Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/2710

par ,

Plusieurs propositions économiques et fiscales de l’IREF inspirent 120 parlementaires
Le Livre Blanc de Génération Entreprise

L’association Génération Entreprise qui regroupe plus de 120 parlementaires vient de publier un Livre Blanc intitulé « Pour un big-bang économique, fiscal et culturel ». Le groupe de parlementaires fait 20 propositions pour relancer l’économie française.

L’IREF est très heureux de constater que ses travaux (Rapports, Etudes, articles) sont cités de nombreuses fois dans le Livre Blanc et que plusieurs propositions reprennent ou s’inspirent des solutions proposées par notre Institut :

Le taux d’IS à 25 %, interdiction de la rétroactivité des lois fiscales, introduction de la capitalisation dans le système de retraite, toute nouvelle réglementation sur le marché du travail doit être suivie de la suppression d’au moins deux autres réglementions, favoriser la mixité culturelle public-privé dans le processus décisionnel, rendre obligatoire la démission de la fonction publique de tout fonctionnaire élu au parlement, les nouveaux employés de l’Etat perdent tous les avantages de leurs prédécesseurs : plus de statut, ni de privilèges, faciliter le rapatriement des capitaux, modifier les programmes d’économie au Lycée en rendant obligatoire l’étude de l’entreprise et son rôle dans la création de richesses, en insistant sur les portraits d’entrepreneurs, ouvrir le corps enseignant aux personnes issues de l’entreprise ...


Livre blanc Génération Entreprise
Pour un big-bang économique, fiscal et culturel

Partager cet article :

Autres lectures ...

Ce n’est pas la faute de l’Europe mais la nôtre
Réformons la France pour changer l’Europe

Taxes, impôts et autres contributions des entreprises
Avec 62,2% , la France est championne


Royaume-Uni : 7 millions d’emplois privés de plus qu’en France

L’IS à 19 % rapporte 55 % de plus que l’IS à 28 % !



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (3)

livre blanc GEEA

le 13 décembre 2013, 19:06 par bernard berthier

Merci pour ces vingt rayons de soleil dans les ténèbres socialistes actuelles

- Répondre -

Un système soviétique

le 14 décembre 2013, 09:46 par Astérix

Françaises, Français, A la question : « Approuvez-vous le projet de loi qui autorise la ratification du traité établissant une Constitution pour l’Europe ? » vous avez répondu non, en 2005, à 54,67 %.
Nos génies de gouvernants, que vous avez pourtant élus, n’ont tenu aucun compte de votre vote. Où est passée la démocratie ?

Quelles en sont les conséquences ?

Une très grande majorité d’ETI, PME, PMI, TPE vont « sauter « les unes après les autres.
Celles qui tenteront de résister seront contraintes de baisser massivement les salaires et leurs dépenses afin d’essayer de survivre et de retrouver provisoirement un semblant de compétitivité face à l’écrasement fiscal.
Les solutions qui auraient permis d’éviter cette situation dramatique étaient les suivantes :

> La dévaluation de l’euro de 50 % qui n’est possible que si tous les Pays ayant adopté cette monnaie sont d’accord……. ????????? !!!

> La baisse massive par l’état des prélèvements obligatoires, charges sociales, impôts et taxes à 30 % maximum de la richesse crée par le secteur privé

> L’arrêt des dépenses inconsidérées et irresponsables de l’état et des collectivités locales

Un enfant de 7 ans comprendrait que si vous créez 100 de richesses vous ne pouvez pas dépenser 1000. Le problème vient du fait qu’un énarque, un prof, ou un évadé de Sciences Po ne peuvent comprendre l’évidence et pourtant, ce sont eux qui nous dirigent… !?

L’euro à près de 1,40 pour un dollar est devenu un handicap énorme à la grande exportation.
Mais encore plus grave, faute de pouvoir être dévalué, il empêche de remettre les diverses économies au sein de la zone euro chacune à son niveau de compétitivité. L’industrie et les services en France et dans d’autres Pays du sud crèvent de ne pouvoir dévaluer par rapport à l’Allemagne.

La déflation qui va nous ronger pendant des années aboutira à une dépression profonde donc à l’explosion du chômage à la baisse considérable des niveaux de vie, et aux plus grandes difficultés pour payer les retraites.

L’arrogance des tenants de l’euro n’a plus de limite, ils sont prêts à ruiner des économies entières.

L’appareil productif se détériore surtout en France. Si l’euro disparaissait, le franc se situerait autour de 0,60 et le Deutsche mark entre 0,90 et 1 dollar. Ainsi, les exportations repartiraient et nous pourrions sauver de nombreuses entreprises Française en n’oubliant pas qu’il faudrait que, dans le même temps, nous obligions l’état à baisser ses dépenses tout comme celles des collectivités locales qui ne savent pas gérer les impôts des contribuables et n’ont, comble du comble, aucun compte à rendre à ceux qui les font vivre.

La France ne pourra s‘en sortir qu’avec des professionnels de la gestion venant du secteur privé, dont le seul but ne sera pas leur réélection ou leurs avantages, mais bien l’intérêt supérieur de la France.

La politique telle que l’on a dû la supporter depuis plus de 30 ans est condamnée définitivement.

Sans une réforme profonde des structures de notre Pays par des personnes compétentes et courageuses, que seul le peuple de France peut imposer par tous les moyens, nous allons nous enfoncer peu à peu vers la misère et la ruine.

- Répondre -

l'Euro

le 14 décembre 2013, 12:02 par Jidé

Bravo pour les commentaires de personnes avisées tels les correspondants qui me précèdent.
En ce qui concerne le fardeau de l'euro il est facile de voir que si au Royaume Uni l'économie repart un peu (croissance prévue 1.4% en 2012 et 1.9 en 2014) c'est ,entre autre, grâce au fait que depuis 2008 la livre a été dévaluée de 20% par rapport à l'euro et au dollar.Pas fous ces anglais qui ont un pied dans l'UE et un autre à côté quand cela les arrange avec la prouesse de récupérer une grosse part de leur contribution qui coûte à notre pauvre France près d'un milliard par an de remboursement !

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies