Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/2340

par ,

L’État doit arrêter d’entreprendre

En refusant la vente de Dailymotion (société française) à l’américain Yahoo, Arnaud Montebourg démontre l’incompétence et la nocivité de sa stratégie. D’un côté on veut rendre la France attractive aux investisseurs étrangers, de l’autre, les entreprises françaises sont sous tutelle de l’Etat. Analyse pertinente de Lucas Léger, chercheur à l’IREF.

La France (et plus particulièrement sa classe dirigeante) n’a ni regret ni scrupule quand elle vend son patrimoine culturel et immobilier aux Qataris ou aux Chinois. Mais Arnaud Montebourg, en charge du ministère de l’industrie, veut s’immiscer dans les opérations de fusions-acquisitions et il devient ainsi l’un des principaux opérateurs à la Bourse de Paris. Il entend développer, mais aussi contrôler ;les placements étra,gers, notamment américains. Mais développement et contrôle ne cohabitent pas souvent, et Arnaud Montebourg continue d’envoyer des signaux contradictoires aux investisseurs. Après sa lettre d’insulte à Maurice Taylor, Président de Titan, il y a quelques semaines, c’est au tour de Yahoo et Dailymotion de faire les frais de son intransigeance et de son incompétence.

Arnaud Montebourg, banquier d’affaires

Depuis son arrivée au ministère du redressement productif, Arnaud Montebourg aura été successivement ingénieur agronome (Doux), syndicaliste (Titan), ferrailleur (Florange) et enfin analyste financier spécialiste du secteur des télécommunications (France Télécom). On attendait de lui qu’il donne un nouveau souffle à l’industrie française, c’est pour l’instant une série de déconvenues qu’il a réservées à notre pays . En cela, il contribue à ternir l’image de la France, bien malmenée par ce gouvernement colbertiste et dirigiste.

Pourtant, l’Etat français n’est pas directement actionnaire de Dailymotion ; il n’est qu’actionnaire majoritaire de France Télécom (27 %), qui détient 100 % des parts de Dailymotion. On se demande si ce gouvernement n’a rien de mieux à faire que de vouloir protéger des start-up « made in France » de la voracité du « grand capital américain ». D’ailleurs, Dailymotion n’a plus grand chose à voir avec une start up. La société est . forte de 180 salariés, elle est implantée dans trois pays, et ses locaux se trouvent boulevard Malesherbes à Paris : on est donc loin du petit garage ! Cette stupide histoire met en lumière l’incapacité de l’État à faire preuve de discernement en matière d’investissement. Qui doute encore que la Banque Publique d’Investissement puisse remplacer un jour les investisseurs privés ? Arnaud Montebourg s’est pris pour un grand banquier d’affaires, alors même que l’intérêt de Dailymotion était, justement, de s’allier à un géant américain de l’internet.

Les Etats-Unis, premier marché de Dailymotion

Selon les chiffres publiés sur son site, le premier marché d’audience de Dailymotion est les Etats-Unis. C’est également le 31ème site le plus visité au monde et l’un des concurrents les plus importants de Youtube, le site de partage de vidéos. Yahoo avait donc tout intérêt à investir dans Dailymotion. L’opérateur internet connaît bien le marché américain où le site français doit encore se développer.

Cette stratégie devrait normalement se recouper avec celle du gouvernement. On rapporte que le gouvernement cherche à réduire sa participation dans certaines entreprises publiques, volonté confirmée il y a peu par Jean-Marc Ayrault. Ensuite, « Arnaud Montebourg réaffirme son objectif d’attirer davantage les investissements étrangers sur le territoire national, en particulier ceux des entreprises américaines (..) », selon un communiqué de presse publié sur le site du ministère du redressement productif. Pour l’instant, les Américains sont les premiers investisseurs étrangers en France, mais il est à craindre que ce ne soit plus pour très longtemps si Montebourg persévère dans son comportement schizophrène.

La moralité de l’histoire, c’est qu’il est grand temps que l’État se désengage des entreprises qu’il contrôle. C’est une occupation qui lui sied très mal, surtout s’agissant de nouvelles technologies. Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault vient de faire des déclarations dans ce sens. Pat conséquent Monsieur Montebourg devrait renoncer à jouer les entrepreneurs ou les banquiers. Qu’il se contente d’être ministre de l’industrie, à la tête d’un ministère qui devrait d’ailleurs être supprimé, car il ne sert en général qu’à mettre des bâtons dans les roues quand les stratégies des entrepreneurs ne lui conviennent pas.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Le numérique et ses ennemis : lever les obstacles à la libre exploitation des données

Travailleurs détachés : moins de 1 % de la main d’œuvre européenne


Emmanuel Macron parviendra-t-il à convertir de force les propriétaires à l’investissement « productif » ?

Liberté de licencier : suivre les exemples allemand et canadien



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies