désinformation médiatique !
C'est curieux comme les journalistes sont de nouveau tendres avec le président et son gouvernement...
Bref notre politique et ses média sont de plus en plus à vomir, et les gens continuent de faire les moutons !!!! Vivement qu'on ouvre les yeux et qu'on renverse tout ça !!!

- Répondre -

qui sème le vent récolte la tempète

le 19 janvier 2015, 22:43 par fitterer

si les gens que l'on accueille sont respectable ( ce que l'on nous rabâche) pourquoi les humiliers ?

- Répondre -

Où l'internet rétréci le village mondial.

le 20 janvier 2015, 14:51 par populo

Dans les rues mal famées des grandes villes, se tient le marché du sexe et ses produits dérivés. Personne n'est obligé d'y aller et d'entrer dans un sex-shop. La TV et l'internet mettent ces distractions à portée du tous dans le village mondial. Personne n'est obligé de voir ces films ou sites X.

Il en est de même pour les caricatures ou blasphèmes, personnes n'est obligé d'aller les voir, et moi je ne les aime pas. C'est à chaque media local d'en parler, mais pas nécessairement de les montrer pour ne pas choquer son public.

Partant de là "l'indignation de l'islamisme mondial" est une manipulation réussie de l'opinion publique des pays musulmans par les activistes islamiques.

- Répondre -

de l'Etat-providence à l'islamo-socialisme

le 20 janvier 2015, 15:50 par populo

Tout au long du XXe siècle, notre société a ans délégué de plus en plus de fonctions à l'Etat. Ce système a été majoritairement accepté tant que ses bénéficiaires gardaient le sens de leur responsabilité parentales et familiales.

Des évolutions majeures font que ce n'est plus le cas : d'une part le chômage de masse sévit dans de nombreuses aires du pays : friches industrielles, DOM, banlieues pauvres, zones d'immigration pauvre, et récemment zones rurales pauvres. D'autre part l'assistanat généralisé sur plusieurs génération ruine le sens des responsabilités individuelles.

Non seulement nos politiciens professionnels nationaux n'ont pas voulu des solutions libérales qui auraient permis de retrouver la prospérité et le plein emploi (voir ici même sur le site de l'IREF) mais en plus ces politiciens ont désigné des boucs émissaires de la raréfaction de l'emploi :
> les recruteurs, supposés discriminer (au mieux involontairement) des minorités (avec inversion de la charge de la preuve tout de même !)
> les entrepreneurs, ils ne pensent qu'à leur profit
> les riches, ils planquent leur blé à l'étranger

Sur ces bases d'auto-flagellation de la société française (et européenne) arrive pour l'exploiter l'islamo-socialisme. Tariq Ramadan en est le plus célèbre représentant (ce n'est pas un djihadiste guerrier). C'est un politicien (suisse) étatisme comme Sarkozy ou Hollande. Simplement sa clientèle est musulmane, qu'il estime discriminée dans ses "droits à" quelque chose que les autres contribuables doivent payer pour elle : emplois, logements sociaux, etc. L'islamo-socialisme est puissamment aidé par le mouvement "anti-raciste" MRAP et LDH et SOS-racisme.

Le terreau du ressentiment étant assez préparé chez nos compatriotes concernés par l'islamité, arrivent les manipulations du djihad mondial qui n'a pas trop de peine à recruter.

Après le drame de trop, nos politiques publiques doivent nous protéger efficacement et durablement. L'Etat s'est montré inefficace pour gérer l'école, le logement social, l'économie en général. La société civile a un besoin urgent d'emploi pour toutes les catégories de population, et seules les solutions libérales peuvent y pourvoir. Suisse 3% de chômage. Salaire moyen d'une caissière 3.000ChF (sans smic)

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies