Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

L’Etat ne fait pas le bonheur

Dans le classement World Happiness Report (2017) la France se situe à la 31e place sur 126 pays.

Plus que le PIB par habitant, le rapport tient compte des réponses faites par les personnes sondées ainsi que de critères comme la qualité de la vie, la santé, etc… Au-delà de cette – mauvaise – place, ce qu’il est intéressant de remarquer, c’est le fait que les pays qui précèdent la France sont, dans leur grande majorité, des pays où l’Etat est réduit au minimum. Certains peuvent être considérés comme « ultra-libéraux », ainsi de comme Singapour, l’Irlande, la Nouvelle-Zélande, l’Australie, les Etats-Unis, le Royaume-Uni, le Luxembourg ; d’autres, comme des pays où l’on a bien réformé le secteur étatique : l’Allemagne, la Suisse, les Pays-Bas, Israël, le Canada, l’Irlande, le Chili…
Le même rapport réalisé par des universitaires (John F. Helliwell, Canadian Institute for Advanced Research et Vancouver School of Economics, Richard Layard, Director, London School of Economics, Jeffrey D. Sachs, Columbia University) propose aussi un classement des pays pour ce qui du « Bonheur au travail ». Quelle surprise ! Là aussi, la France est en milieu de classement et ceux qui arrivent en tête sont aussi les pays avec le marché du travail le plus flexible : les Etats-Unis, le Royaume-Uni, le Danemark… Ni le Code du travail, ni les syndicats ne contribuent au bonheur des Français sur leurs lieux du travail. Pourquoi ne pas s’en débarrasser ?

Partager cet article :

Autres lectures ...

Solidarité intergénérationnelle : levons le frein fiscal pour faire circuler le capital

Malaise devant un projet de réforme des successions


CAC 40 : Les 76 milliards de profits sont-ils des « superprofits » ?

Menaces sur l'assurance-vie



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (2)

Une autre interprétation

le 13 juillet, 08:18 par Henri Astier

Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, déclarait à BMFTV il y a quelques jours : "Le capitalisme est cause de beaucoup de maux dans ce monde : des guerres, des gens dans la misère, des migrants."

S'il avait lu ce rapport, il aurait sans doute ajouté à la liste l'un des ravages les plus funestes du capitalisme : il assomme les peuples en leur donnant le sentiment qu'il y fait bon vivre !?

- Répondre -

L'état ?

le 17 juillet, 10:55 par Astérix

J'ai failli m'étouffer lorsque j'ai lu le message de M. Henri Astier..!
Mon pauvre Monsieur, je pensais qu'il ne restait plus que quelques communistes isolés qui avaient enfin compris...! il vous faudra combien de temps encore pour comprendre que c'est bien l'état qui "assomme les peuples" et non le capitalisme..!

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire