Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/3127

par ,

Bill Gates a raison : Piketty n’a rien compris aux riches

Pour Thomas Piketty, dont le dernier livre a été analysé et critiqué par l’IREF, les richesses mondiales ont tendance à se concentrer (les 1 % des plus riches) et afin d’y remédier (et lutter ainsi contre les inégalités), il serait bon de mettre en place une taxe mondiale sur le capital des plus riches. Piketty ignore déjà que même parmi les plus riches il existe une forte mobilité.

Parmi les Américains qui faisaient partie des 1 % les plus riches en 1987, seulement 24 % en faisaient encore partie en 2007, 20 ans plus tard. Et seulement 37 % étaient dans les 5 % les plus riches. Pratiquement tous les ans, ceux qui font partie du classement changent et les études montrent que, en moyenne, seulement 2 riches sur 5 sont encore présents dans les 1 % après 10 ans. Les statistiques de l’IRS (les Impôts américains) montrent que seulement 1 % des 400 Américains les plus riches déclarent les mêmes revenus d’une année sur l’autre et que 8 % de leurs revenus proviennent des rémunérations et seulement 18 % d’entre eux sont des héritiers. La principale source de leurs fortunes étant le « business », la création d’entreprises.

Dans un article publié sur son Blog, Bill Gates rappelle déjà que ses dons représentent environ la moitié de sa fortune obtenue grâce à son esprit d’entreprise. « Imaginez trois types de riches, écrit Bill Gates. Un riche qui utilise sa fortune pour créer d’autres entreprises et pour investir, un autre qui fait des dons très importants et un troisième qui dépense sans compter pour des vacances, voitures de lux, yachts, etc… Les trois aggravent forcément les inégalités car ils sont très riches. Mais je pense que les deux premiers contribuent fortement aussi à baisser ces inégalités. J’aurais voulu que Piketty fasse ses distinctions. »

Etats-Unis : les 1 % des plus riches
1981 2007
% des revenus des plus riches par rapport au total des revenus 9.1 % 18.3 %
Part des revenus des plus riches provenant de l’entrepreneuriat 7.8 % 32 %

En effet, dans ses statistiques, Piketty montre que les 1 % des Américains les plus riches détenaient en 2012 pas moins de 19.2 % du total des richesses contre 18.3 % en 2007. D’après lui, ce pourcentage aurait même été multiplié par deux depuis les années 1980. Mais ce qu’oublie de préciser Piketty, c’est que les formes de richesses ont énormément changé ces 30 dernières années. La part des richesses (revenus) entrepreneuriales (profits, investissements, S-corporations…) est passé de 7.8 % en 1981 à 32 % en 2007.

Et la part des richesses provenant des rentes n’a cessé de baisser sur la même période.
Bill Gates a raison de craindre que la taxation nouvelle proposée par Piketty heurte les créateurs d’entreprises. La première chose à faire pour l’économiste français aurait été d’essayer de comprendre qui sont les riches.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Pourquoi l’universalisation de l’assurance-chômage n’est pas souhaitable

320 millions d’euros pour les hôpitaux


Anti-Piketty
Vive le Capital au XXIe siècle !

Les syndicats et les milliardaires soutiennent Hillary Clinton



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (3)

Le nouveau génie !

le 22 octobre 2014, 14:17 par Astérix

Il faut en tenir une sacrée couche pour vouloir encore taxer...?

Mais oui, pourquoi ne pas taxer à 100 % les revenus, tuer les investisseurs et ceux qui créent les richesses ?

Un crétin de plus que certains vénèrent ? Hallucinant.

- Répondre -

LES MIRAGES ECONOMIQUES

le 25 octobre 2014, 14:15 par LEXXIS

Monsieur Piketty a très certainement l'intelligence pour comprendre qui sont les riches et distinguer entre les uns et les autres selon l'usage qu'ils font de leur patrimoine. Mais comme tout bon penseur de gauche, Monsieur Piketty ne réunit et ne cite d'abord que les chiffres qui confortent ses thèses et comme il en cite beaucoup, cela impressionne inévitablement un certain nombre d'esprits davantage sensibles au poids qu'à la qualité. Ensuite, il élimine quelques variables embarrassantes ou quelques hypothèses réfractaires, en évitant soigneusement les interférences les plus gênantes pour se concentrer uniquement sur son coeur de cible, ce qu'il veut à tout prix démontrer avec, à la fin, la clef de l'impôt ou de la redistribution contrainte comme solution universelle.

A y regarder de près, et Monsieur Piketty intervient ici après bien d'autres, la science économique est certainement l'une de celles à ce jour qui a le plus semé d'illusions dans la gestion des nations et trop de ses recettes ont mal résisté à l'expérience têtue des faits, d'autant qu'elles sont souvent plus utilisées par des doctrinaires ou des néophytes que par de véritables praticiens. Le résultat est que si très peu de pays ont dû ou doivent encore leur prospérité à une doctrine économique rigoureusement choisie et intelligemment appliquée, beaucoup de pays au contraire ont chèrement payé et continuent à payer très cher leur recours idéologique et obstiné à des doctrines erronées, dépassées ou mal assimilées.

Mais comme beaucoup de monde, nous dit-on, s'est arraché le livre de Monsieur Piketty, ceux qui n'ont pu le lire n'ont certainement pas à le regretter : ils conservent un avantage.

- Répondre -

L'ultra libéralisme est en marche, avec Mr Lecaussin !

le 3 décembre 2014, 16:19 par danyveline

Quand on ose écrire que (je cite) :"Le président du MEDEF, Pierre Gattaz, a eu l’énorme courage de proposer que la France sorte de la Convention 158 de l’OIT (Organisation Internationale du Travail) qui interdit de licencier un salarié sans motif", on est vraiment un réactionnaire de le droite la plus aveugle qui soit ! . Que penserait Monsieur Lecaussin si, demain, son patron venait lui dire : "monsieur, vous êtes viré, à partir de demain, parce que tel est mon bon plaisir !" ?
Encore qu'en ce qui le concerne, compte tenu de son cursus scolaire et universitaire, il retrouverait sans doute facilement un Job ! Mais qu'en serait-il des ouvriers et employés de la plupart des PME, PMI, qui n'auraient aucun recours, autre que les restos du coeur ?
Je viens de lire le brulôt provocateur qu'avait "commis" Mr Lecaussin, voici quelques années, concernant les conditions de revenus et de travail des agents EDF : c'est un tissus de contre-vérités et de mensonges éhontés, baignant dans une sauce de haine tout à fait indigne d'un soi-disant journaliste...
Quelle est la motivation de telles "vomissures ?
Je reste à la disposition de Mr Larroussin, pour lui indiquer, avec précision, et de façon factuelle, toutes les inepties de son "analyse" ; C'est quand il veut ! Il dispose de mes coordonnées !
Un certain Guy Mollet avait déclaré, voici 60 ans, que nous avions, en France "la droite la plus bête du monde"... Je crois qu'avec des gens comme Mr Lecaussin, la situation ne s'est guère améliorée !

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies