Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/2572

Quand les politiques se métamorphosent en Mme Irma

par ,

79 propositions étatistes pour « sauver » la France

La chancelière Merkel se fait réélire triomphalement après s’être débarrassée de l’Etat. En France, on continue à invoquer l’Etat pour redresser l’économie du pays. C’est ce qui ressort du « plan pour le développement de 34 industries d’avenir » présenté par le ministre Arnaud Montebourg et aussi des 45 propositions pour une économie positive proposées par Jacques Attali.

En bon patriote, Arnaud Montebourg croit au salut de la France par la (ré)industrialisation. C’est déjà une preuve de son ignorance économique. A l’époque de la mondialisation, on peut très bien disposer d’une économie en forme sans pour autant avoir des industries importantes. Les services et le numérique peuvent très bien faire le bonheur économique d’un pays.

Ils savent tout du futur de l’économie

Ensuite, on retombe dans les caractéristiques de notre classe politique : elle sait mieux que personne quels seront les secteurs d’avenir. Elle sait à quoi ressembleront la « voiture du futur » et l’ « avion électrique », elle connaît, grâce au travail de prospective des fonctionnaires, quels seront les textiles « innovants », les biocarburants et les « usines du futur », comment se connecteront les « objets », quelle sera l’évolution de la filière bois et comment fonctionnera la « réalité augmentée » (un vocable innovant sans doute pour ne pas parler de « valeur ajoutée ») On fixera des objectifs en collaboration avec le Conseil national de l’industrie. Et, tenez-vous bien, tous les 6 mois, le Premier ministre vérifiera l’état d’avancement des projets. Cette « vision d’avenir » ne coûtera « que » 3.5 Milliards d’euros… Il paraît que M. Montebourg a quand même accepté d’intégrer quelques représentants du privé dans les équipes en charge de réfléchir à l’avenir industriel de la France.

Toujours humble, Jacques Attali relève tous les défis du siècle

Jacques Attali nous avait habitués à mieux, ou au moins pire. L’ancien inspirateur de François Mitterrand avait rendu à Nicolas Sarkozy (qui sait toujours s’entourer de compétences) un rapport contenant quelques propositions tout à fait intéressantes, dont la privatisation des HLM et l’ouverture à la concurrence de nombreux services. Le changement de locataire à l’Elysée l’a sans doute convaincu de changer son fusil d’épaule. Il s’intéresse maintenant à l’économie « positive » (et pourquoi pas « négative » ?), la seule capable, d’après lui, à créer des richesses. Cette économie « positive » serait le symbole du « long terme » car le court-terme et la « dictature de l’urgence » sont à l’origine de la crise de 2008. « Le passage à une économie plus positive pourra aider à résoudre la crise et à relever les défis écologiques, technologiques, sociaux, politiques ou spirituels, qui attendent le monde en 2030 ». Rien que ça : en toute modestie. Et pourquoi pas 2040 ou 2050 ? Cette « présomption fatale » (Hayek) pourrait prêter à sourire si elle n’était pas déclinée par 45 propositions concrètes. L’entreprise – encore elle – devra réformer sa gouvernance et intégrer la notion de « mission positive ». Et leur fiscalité doit changer d’ « architecture ». Afin de financer cette économie positive, on préconise la création d’un fonds mondial (encore un). Le Conseil Economique et Social deviendra un « Conseil du long terme » (ça nous rassure) et un « Tribunal mondial de l’environnement » devra être mis sur pied (c’est un peu plus inquiétant). Enfin, il faudra « orienter l’éducation vers l’économie positive en sensibilisant les plus jeunes au long terme et à l’altruisme ».

Il suffirait d’un peu de bon sens…

Avec ces deux grands projets de réforme, l’économie française est, à coup sûr, sur la voie de la renaissance et de la croissance à long terme. Pourquoi aimons-nous perdre autant de temps et d’argent (celui des contribuables) pour sortir tous ces rapports alors que la France a seulement besoin de quelques mesures de bon sens ? L’Allemagne, le Canada, la Suède, ou bien les Pays-Bas ont-ils eu besoin de 45 mesures d’économie positive ou de 34 projets de (ré)industrialisation pour sortir de la crise avec des mesures de libéralisation ?

Partager cet article :

Autres lectures ...

Liberté de licencier : suivre les exemples allemand et canadien

En matière de chômage, il y a autant d'écart entre la France et l'Allemagne, qu'entre la Grèce et la France : 2,5 fois plus dans ces deux cas
(et même un peu moins dans le 2ème)


Prévisions économiques : restaurer la responsabilité

CAC 40 : Les 76 milliards de profits sont-ils des « superprofits » ?



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (2)

Un véritable avenir libéral pour la FRANCE

le 28 septembre 2013, 11:27 par Astérix

L'inscription DANS LA CONSTITUTION DES MESURES SUIVANTES :

> La liberté totale d’entreprendre

> L’interdiction de tout déficit des finances publiques et des caisses sociales, retraites.. etc…

> La suppression de toutes les contraintes administratives paralysantes par la refonte totale et la simplification de tous les "codes" actuels, de manière à les réduire de 80% ( liberté totale de recruter et de licencier, autorisation de travailler le dimanche)

> La réduction massive des dépenses publiques à hauteur de 300 milliards par an ; elles sont actuellement à plus de 57 % du PIB en théorie, elle sont, en réalité, bien au delà.

> Baisse de 70 % du nombre de fonctionnaires ; près de 7 millions à ce jour contre 500 000 sous de Gaulle. La fonction publique désormais réservée uniquement aux fonctions régaliennes de l’état

> L’interdiction pour tout gouvernement de prélever plus de 30 % de la richesse créée par le secteur privé (impôts directs et indirects, taxes sur les carburants, etc…) avec contrôle par des gestionnaires du privé indépendants. En cas de non respect, le Président de la République et le gouvernement seraient destitués sans appel et de plein droit

> La refonte totale du système financier

> Bouclier fiscal plafonné à 30 % concernant uniquement les personnes à faibles revenus

> Suppression de toutes les subventions aux entreprises, aux associations, aux agences étatiques

> Mise en place d’un régime unique de retraite pour tous. Suppression de tous les régimes spéciaux. Alignement du public sur celui du privé. Développement d'un régime de capitalisation dédié.

> L’impérieuse nécessité de maîtriser nos décisions nationales, dans un ensemble mondial, et la possibilité de refuser à tout moment le dicktat de Bruxelles sur le plan administratif, judiciaire et monétaire, ou de tout autre état

> La refonte totale de la justice (développement de la médiation INDÉPENDANTE et NON SALARIÉE et de l’arbitrage INDÉPENDANT pour tout ce qui à trait aux litiges économiques et financiers)

> Rétablissement de la peine de mort pour toute personne ayant tué volontairement et pour toute personne se livrant à la fabrication et/ou à la distribution de drogue. Modification du code pénal pour une authentique légitime défense

> Rétablissement d’une peine minimale incompressible de prison, sans remise de peine possible, pour toute forme d’agression ou d’atteinte aux personnes et aux biens

> Suppression immédiate de la nationalité Française à vie pour tout étranger condamné y compris pour les mineurs délinquants et leurs parents

> Suppression de toute forme d’allocation aux étrangers ne pouvant justifier d’une activité avec versement de cotisations en France et expulsion de plein droit du territoire

> Suppression du regroupement familial pour les étrangers

- Répondre -

qui le fera ?

le 29 septembre 2013, 17:54 par yoyo

A Asterix
Désirez vous une guerre civile, un cataclysme dans nos chaumières, un effondrement de nos intouchable acquis individuel ?
toutes ces mesures noblement citées ne pourrons jamais être exaucées par nos politiques de tout bord confondu, ils ont trop peur pour leurs images, leurs électeurs, leurs avenir !!
En France on veut pleins de changement mais surtout rien changer !!

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies