Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Universités françaises : (très) mal classées dans la compétition mondiale

Il y a quelques jours, le classement 2015 des meilleures universités au monde a été rendu public. Le Times Higher Education World University Rankings compare plusieurs centaines d’universités dans le monde en fonction de la qualité des enseignements, des résultats de la recherche universitaire, du transfert des connaissances vers les étudiants et de la renommée internationale de l’institution. En regardant avec attention le classement, il apparaît que les universités françaises sont extrêmement mal positionnées.

Même si la liste comprend environ 800 universités, ce qui nous intéresse, ce sont les 100 ou les 200 premières. Les trois premières places sont occupées par le California Institute of Technology, l’Université d’Oxford et l’Université de Stanford. La meilleure université française est classée à la… 54ème place, il s’agit de l’Ecole Normale Supérieure. Dans les 10 premières, on trouve 3 institutions britanniques et 7 américaines. Pour ce qui est de l’Allemagne, c’est à la 29ème place qu’on trouve la LMU de Munich, beaucoup mieux placée que notre ENS. Dans les 100 premières, on trouve plus de 50 universités américaines, 20 britanniques, 12 allemandes et…une seule française. Après l’ENS, on retrouve l’Ecole polytechnique à la 101ème place !

Le classement des meilleures universités au monde (les 100 premières)
FRANCE 54ème place
ETATS-UNIS 50 sur 100 7 sur les 10 premières
ROYAUME-UNI 20 sur 100 3 sur les 10 premières
ALLEMAGNE 12 sur 100
Source : Times Higher Education World University Rankings (2015-2016)

On connaissait déjà les mauvais résultats des universités françaises. Ce nouveau classement montre que la situation est catastrophique, voire honteuse. L’Université française est devancée dans cette liste par d’autres institutions, américaines et britanniques, mais aussi belges, néerlandaises, canadiennes, chinoises, allemandes et japonaises. Notre politique de gratuité et d’accès pour tous aux études supérieures a fini par tuer l’Université. La position de l’IREF est très claire à cet égard : pour avoir des enseignements supérieurs de qualité, il faut rendre les Universités véritablement autonomes, renforcer la concurrence et leur donner la possibilité d’obtenir des moyens supplémentaires grâce aux tarifs de scolarité et aux dons des entreprises et des individus. Désétatiser l’Université et supprimer le statut de fonctionnaire pour les enseignants et les chercheurs sont les voies de l’excellence.

Partager cet article :

Autres lectures ...

François Fillon et l'autonomie des écoles
L'IREF et les candidats politiques

Rentrée scolaire : devenir « éco-citoyen » avant de lire-écrire-compter


François Fillon, le candidat des PME et de l’entrepreneuriat

Démographie française :
Les dangers d’une lecture holiste



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (2)

Attention à ces classements biaisés !!!

le 14 octobre 2015, 10:07 par Philippe

Ce classement "international"est complètement calqué sur le système des universités anglo-saxonnes ce qui explique le fait qu'il y ait 50 universités US dans 100 premiers suivi de 20 anglaises. En France vous avez la recherche dans les grandes écoles, dans les universités mais aussi et cela ce fameux classement international l'ignore ... le CNRS, dont les résultats de recherche ne sont pas pris en compte dans ce classement. Intégrez le CNRS dans les universités et les grandes écoles françaises et le classement sera différent !!!
Je suis d'accord avec vous que pour avoir des enseignements supérieurs de qualité, il faut rendre les Universités véritablement autonomes, renforcer la concurrence et leur donner la possibilité d’obtenir des moyens supplémentaires grâce aux tarifs de scolarité et aux dons des entreprises et des individus.
Il faut aussi permettre à des fondations privées de financer les études d'étudiants brillants mais de condition modeste ou de catégories autres que "fils d'enseignants" ou de "fils de cadres supérieurs". Le recrutement des professeurs est aussi à revoir et à ouvrir aux professionnels des entreprises.

- Répondre -

Solution plus compliquée

le 14 octobre 2015, 19:01 par sncf

Le but est claire, mais le trajet est plus difficile. Au moment de l'introduction des scolarités importantes ; les meilleurs étudiants vont quitter la France (pourquoi payer pour un niveau inférieur), mais avec les étudiants qui restent après l'anti-sélection, le niveau attendu n'est pas accessible.

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications