Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Entrepreneurs : le gouvernement expérimente l’euthanasie

Le gouvernement achève les entrepreneurs, déjà mal en point : donc les cerveaux et les brevets filent à l’étranger et les emplois ne se créent pas en France. L’étude de Lucas Léger, chercheur à l’IREF, décrit la « destruction destructrice » (pour paraphraser Schumpeter) à laquelle se livre la classe politique, qui n’a d’yeux que pour l’entreprise publique.

Les récentes décisions abracadabrantesques du gouvernement sur le statut de l’auto-entrepreneur, visant à réduire ce cadre législatif à peau de chagrin, est un nouveau signe que nos hommes politiques ne se placent pas du côté des créateurs de richesses, les entrepreneurs. L’appétit pantagruélique de nos élites pour la bureaucratie et la réglementation mine le peu d’initiatives privées qu’il nous reste, et, à ce train, nous verrons bientôt le retour du plan quinquennal et la main mise de l’État sur des pans entiers de l’activité économique. Et si Schumpeter avait eu raison ? Si la fin programmée de l’entreprenariat et du capitalisme en France était devenue une réalité ?

Deux forces sont à l’œuvre ces dernières années :

1) l’exportation du savoir et l’idée que l’innovation viendrait de l’initiative publique

2) les postures dogmatiques de nos dirigeants, cherchant à maximiser leurs intérêts et les faveurs de leur électorat, vont à l’encontre de la croissance et de l’emploi.

L’exportation des savoirs

Aujourd’hui certaines agences publiques s’interrogent sur la capacité à long terme de la France à retenir ses cerveaux, formés à grands frais par l’Éducation Nationale. Dans une étude réalisée par France Brevets et l’école des Mines-Paris Tech, on observe une déperdition des brevets français vers l’étranger dans le secteur des télécoms (cf. graphique 1). Il devient plus intéressant pour les entreprises innovantes de ce secteur de vendre ses brevets aux Américains ou aux Japonais que de les exploiter en France. Cela contribue un peu plus au délitement du tissu industriel français et à la compétitivité du pays ; l’innovation s’exporte et rien n’est fait pour la retenir, bien au contraire.

La France n’a pas besoin d’une énième BPI mais d’un système fiscal cohérent et incitatif pour ceux qui sont prêt à prendre des risques et à investir.

Ajoutons à cette tendance préoccupante une décélération de l’investissement en Recherche et Développement (R&D). Dans le tableau ci-dessous on voit le manque d’investissement privé par rapport à nos concurrents américains et japonais. Nos entreprises ne dépensent pas assez en recherche : 1,1 % du PIB contre 1,7 % aux États-Unis ou 2,5 % au Japon.

Tableau 1. Comparatif des dépenses en R&D en 2010

Économies

États-Unis

Europe

France

Japon

Économie de la connaissance (en % du PIB)

Dépenses consacrées à la R&D

2.7

2.0

2.2

3.3

Dépenses consacrées à l’enseignement supérieur

2.4

0.8

1.0

0.8

Dépenses consacrées aux logiciels

1.5

0.8

1.2

1.2

Taux d’investissement dans le savoir

6.6

3.6

4.4

5.3

Recherche & &Développement

Dépenses totales de R&D dans le secteur des entreprises (en % du PIB)

1.7

0.9

1.1

2.5

Part des services dans la R&D

36.3

15.3

9.8

9.3

Source : Think Tank Innovation France

Sans oublier ces dizaines de milliers d’étudiants, qui, chaque année, décident de partir débuter leur carrière à l’étranger pour fuir un climat de plus en plus délétère. Loin de s’améliorer, l’horizon s’obscurcit pour notre économie si ces tendances se confirment, voire s’accélèrent.

La destruction destructrice à l’œuvre

Mais c’est aussi la main mise de l’État sur les capacités de production qui devrait nous alerter. Le RECME (Répertoire des entreprises contrôlées majoritairement par l’État) recense ainsi près de 1 500 sociétés contrôlées directement par l’État – une progression de 270 unités entre fin 2010 et fin 2011. Quant au secteur privé, il se réduit à grande vitesse. Il devient de plus en plus difficile en France de faire des profits et de maintenir une entreprise en bonne santé. La France ne tient pas la comparaison avec l’Allemagne, ni même avec le Royaume-Uni : avec un taux de faillite deux fois plus élevé que dans ces deux pays (cf. graphique 2).

De la même façon, les entreprises nouvellement créées sont à l’origine de beaucoup moins d’emplois en France qu’en Allemagne. Nous avons repris ici une étude conduite par l’Irdeme (Institut de recherche pour la démographie des entreprises). Une nouvelle entreprise en France crée en moyenne 2,8 emplois, contre 4,4 en Allemagne (cf. tableau 2).

Tableau 2. Nombres de salariés créés et nouvelles entreprises créées en 2008

Nb de salariés

1

2-4

5-9

10+

Total

Pays

Fr.

All.

Fr.

All.

Fr.

All.

Fr.

All.

Fr.

All.

Firmes créées

23125

25903

10800

28444

4029

8444

3271

6253

41225

69044

Salariés créés

23125

25903

28200

72844

26661

53408

36962

151395

114948

303550

Source : Irdeme

Tout indique que le secteur marchand est laminé par le poids de l’État et de la bureaucratie en France. Il y a aujourd’hui un peu plus de 16 millions de salariés en France, ces chiffres sont accablants au regard de la population totale. L’économiste autrichien Joseph Schumpeter prédisait la décomposition du système capitaliste de façon endogène par l’installation d’un certain corporatisme (nous dirions capitalisme de connivence aujourd’hui). En analysant la situation française on pourrait dire qu’il avait vu juste. Mais il a probablement oublié dans son remarquable raisonnement une variable bien plus destructrice qu’une concentration des moyens de production dans les mains des capitalistes et l’émergence d’une classe intellectuelle méfiante à l’égard du capitalisme : celle d’une classe politique toujours plus dogmatique, en dehors des réalités économiques, prête à toutes les folies pour satisfaire une minorité. La destruction destructrice est en marche.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Solidarité intergénérationnelle : levons le frein fiscal pour faire circuler le capital

L’économie allemande démontre que la relance budgétaire n’est qu’une illusion


Une économie sans gouvernement, ça marche !
Espagne, Belgique, Pays-Bas… Trois pays où l’économie a bien tourné malgré (ou grâce) à l’absence d’un gouvernement.

Gouvernement : des Fregoli ou des réformateurs ?



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (2)

"Charlots mégalo" !

le 7 juillet 2013, 18:36 par François Auprince

La France est gérée par des incompétents ne sachant même pas ce qu'est un "chef" d'entreprise.
Le pays allait mal, il va dans le gouffre ... parler ils savent, mais pour faire :.... "de quoi parle-t-on ?"
Je ne donnerai pas de qualificatifs qui seraient trop grossiers pour ces incompétents notoires...
Et les députés/sénateurs de quelque bord qu'ils soient sont aussi lamentables les uns que les autres pour l'avenir du pays...
Ils cherchent quoi ces "pingouins", à part leur position enviable (aux frais du contribuable !) ?
Une guerre civile ? on y arrive car ils "s'arrangent" pour détruire notre pays et ses valeurs, construits après 2'000 ans de conflits divers.....
Foutez-moi ça dehors, co...rds !!

..et le Général de Gaulle, dit "dictateur", mais qui a su redresser le pays et se battre pour lui alors qu'il était en lambeaux, doit se retourner dans sa tombe !

Pauvre France ..... j'ai honte d'être Français !

- Répondre -

Votons pour plus d'Etat !

le 8 juillet 2013, 11:27 par Philippe

Paradoxe ou pas, il me semble mois incertain d'entrevoir un changement en votant pour Mélenchon, un bon représentant d'un parti anticapitaliste, ou un vert humaniste anti tout.

Nos principaux partis, conservant coute que coute leur paradis doré, nous font mourrir à petit feu par un savant mélange de nouvelles taxes, contraintes du droit social en tous genres, et aides publiques toxiques façon hormones à pigeons.

J'espère des réformes très concrètes levant nos échardes plantées savamment au cours des 40 dernières années par des enfants de l'état royauté. Il s'agit en quelque sorte de micro-économie, de petites lois à faire sauter, de décisions in fine qui concernent notre envie de développer des entreprises et non de solutions trouvées dans un tableur en croyant détenir le modèle économique parfait !

Retirez nos chaines et boulets pour que nous puissions courrir le marathon face à nos confrères du monde entier.

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire