Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Faut-il légiférer pour moraliser la vie politique ?

Pour les politiques français mis en cause dans des affaires, il faut d’abord « laisser la justice faire son travail ». Ensuite, si la décision de justice leur est défavorable, ils se considèrent victimes d’un acharnement, d’une cabale et assurent qu’ils vont à tout prix démontrer leur innocence. Il est vrai aussi qu’avec le « mur des cons », on a pu remarquer une certaine coloration politique dans les rangs de notre justice.

L’acharnement contre François Fillon en période électorale et le silence à l’égard de faits plus graves reprochés à d’autres candidats a montré les limites d’une institution qui se veut indépendante et efficace. Mais la question est surtout de savoir s’il faut légiférer pour « moraliser » la vie politique. Depuis pas mal d’années, on a tendance à légiférer sur tout ce qui concerne notre société, des lois sur la mémoire collective à l’éducation civique à l’école. Là où il faudrait se fier au travail neutre des historiens, les politiques préfèrent voter des lois. Et là où il suffirait d’étudier Montaigne, Voltaire ou Tocqueville, on choisit aussi de pondre des lois comme si le comportement des écoliers allait changer d’un coup de baguette magique.

Pareil pour ce qui est de la moralisation de la vie politique. Oui, il faut condamner l’élu corrompu, celui qui a piqué dans la caisse, celui qui gaspille l’argent public pour des raisons électoralistes... Mais va-t-on poursuivre l’homme politique qui emploie son épouse à un poste de collaboratrice et couvrir celui qui entretient sa maîtresse avec l’argent des contribuables comme l’a fait Mitterrand ? Où se situent les limites de cette moralisation qui risque de devenir une vaste tartufferie ?

Le statut d’élu confère maints avantages mais surtout des obligations. Celui qui en bénéficie doit avoir, cela va de soi, un comportement irréprochable car les électeurs qui l’ont choisi ont les yeux rivés sur lui. Normalement, pas besoin de légiférer, un code déontologique non écrit devrait primer. Pour le reste, les lois ordinaires de la République ne suffisent-elles pas pour condamner les mauvaises pratiques ?

Partager cet article :

Autres lectures ...

Taxe sur les dividendes : scandale d’Etat !

Police de la pensée :
A-t-on encore le droit de dire quelque chose ?


Lois de moralisation de la vie publique : des textes inutiles ?

Pour moraliser la vie politique, il faut d’abord réformer l’Etat !



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (3)

plus qu'une nouvele loi, de vraies sanctions

le 30 mai, 10:18 par Gerard KOERCKEL

La condamnation de l'ex secretaire d'état Thevenoud est une vraie insulte au bon sens. Il est moins condamné qu'un voleur de poules, alors qu'il avait en charge la lutte contre la fraude fiscale. Il écope d'une "peine" symbolique, elle correspond probablemet au tarif prévu, mais c'est une mascarade et c'est indécent.

- Répondre -

Pourquoi légiférer ?

le 30 mai, 14:29 par pichon

Il suffit de faire appel au "sens moral" des élus...
Légiférer c'est penser qu'ils n'en ont pas !

- Répondre -

Moraliser la vie politique ?...

le 31 mai, 11:58 par Dominogris

"plus l'État est corrompu, plus les lois se multiplient..." (Tacite)
Ce n'est pas la vie politique qu'il faut "moraliser" ce sont les hommes. Et ça dépasse nettement la seule vie politique qui n'est que le reflet , à l'excès, des maux de notre société.
Nos malheurs ne viennent-ils pas du fait que les "élites" n'ont rien à apprendre de personne ?

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire