Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

François Fillon se positionne en candidat (presque) libéral

Dans un document intitulé « Le défi de la compétitivité », l’ancien Premier ministre François Fillon propose une série de mesures audacieuses qui s’apparentent, en partie, à un vrai programme libéral.

Il propose, par exemple, de libérer le temps de travail dans le privé en privilégiant la négociation par branches. Pour ce qui est du public, il faut passer aux 39 heures. Le Code du travail doit être complètement dissout dans quelques normes sociales basiques et il faut renvoyer le reste des dispositions à la négociation en entreprise. Le licenciement économique sera facilité avec l’introduction de la flexisécurité. Les pouvoirs des juges concernant les licenciements collectifs seront réduits.

Toujours concernant les entreprises, Fillon propose de relever les seuils sociaux de 10 à 50 salariés et de 50 à 100 salariés tout en donnant la possibilité aux accords d’entreprise de fixer l’architecture des IRP (comité d’entreprise, délégués du personnel, CHSCT, comité groupe) ainsi que les modalités de leur consultation. Pour ce qui est des chômeurs, il faut plafonner toutes les allocations afin que le taux de remplacement net n’excède pas un niveau de 75%. Il s’agit aussi d’améliorer l’efficacité de l’indemnisation chômage en introduisant une dose de dégressivité afin de renforcer l’incitation à la reprise d’emploi. Concernant l’apprentissage, les branches professionnelles auront plus de responsabilités dans le choix des métiers.

Concernant la fiscalité, le programme de Fillon propose de baisser les charges pesant sur le travail, alléger fortement les prélèvements pesant sur les entreprises, réduire le taux de l’IS et en élargir l’assiette de façon à nous aligner sur les pays européens comparables, supprimer 15Mds€ de taxes diverses pesant sur les entreprises, Supprimer l’ISF , éventuellement en « ajustant la tranche supérieure de l’impôt sur le revenu », supprimer la taxe à 75% versée par les entreprises sur les salaires supérieurs à 1 M€, supprimer les droits de mutation à titre onéreux (DMTO) qui freinent la mobilité professionnelle (10 à 11 Mds€) et prendre un engagement de stabilité fiscale pour 5 ans.

Le financement de cet effort, soit une réduction de prélèvements de l’ordre de 50 Mds€, sera assuré par une augmentation de la TVA de 3 points(14) sachant et par une réduction de la dépense publique de plus de 20 Mds€ pendant 3 ans, puis de 15 à 20 Mds€ les années suivantes.

De nombreuses mesures de bon sens qui démontrent que François Fillon se positionne comme un candidat UMP plutôt libéral. Mais cela suffira-t-il pour relancer l’économie française ? On aurait préféré le voir aller encore plus loin sur le statut de la fonction publique, la concurrence au sein de l’Education nationale et de la Santé. Il n’y arien sur les privatisations et la baisse des dépenses publiques qu’il propose devrait être 3 fois supérieure pour arriver au niveau de l’Allemagne. Peut mieux faire…

Partager cet article :

Autres lectures ...

Travailleurs détachés : moins de 1 % de la main d’œuvre européenne

Liberté de licencier : suivre les exemples allemand et canadien


La fausse querelle du « coup de pouce » au SMIC

Victoire de François Fillon
maintenant il faut vraiment réformer la France !



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (5)

Très Insuffisant

le 4 juillet 2014, 21:14 par Astérix

Il faut créer un VÉRITABLE CHOC FISCAL sans lequel RIEN NE CHANGERA. 50 milliards c'est le programme du P.S. qui ne sera pas réalisé et de toute façon dérisoire si l'on regarde l'état de l'économie en RUINE.
Mais Bon Dieu, Où EST LE CHOC FISCAL DANS CES MESURES ?

- Répondre -

PROPOSITION

le 4 juillet 2014, 23:46 par GOUTTEBARON

Bonjour,

Les analyses de François FILLON sont justes.
Il manque un volet incontournable, à savoir le rôle des Banques laissées sans direction financière nationale.

- Répondre -

Pourquoi ne pas avoir fait ça plus tôt !

le 5 juillet 2014, 00:54 par Grincheux

Mr Fillon a tenu pendant 5 ans les manettes du pouvoir. On a rien vu de tout ça. Pourquoi faudrait-il le croire maintenant ? Même si j'adhère à ce discours, je n'accorde pas ma confiance à Mr Fillon pour la mise en œuvre de ce programme !

- Répondre -

Confiance !

le 5 juillet 2014, 08:58 par Astérix

En parfait accord avec Grincheux. Ceux qui n'ont rien fait lorsqu'ils étaient en fonction, sauf couler la France depuis 35 ans, en accumulant les dettes, n'ont aucune raison de changer demain...!

LA FRANCE COULE PARCE QU'UNE POLITIQUE SOCIALISTE EST APPLIQUÉE DEPUIS LA MORT DE POMPIDOU.

QUE VEULENT LES FRANCAIS ? ENCORE DU SOCIALISME ?

ALORS IL FAUT QUITTER CE PAYS CONDAMNÉ A LA CONNERIE PERPÉTUELLE ET A LA RUINE.

- Répondre -

Fillon sauveur de la France !

le 5 juillet 2014, 11:21 par weber. pierre

Il n'a rien fait en étant premier ministre sauf supprimer les petites mutuelles, celles qui fonctionnaient très bien et pour pas cher, pour nous imposer les grandes sociétés qui coûtent trois fois plus cher ! Des idées comme celle_là, il peut les garder. S'attaquer aux régimes spéciaux, déficitaires mais tellement généreux, dont le Régime Général, tellement pingre avec ses propres cotisants, règle le déficit, là, personne ne s'y attaque. Pour sauver la Sécu, il ne faut pas réformer en créant des avantages supplémentaires pour ceux qui n'ont jamais cotisé ! Faut pas sortir de l'ENA pour comprendre cela ! Aucune confiance dans ce "parle menteur"

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire