Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/2843

par ,

Les vraies raisons de l’exil des Français

Maître Jean Philippe Delsol, administrateur délégué de l’IREF, a fait un exposé à Genève dans le cadre d’un colloque organisé le 13 mars par l’Institut Libéral.
Auteur de « Pourquoi je vais quitter la France » (éd.Tatamis), il explique l’exil de 35.000 Français chaque année par la charge fiscale, l’instabilité juridique et le poids des réglementations.

Jean-Philippe Delsol donne les derniers chiffres connus : 35,000 personnes par an quittent la France, dont 5,000 contribuables assujettis à l’impôt sur la fortune. Pourquoi ? En raison de la fiscalité, de l’instabilité juridique, de la complexité juridique et administrative.
La fiscalité ?

Elle a atteint des records en France. Les dépenses publiques représentent 57% du PIB et les contribuables à hauts revenus sont imposés à un taux de 57%. Le gouvernement actuel a augmenté les impôts et s’attendait, en 2013, à des recettes fiscales supplémentaires de 10 milliards d’euros. Il a dû déchanter. Elles ont diminué de 13 milliards d’euros…A Bercy on ne connaît vraisemblablement pas la courbe de Laffer …

Alors que, partout ailleurs en Europe, l’impôt sur les sociétés a baissé, il a augmenté en France et son taux record est aujourd’hui de 38%. Alors que les prélèvements sociaux représentent 70 à 80% des salaires nets en France, ils ne représentent que 20 à 30% dans nombre de pays européens, dont la Suisse ou le Royaume-Uni.

L’instabilité juridique ?

Les droits sur les cessions d’actions ont changé trois fois en 2 ans. Le délai de détention d’un bien immobilier pour bénéficier de l’exonération de la taxation sur les plus-values est aujourd’hui de 22 ans après avoir été naguère de 15 ans, puis de 30 ans…

La complexité ?

Il existe en France 400’000 textes réglementaires, ce qui lui vaut d’être classée au 126e rang sur 144 pays par le World Economic Forum pour sa complexité administrative et juridique …

Pour ceux qui veulent entreprendre, la France soviétisée ne fait pas rêver :
• Environ 50% des personnes physiques ne paient pas d’impôt sur le revenu.
Plus de 50% des personnes actives sont payées par l’impôt.
• Sur une population active de 28 millions de personnes le secteur public représente 5.2 millions et le secteur parapublic 2 millions.
• Les associations, subventionnées à 80% sont au nombre de 1.08 million.
• Les contrats aidés coûtent 0.5 million
• Les contrats d’apprentissage 0.2 million
• Les contrats de génération 0.05 million
• Les agriculteurs 1 million.
• Les chômeurs 3.22 millions
• Les bénéficiaires du RSA social 1.3 million.
• Soit un total non exhaustif d’aides de 14.55 millions…

Il y a donc bien deux France :

Dans le secteur public on travaille en moyenne 35 heures et dans le secteur privé 39.6 heures. Dans le secteur public l’absentéisme est de 23% et dans le secteur privé de 9%. Dans le secteur public on part à la retraite en moyenne à 58 ans et dans le secteur privé à 62 ans etc.

Le président de la Cour des Comptes, Didier Migaud, ex-député socialiste, déclare au Monde le 11 février 2014 :

« Dépenser plus ne garantit pas la croissance, surtout si la dépense est inefficace. Quand plus de la moitié du PIB est consacrée à la dépense publique, il est indispensable de s’interroger sur son efficacité. »

Il n’y a pas seulement en France qu’il y a du souci à se faire. Mais ce n’est pas une consolation. Dans un entretien accordé au Financial Times le 17 décembre 2013, Angela Merkel, lucide, déclare :

« L’Europe représente à peine 7% de la population mondiale, seulement un quart du produit intérieur brut mondial et 50% des dépenses sociales du monde. »

Et l’Allemagne est pourtant en meilleure posture que la France…
Si la Suisse s’en sort mieux, c’est qu’elle a maintenu des États subsidiaires. Ce n’est pas la même chose d’être citoyen d’une commune et citoyen d’un État loin de ses préoccupations. Le frein à l’endettement lui a également permis de contenir la dette publique qui culmine à 35% du PIB…

Jean-Philippe Delsol conclut que la France est peut-être devenue le musée du monde, ce qui peut faire rêver les vieux, mais certainement pas les jeunes, et qu’il faudra bien qu’un jour elle en prenne conscience et y remédie.

Partager cet article :

Autres lectures ...

L’injustice de l’exit tax

La fraude fiscale ou le prétexte de l’hydre étatique


38 Mds de dollars ou la baisse des impôts contre les paradis fiscaux

Évasion fiscale : mais on ne peut s’évader que d’une prison !
Remarques sur la moralité et la fiscalité



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies