Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Services publics - EDF augmente les tarifs pour payer les privilèges de ses agents

L’électricité coûtera 5 % plus cher. EDF, « service public à la française », n’a cure des consommateurs. La hausse de ses tarifs n’a d’autre raison que de maintenir les privilèges de ses agents, en matière de retraite notamment.

Non seulement notre modèle social ne nous a pas protégés de la crise, mais, il nous coûte de plus en plus cher et, ce faisant, il écarte toute perspective de reprise dans un proche avenir.
Un récent exemple nous en a été donné par le « service public » de l’électricité. C’est sans doute au nom du « social » qu’EDF alourdit les coûts de l’énergie, et ampute le pouvoir d’achat des Français.

Les tarifs d’EDF viennent en effet d’augmenter de 5 %. L’Etat a toujours la prétention de nous protéger des effets ravageurs de l’économie de marché. Mais c’est lui qui ruine les consommateurs et les producteurs. Chaque année les tarifs d’EDF augmentent, sans relation établie avec le marché mondial de l’énergie : +1.7 % en 2011, + 2 % en 2012 et ce sera encore + 5 % en 2014. L’augmentation n’est pas due – comme ce serait le cas pour une entreprise privée dans un environnement concurrentiel – à une meilleure qualité des produits fournis. Non, dans le cas d’EDF, « vitrine du service public à la française », il s’agit de payer les coûteux privilèges de ses agents.

Parmi ces privilèges, on rappellera d’abord un système de retraite qui permet aux agents de bénéficier d’une pension beaucoup plus élevée que dans le privé (2 500 euros) et de partir à la retraite toujours plus tôt (en moyenne, 7 ans plus tôt). Mais comment financer de tels avantages ?

La situation financière du régime spécial d’EDF est catastrophique (90 Milliards d’euros non provisionnés). Le régime n’a subi qu’une réforme « paramétrique » en 2007 : en échange de l’allongement très progressif de la durée d’activité de 37.5 à 40 ans, les agents d’EDF et de GDF ont bénéficié de très nombreux nouveaux avantages : primes supplémentaires, revalorisation des traitements, augmentation des retraites, adoption d’un régime complémentaire par capitalisation… De plus, ce régime particulier a été adossé au régime général et aux régimes complémentaires Arrco et Agirc sans aucune compensation. Conclusion : 1.3 Milliard d’euros a déjà été pris dans les caisses du privé pour financer le régime des agents EDF.
Les tarifs d’EDF augmentent aussi pour alimenter le budget du fameux Comité d’entreprises d’EDF (CCAS) qui s’élève à 470 millions d’euros/an ! Enfin, EDF est très endettée (plus de 30 milliards d’euros en 2012 pour un chiffre d’affaire d’environ 60 milliards d’euros).

Dans ces conditions il n’y a qu’une seule solution de bon sens : demander aux consommateurs de payer. Ce qui est fait.

Partager cet article :

Autres lectures ...

EDF : le contribuable se fait racketter de 3 Milliards d’euros

Le budget britannique continue sur la voie des économies et de la baisse de la fiscalité


Renforcer les privilèges des fonctionnaires ne réduira pas le chômage !

La ruine des départements :
Un élément de plus dans la crise de l’État providence



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (6)

EDF : Avantage en nature

le 19 juillet 2013, 10:37 par J. Bouchard

Bonjour,
j'ai cru comprendre que les employés d'EDF payaient l'électricité à 10% du prix des particuliers. De même beaucoup d'entreprise offrent des avantages en nature à leurs employés : SNCF, automobile Air France...
Dans les années 80, IBM a décidé de raporter dans le salaire l'avantage en nature de 10% sur le prix d'achat des actions IBM.
La re-integration dans le salaire, des avantages en nature serait salutaire non seulement pour le fisc mais encore pour l'URSSAF et la sécurité sociale.
A méditer...

- Répondre -

Réponse à J. Bouchard sur avantages en nature

le 19 juillet 2013, 11:40 par Pascal

Bonjour,
Pour information, contrairement aux autres entreprises, les avantages sur le cout de l'électricité sont réintégrés en avantages en nature depuis déjà plusieurs années.
Et le calcul des avantages est même défavorable pour beaucoup d'agents.

- Répondre -

Eternels avantages en nature des pauvres mal payés

le 19 juillet 2013, 12:32 par olivier

Il ne faut pas oublier : Nous payons encore les mauvaises affaires d'EDF et toujours et encore leurs privilèges
Également considéré comme tout à fait normal, le surcout astronomique de la nouvelle centrale atomique

Juillet 2003 Pertes de millions d’euro dans un mauvais investissement d’ EDF à l’étranger ( le directeur donne sa démission, le contribuable va payer…)

2004 EDF + Télécom = 800 millions de déficit.

Budget du CE EDF-GDF par an : 2milliards 800 millions. Le CE de la Banque de France est supérieur !!

- Répondre -

Le Turpe (un tarif EDF) serait-il sujet à turpitudes ?

le 19 juillet 2013, 14:49 par Frantz Moulin

Avec mes amitiés à tous.
Article très gentil. Quasiment politiquement correct. Je n’ai aucune jalousie envers les salariés d’EDF.
Par contre, travaillant à plein temps sur les méthodes de tarification EDF, avec un simulateur plus précis que ses grosses machines, quelques ‘jésuites bricoles’ m’intriguent...
J’affirme et peut démontrer que pour mon cas (deux vieux pingres seuls à la campagne), les dispositions tarifaires prises depuis le 1er mai 2013 auront à ce jour (19/07/13, donc avant hausse) une incidence précise de : + 9,18 % sur ma facture prévisionnelle…
[ ho ! Le vieux fou ! Si quelqu’un, de cet avis, ne maitrise pas parfaitement le coefficient exposant C de la CS du Turpe3 / voire 3,5 ou 4 (à l’étude) : inutile de me porter une philosophique contradiction. Le vieux fou est mathématicien, programmeur et rodé (oui, depuis trop longtemps) aux modélisations et systèmes comptables.]
> Avis, sévère, du Conseil d’Etat, et proposition de Monsieur de Ladoucette, éminent Président de la CRE. Excellente proposition, qui est passée (au JO), alors que les citoyens n’avaient même pas encore les pieds dans l’eau : Ayant indûment perçu quelques milliards (on dit 8,8… j’estime à la boule de cristal et la louche 4, par charité), ERDF (Madame Bellon), ne souhaitant surtout pas les restituer… la CRE estime qu’il faut tout simplement modifier la grille tarifaire, à la hausse, depuis Août 2009 au 31/07 2013… a posteriori… Puis, au 1er Août, appliquer une bonne hausse… EDF, ERDF, la CRE, RTE, et vous comme moi : tous avons besoin de pognon.
Hein qui z’en ont dans la tête nos docteurs en Sociologie et Économie ? Faudrait pas croire, Camarades connectés par ce beau temps, que la Sorbonne n’enseigne que l’art de faire des ronds-de-jambes dans les salons mondains !
> À savoir aussi : la CTA (Contribution Tarifaire d’Acheminement) ne sert pas du tout à un quelconque acheminement, mais tout bonnement à renflouer les caisses de retraite des 114 Entreprises affiliées EDF (CNIEG). Dont Suez et BNP-Paribas (il faut bien aider nos chères pauvrettes… « Contraintes à relever leur jupon en plein air » (Charles Baudelaire))
Les fonds de retraite auraient-ils été engloutis dans les ‘Subprimes’ ? Là, je dis, Frantz Moulin, vous faites carrément du mauvais esprit…
Une précision, en passant, selon son propre rapport annuel, (énorme mais bien présenté), les dettes avouées d’EDF sont très précisément de : 93 milliards d’Euros, dont 50 à court termes (moins d’un an)
Notez un progrès louable : au paravent EDF était réputée incapable de pouvoir calculer le montant de ses dettes.
Autre : Si une malheureuse Ministre gêne à la manœuvre, il suffira de la limoger pour motif politique : n’a plus voulu hurler avec les loups.

- Répondre -

Coût d'Etat !

le 19 juillet 2013, 18:35 par cjodot

On savait que EDF était pourrie mais ça fait mal quand on te le rappel !

- Répondre -

augmentation EDF

le 23 juillet 2013, 11:37 par Jidé

Et encore tout cela n'est que la partie émérgée de l'iceberg.
En effet on oublie souvent le montant exorbitant des taxes aplliquées au total HT de l'abonnement et de la consommation.Ce montant était de 43% en 2011,45% en 2012 et de 48 en 2013 !
Il serait bon que les responsables, les journalistes et les think tanks se penchent sur ce sujet.

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications