Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

La gauche lepéniste

Bizarrement, personne n’a protesté contre le protectionnisme brandi par les candidats à la primaire de gauche qui n’a rien à envier à celui proposé par le Front national.

La France est décidément un pays à part et sa gauche un mouvement politique bien particulier. C’est le sentiment que nous avons ressenti suite aux débats entre les candidats à la primaire de la gauche. Tous font confiance à l’Etat et à l’administration. Ils promettent à tout-va, du revenu universel à l’héritage universel. Ils se fichent du niveau confiscatoire de la fiscalité et des dépenses publiques qui dépassent largement les moyennes européennes. Ils veulent encore plus de fonctionnaires et de réglementations. Cette gauche bien française est à des années lumière de la gauche britannique incarnée par Tony Blair ou de celle, allemande, de Schröder qui a réformé en profondeur le pays. Elle est aussi très éloignée des gauches suédoises ou canadiennes des années 1990 qui ont porté haut et fort les réformes libérales.

C’est en réalité une gauche qui se rapproche de l’extrême droite française. En plus de souhaiter un Etat encore plus fort et interventionniste, elle propose un protectionnisme radical. A chacun ses idées : taxer lourdement les importations qui seraient faites en « violation de notre modèle social », « protéger la France », « harmoniser les règles du jeu en Europe », « prôner une préférence française dans l’industrie », « nationaliser de temps en temps », « obliger les fournisseurs de l’armée à installer des usines en France », « faire une pause dans les accords internationaux », « consommer de la viande 100 % française dans nos cantines »… Qui dit mieux ? Même le Front national et Mme Le Pen ne sont peut-être pas allés aussi loin ! D’ailleurs, l’étatisme et le protectionnisme sont bien les points communs entre la gauche et l’extrême droite. Si l’on remplace les immigrés d’un côté par les riches, de l’autre, les similitudes sont tellement fortes qu’ils pourraient fusionner en une grande formation « des patriotes étatistes ».

Comble de la situation, au moment où les candidats de gauche entonnaient leurs couplets protectionnistes, les émissions et les débats anti-Trump se multipliaient dans les médias. « L’inquiétant M. Trump » attaqué pour ses positions protectionnistes… Certes, à cet égard, M. Trump est inquiétant, mais alors pourquoi le copier en France sur ce terrain ?

Partager cet article :

Autres lectures ...

Le crépuscule du rêve européen

Libérer le commerce international à l’heure des nouveaux protectionnismes : mode d’emploi


58.8 % : pourcentage des exportations françaises vers l’UE

80 % : le pourcentage des exportations mexicaines qui vont aux Etats-Unis



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (1)

malheureusement

le 24 janvier, 21:16 par Jean-François GRANGER

Malheureusement il n' y pas que la gauche et l'extrême droite a être protectionnistes. Avez-vous écouté le discours de M. Fillon à la fondation K. Adenauer lors de son voyage en Allemagne ? Lui aussi n'a pas arrêté de plaider pour un protectionnisme douanier (aux frontières de l'UE il est vrai), pour l'harmonisation fiscale des pays européens, l'abrogation de la directive sur les travailleurs détachés, la réservation des commandes publiques aux seules entreprises européennes, les rétorsions vis-à-vis de l'Amérique et de la Chine.
Pas très réjouissant tout ça...

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire