Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

C’est l’Etat qui vit au-dessus des moyens des Français

L’Etat demande aux Français de faire des économies, mais c’est lui qui gaspille l’argent et demande ensuite aux contribuables de boucher les trous. Une analyse judicieuse de la situation par Nicolas Lecaussin, directeur du développement de l’IREF .

Voilà des années que les politiques nous servent la même salade : « La France vit au-dessus de ses moyens ». Il faut faire des économies. Et pour cela, « tous les ménages, y compris les plus aisés, devront faire un effort », a martelé Madame le Ministre de l’Economie dans une interview radio. Madame Lagarde a précisé que les particuliers paieront 4 Mds d’euros d’impôts supplémentaires (suppression des niches et augmentation de certains prélèvements sociaux), et les entreprises environ 6 Mds d’euros à travers une diminution des allègements de charges, une hausse des taxes sur les banques, les assurances et les complémentaires.

Pour ce qui est du budget de la Sécu, là-aussi, les Français seront mis à contribution à travers des baisses du taux de remboursement des médicaments, une hausse du ticket modérateur hospitalier. Plusieurs mesures devront être appliquées par les médecins qui auront moins de liberté dans leurs prescriptions. Ce sont donc les Français qui paient l’addition.

Mais les politiques se trompent, et trompent les Français en laissant entendre que les Français sont coupables d’excès et doivent être punis : c’est bien l’Etat qui est endetté et qui vit au-dessus de ses moyens, pas les Français. C’est à lui de se réformer et ce sont les dépenses publiques qui doivent baisser. C’est ce qui se passe dans les autres pays européens : en Suède, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Irlande, en Espagne, même en Grèce, des mesures d’économies ont été adoptées (ou accélérées avec la crise). En France, on se contente de mesurettes sans aucune conséquence significative sur le budget de l’Etat.

Dépenses de personnel de l’Etat : + 0.5 %

Prenons l’exemple de la baisse du nombre de fonctionnaires dont se targue le gouvernement depuis trois ans. En 2009, environ 25 000 postes de fonctionnaires ont été supprimées. Ceci représente 0.3 % du nombre total de fonctionnaires. C’est très peu mais c’est déjà une baisse. Pourtant, à y regarder de plus près, les dépenses de personnel de l’Etat (LFI 2009) ont augmenté de 800 millions entre 2008 et 2009. Il s’agit d’une hausse de 0.5 % de la masse salariale. L’explication est simple. En contrepartie de la suppression des postes, le gouvernement avait promis une hausse du pouvoir d’achat des agents à travers des primes qui ont été supérieures aux économies souhaitées. Ces primes ont été accordées suite aux négociations avec les syndicats en octobre 2008.

En plus de ces primes, les hausses des salaires des fonctionnaires sont automatiques (ancienneté) et se situent entre 2 et 3% par an. Contrairement à d’autres pays où les salaires ont été gelés, les syndicats français ne veulent même pas en entendre parler, et le gouvernement n’ose pas toucher à la sacro-sainte augmentation annuelle.

A la Sécu, les absents ont toujours raison

Pour ce qui est de la Sécurité sociale, le dernier (septembre 2010) rapport de la Cour des Comptes pointe un taux d’absentéisme complètement « atypique » par rapport aux autres salariés français. Les motifs d’absence ne sont pas publiés et le taux est de 129% plus élevé que dans le secteur privé. Ceci équivaut à une moyenne de … 3 semaines de vacances supplémentaires par an avec une compensation salariale complète. Des économies de plusieurs milliards pourraient être réalisées en y remédiant…

C’est bien l’Etat et ses administrations qui vivent au-dessus des moyens des Français…

Partager cet article :

Autres lectures ...

Liberté de licencier : suivre les exemples allemand et canadien

En matière de chômage, il y a autant d'écart entre la France et l'Allemagne, qu'entre la Grèce et la France : 2,5 fois plus dans ces deux cas
(et même un peu moins dans le 2ème)


L’hôpital étouffé par la bureaucratie

120 000 fonctionnaires de moins ou 133 ans pour rattraper l’Allemagne



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (7)

MOYEN ET FIN

le 1er octobre 2010, 11:17

Votre livre "Cet état qui tue la France" avec Absolument dé-bor-dé" devrait être des livres scolaires d’économie politique et sur la table de chevet de chaque citoyen

# 2 à 3 %

1er octobre 2010, 22:58

Bonjour, étant enseignant à l’éducation nationale je n’ai pas eu de telle augmentation !.

Il faudrait préciser et faire attention à un amalgame facheux.C’est comme dire que la moyenne du nombre d’élèves par classe est de tant.Un emoyenne est une moyenne il y a un maxi et un mini.

Attention aux chiffres on peut leur faire dire tout et n’importe quoi en fonction du but recherché.

- Répondre -

que Faire ????

le 1er octobre 2010, 16:31

Nous sommes tous a constater que nos gouvernants de gauche comme de droite se servent et dépensent sans compter nos deniers . Mais ils ont tous les droits et c’est là qu’ils faut les coincer !!!

Le bennet DEBRE a accordé à tous les députés des avantages exorbitants AUCUN DÉPUTÉS N’A REFUSÉ !! Trouvé vous cela normal ??? Que faire ??? Notre Président en temps de crise se fait aménagé un avion pour 190 millions !!! Que faire ??? Ceux qui nous gouvernent sont à 80% AVOCATS lorsque l’ont sait l’honnêteté de ces voyous !! Que faire ?? Nous vivons dans un monde ou seul le fric est roi !! C’’est a celui que baise le plus l’autre sauf entre requins !!!Une justice qui exploite le peuple 200 à 500€ de l’heure. Des Magistrats qui ordonnent et nomment des experts ( amis) qui la plupart non aucune connaissance des problèmes, mais réclament 2000€ en consignation et de plus font intervenir leurs petits copains pour avoir une part du gâteau. Elle est belle la France et sa justice elle donne envie de vomir et c’est sans aucun regret que je quitterai ce monde de voyous.

# BRAVO !!!!!!!!!

13 novembre 2011, 14:47

Votre analyse est excellente , mais elle peut être encore étoffée , car tous ces voyous corrompus qui nous gouvernent n’ont aucune face et se moquent bien de notre analyse . Le fric pour eux est leur seule religion ...

Nous pourrions écrire un dictionnaire nominatif de toutes leurs exactions et de leurs méfaits . A vomir .....

Qu’attendons nous pour agir ?

- Répondre -

Le "cancer" de l’étatisme

le 1er octobre 2010, 16:55

L’étatisme, c’est un peu comme le cancer : cela se développe au détriment de l’individu qui en est frappé. Et si on n’y remédie pas, les résultats seront les mêmes : après avoir proliféré, l’individu -et le pays- finiront par en mourir

- Répondre -

Donner la parole au peuple

le 2 octobre 2010, 08:48

La seule façon de sortir de ce marasme est de rendre la parole au peuple par le référendum d’nitiative populaire. Il faut que les politiques soient sous pression permanente du peuple. Alors nous aurons une démocratie apaisée comme en Suisse par exemple.

Bedel

# REFERENDUM

13 novembre 2011, 07:15

J’APPROUVE TOTALEMENT CETTE SUGGESTION

- Répondre -

Absentéisme à la Sécu

le 2 octobre 2010, 11:18

L’Etat n’est pas le seul responsable : ce sont les partenaires sociaux qui managent - et alors qu’ils revendiquent une mission sacrée de protection des travailleurs contre la férocité des patrons, ils sont mal plaçés pour exercer quelques contraintes sur leur personnels.

PONTHIEU.

- Répondre -

Privé - Public

le 2 octobre 2010, 11:25

La Cour des comptes, n’a aucun pouvoir, bien qu’elle pourrait être très utile si elle en avait, alors autant la supprimer, hélas !

Ceux qui créent des richesses, le Privé, payent ceux qui les consomment y compris bien sûr, le Public, pour que le pays fonctionne.

A t’on besoin de payer environ 50% de gens pour faire fonctionner le pays pour les 50 autres pour cent qui créent les richesses ?

Pour ceux qui créent les richesses, il faudrait au plus 10% « d’Administratifs » ce qui, dans la pratique, est environ le ratio dans le Privé.

Accessoirement, le Public, payé par le Privé, ne doit pas avoir le droit de faire grève. Il suffit de démissionner et de rentrer dans le Privé, puisque selon eux ce sont privilégiés !

- Répondre -

Je suis fonctionnaire

le 3 octobre 2010, 11:58

Je suis fonctionnaire (professeur) et je suis désolé de vous dire que je n’ai pas été augmenté depuis trois ans : il serait bon de vérifié vos écrits !

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire