Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/3072

par ,

E. Macron, les entreprises françaises croulent sous les charges, les impôts et les réglementations !

L’engouement médiatique à l’occasion de la nomination d’Emmanuel Macron au poste de ministre de l’Economie a de quoi surprendre. « Voici enfin quelqu’un du privé, du monde de la banque », a-t-on dit. Même s’il est passé par la banque Rothschild, E. Macron est d’abord énarque et ancien inspecteur des finances. Il n’a jamais vraiment connu l’entreprise privée. D’ailleurs, plusieurs exemples anciens devraient nous servir de leçon : Francis Mer, Thierry Breton ou bien Christine Lagarde venaient du privé et sont déjà passés par ce poste sans pour autant réformer le pays ou soulager le monde de l’entreprise. Mais accordons du temps au nouveau ministre et attendons même si le temps presse.

Néanmoins, les dernières déclarations lors de l’interview accordée, mardi 2 juillet, à Ouest France, n’augure rien de bon. "Le gouvernement a montré son engagement à travers le CICE, le pacte de responsabilité et de solidarité. J’attends qu’il en soit de même pour les entreprises", a lancé Emmanuel Macron. Non, M. le Ministre, les entreprises, malgré le pacte de responsabilité, étouffent sous les impôts et les charges.

Taux moyen de l’IS :
Europe (28) -> 22.9%
France -> 36 %

L’Impôt sur les sociétés a baissé ces dernières années dans de nombreux pays, de 24.5 % à 20 % en Finlande, de 23 à 21 % au Royaume Uni, de 23 à 22 % en Slovaquie et même de 25 à 24.5 % au Danemark et de 26 à 22 % en Suède (on est passé d’un taux moyen européen de 35 % en 1995 à 22.9 % en 2014), tandis que la France bat des records...de hausse. Le taux d’IS varie de 10 % en Bulgarie à plus de 36 % en France, 14 points de plus que la moyenne des 28 pays membres. L’impôt sur les sociétés atteint même 38% pour les grandes entreprises, encore augmenté d’une taxe de 3% sur les dividendes.

France vs Allemagne : Différences de charges sur les entreprises

France vs Allemagne : Différences de charges sur les entreprises

Cotisations patronales sur salaires hors allègements Fillon (CdC 2011 ; en % salaire brut) Non compris : formation (1,6%), logement (0,55%), versement transports ( 6 Md€), C3S (5,5Md€) inexistants en Allemagne. Impôts sur entreprises inexistants en Allemagne : taxe sur salaires, taxe d’apprentissage, taxe professionnelle (CFE et CVAE).

A cause des charges et de la pression fiscale, il existe selon les données Eurostat (en 2012) 27 points de différence entre les marges (28 %) réalisées par les entreprises françaises, par rapport aux entreprises irlandaises, ou norvégiennes (55 %). C’est aussi 13 points de moins qu’en Allemagne, et 10 points de moins que la moyenne dans la zone euro ! Le tableau ci-dessus montre très bien les différences entre ce que payent en charges les entreprises françaises par rapport aux entreprises allemandes. C’est 20 points de plus en France ! Sans compter le fait qu’il n’y pas de Code du travail en Allemagne alors qu’en France, celui-ci compte plus de 3 600 pages !

Attendre des engagements de la part des entreprises est tout à fait normal. Mais après leur avoir donné de l’air et la liberté d’investir. La balle est dans votre camp, monsieur le Ministre.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Emploi à temps partiel imposé en France :
4 fois plus important qu’en Allemagne

L’appel de 154 économistes allemands contre une l’Europe souhaitée par Emmanuel Macron, celle de l’harmonisation fiscale et de l’union financière


Taxes, impôts et autres contributions des entreprises
Avec 62,2% , la France est championne

L’IS à 19 % rapporte 55 % de plus que l’IS à 28 % !



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (10)

comme le salarié

le 8 septembre 2014, 06:06 par virginie59

bonjour,

je suis saisonnière dans le privé, j'ai justement repris chaque fiche de paie du mois de janvier de mon dernier classeur, donc de 2007 à 2014, pour voir ce qui m'avait fait grimper les charges, j'y constate que les taux restent à peu près pareil, quelques cotisations en plus, dont depuis 2014 une obligatoire que je ne veux pas payer qui est celle de la prévoyance, et je me suis rendue compte que le montant final avait quasi doublé, et que je paie autant de charges que l'employeur, il y a une année j'ai même payé plus que l'employeur, et je suis au smic ???????

quand je regarde les comptes administratifs de ma mairie où le coût de fonctionnement est énorme, me révolte il est à 62% et vue le nombre qu'on a, c'est une ruine

- Répondre -

Macron n'a pas vraiment chagé d'avis.

le 8 septembre 2014, 09:26 par J.de Guenin

C'est plus simple que çà. Macron n'a pas vraiment changé d'avis, mais il s'est fait taper sur les doigts. Il n'allait tout de même pas démissionner deux jours après son arrivée. Il a pensé qu'avec le temps ses idées progresseraient. Ce sera d'autant plus possible que nous le soutiendrons au lieu de le dénigrer.

# Macron n'a pas vraiment chagé d'avis.

8 septembre 2014, 15:03 - Nicolas Lecaussin

D’accord avec vous, cher Jacques. Mais à l’IREF, on préfère soutenir les actes et non pas le paroles (qui plus est reniées...).
Amitiés
NL

# Macron n'a pas vraiment chagé d'avis.

8 septembre 2014, 15:05 - Nicolas Lecaussin

D’accord avec vous, cher Jacques. Mais à l’IREF, on préfère soutenir les actes et non pas les paroles (qui plus est reniées...).
Amitiés
NL

- Répondre -

France / Allemagne

le 8 septembre 2014, 10:25 par DA85

Excellent tableau comparatif il n'y a pas besoin d'explication supplémentaire. La vitalité de l'économie Allemande s'explique sans peine.
Espérons que M.Macron qui est couvert de diplôme saura comprendre cette démonstration
du niveau du certificat d'études d'autrefois. Il est cependant a craindre que le poids de son adhésion aux thèses du parti socialiste enfume quelque peu sa liberté de compréhension.
On a tellement d'énarques qui ont tout appris et rien compris que j'attends pour voir.

- Répondre -

comparatif France Allemagne.

le 8 septembre 2014, 16:29 par Jp.GAILLET

Dans votre raisonnement, vous oubliez d'inclure - et de comparer- les cotisations salariales.
Selon ce site : (http://www.connexion-emploi.com/fr/ ...) , je cite :
...pour le cas particulier de l'individu célibataire vivant seul, sans enfants à charge - et qui, en Allemagne, ne déclare pas d'appartenance à une église et un taux pour la Krankenkasse de 15% -
Un salaire français de 2.046,55 € correspond à un salaire de 2.537,84 € en Allemagne. En effet, pour ces deux salaires bruts, le net sera de 1.500 € après impôts.
.../...

Autrement dit pour un même salaire net versé de 1500€, en prenant vos chiffres :

France 2046*1.3928 = 2850 € versé par l'employeur
Allemagne 2537*1.1835 =3002 € versé par l'employeur.

Quand à l'I.S. il est certes un peu plus bas en Allemagne (30.2% contre 33,3% ici) mais je ne suis pas certain qu'il existe, comme en France un taux réduit à 15% pour les petites entreprises.

Quant à la TVA , là aussi la comparaison ne met pas en évidence beaucoup de différence : sur les produits industriels, elle est de 19% en Allemagne contre 20% en France mais le taux sur les produits de consommation courante ( alimentation, eau, livres, transports) est de 7% alors qu'elle est de 5,5% en France.. sauf pour les transports en commun ou c'est maintenant 10%

Voila qui abouti sinon à l'inverse de vos conclusions , au moins à devoir sérieusement nuancer vos critiques.

JPG

- Répondre -

Exemple du commerce extérieur

le 8 septembre 2014, 16:47 par Patrick Dubosc

Bonjour,
Le nouveau secrétaire d'Etat, nommé après le passage éclair du monsieur qui oubliait de déclarer ses revenus (!), à 36 ans, est diplômé Normale Sup/SciencesPo/ENA. Autant dire qu'il a toutes les qualifications requises pour aider les entreprises privées à exporter !!! Il n'a vécu que de nos impôts, n'a jamais été en concurrence avec des entreprises étrangères...

- Répondre -

points et %...!

le 9 septembre 2014, 12:41 par Jidé

Non la différence des charges sur les entreprises entre la France et L'Allemagne (39.28% et 18.35%) n'est pas de + 20.93 % mais de +20.93 points !!! En pourcentage cela fait +114% !!! ce qui, il faut l'avouer, n'est pas du tout la même chose !
Il est curieux de constater que même une personne comme Monsieur Nicolas Lecaussin tombe dans une telle erreur récurrente !
Cette erreur ,outre le fait qu'elle trompe les lecteurs ,affaibli énormément l'argumentaire.

# points et %...!

9 septembre 2014, 16:52 - Nicolas Lecaussin

oui, vous avez raison. Faute dans le tableau. Corrigé.
Merci à vous
NL

- Répondre -

et pour les commercants et artisans

le 10 septembre 2014, 14:02 par jeanroy

voici les taux de prelevements pour les revenus 2012

Revenus 2012 41 256 €

plafond SS 36 372 €
5 * plafond SS 181 860 €
3 * plafond SS 109 116 €

TAUX cotisations détail calcul montant

0.60% Maladie 0.6 % plafond 218.23 €
5.90% 5.9 % 5 * plafond 2 434.09 €

0.70% Indemnité jour 0.7 % 5 * plafond 288.79 €
5.40% allocation familliale 5.4 % revenu 2 227.81 €

16.65% assurance vieillesse 16.65 % plafond 6 055.94 €
6.50% vieillesse comple 6.5% 3*plafond 2 681.62 €
1.30% invalidite 1.3% plafond 472.84 €
0.15% formation professionnel 0.15 % plafond 54.56 €
8.00% CSG CRDS 8% revenu 3 300.46 €

% RSI REVENU 43.0% 17 734.34 €

voici les taux de prelevements pour les revenus 2013

Revenus 2013 41 203 €

plafond SS 37 032 €
5 * plafond SS 185 160 €
4 * plafond SS 148 128 €

TAUX cotisations détail calcul montant

6.50% Maladie 6.5 % revenu 2 678.16 €

0.70% Indemnité jour 0.7 % 5 * plafond 288.42 €
5.40% allocation familliale 5.4 % revenu 2 224.94 €

16.65% assurance vieillesse 16.65 % plafond 6 165.83 €
7.00% vieillesse comple 7% plafond 2 884.18 €
8.00% 8% 4*plafond 3 296.20 €
1.60% invalidite 1.6% plafond 592.51 €
0.29% formation professionnel 0.29 % plafond 107.39 €
8.00% CSG CRDS 8% revenu 3 296.20 €

% RSI REVENU 52.3% 21 533.82 €

A REVENU EQUIVALENT 21.4 % D AUGMENTATION...........

SANS COMMENTAIRE

- Répondre -

Dépenses publiques 57% du PIB

le 10 septembre 2014, 22:30 par pratclif

Pour financer notre état obèse, il faut taxer ! pas les 8 miillions de pauvres qui n'ont pas d'argent mais les classes moyennes supérieures et les entreprises ! Pas les riches qui s'en sortent gâce aux niches ! Pour moi, mon IRPP a augmenté de 20% cette année cause gel du barême et fiscalisation du supplément pour 3 enfants ! Alors l'état, les politiques, les fonctionnaires en pléthore et les syndicats iront en vacances au Maroc avec mon supplément d'impôts.

- Répondre -

La catastrophe continue !

le 12 septembre 2014, 11:24 par Astérix

RIEN à attendre d'un inspecteur des finances et énarque. Il ne fera que des conneries. La France a besoin aux finances et à l'économie d'une Madame THATCHER, pas d'un technocrate incompétent de plus.

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies