Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Santé : encore un effort, M. Fillon !
Faites appel à la concurrence pour sauver le système

Sous la pression médiatique et probablement mal conseillé, François Fillon a présenté un semblant de réforme de la Santé en France. D’une part, on a eu droit à l’interventionnisme qui colle à la peau de nos politiques - dans quel autre pays riche et démocratique, le Président décide-t-il du taux de remboursement des lunettes ? - et, de l’autre, on nous a proposé – encore ! – une Agence de contrôle… Si tous les organismes publics et parapublics créés ces vingt dernières années étaient utiles, la France serait le pays le plus réformé au monde. M. Fillon souhaite, il est vrai, faire des économies et renforcer le rôle des cliniques privées. Pourquoi alors ne pas réformer le système de la Sécurité sociale de plus en plus coûteux ? Des rustines, on y a déjà eu droit. Ce qui manque, c’est la réforme. D’autant plus que, selon les sondages, 1 Français sur 3 renonce à se soigner pour des raisons financières.

Santé : 3 fois plus de coûts administratifs en France qu’aux Pays-Bas

La France est même mal classée au niveau européen pour ce qui est de l’efficacité de son système de santé. Dans une étude récente, l’IREF a comparé les ressources des systèmes de santé de 31 pays (UE des 28, plus Islande, Norvège et Suisse) et leurs résultats. Il en résulte que, malgré des dépenses de santé très élevées (8 % du PIB), la France se classe au 7e rang en termes d’efficacité. Les coûts administratifs du système de santé sont plus élevés en France (3,3 % des dépenses publiques de santé) qu’aux Pays-Bas (1,3 %), au Danemark (1,1 %) ou en Norvège (0,6 %). Le personnel administratif représente 35 % de l’emploi hospitalier total en France. Il s’agit d’un écart de plus de 10 points de pourcentage entre la France et le Danemark (23 %) et la Norvège (25 %) !

Les Allemands ou les Néerlandais sont-ils moins bien soignés que les Français ?

Ce qui ressort surtout de l’étude de l’IREF, c’est que l’introduction de la concurrence dans les systèmes de santé est généralement profitable. Il existe plusieurs moyens d’introduire cette concurrence, que ce soit entre les hôpitaux et les assurance santé, ou entre les deux. Les pays qui s’y sont essayés, en particulier les pays d’Europe du nord, ont vu leurs services publics s’améliorer, tant du point de vue de leur qualité que de leur efficacité. Le système néerlandais fonctionne à l’image d’un partenariat public-privé dans lequel l’Etat prélève des cotisations destinées à fournir des soins de qualité aux moins de 18 ans ainsi qu’aux ménages à faibles revenus. Ce régime particulier a permis de réduire le déficit public et le coût de fonctionnement de l’assurance maladie, d’améliorer la qualité des soins et le niveau de satisfaction des assurés. Et aussi d’assurer mieux que le système français les personnes ayant les revenus les plus faibles. Ceux qui disposent de meilleurs revenus peuvent s’assurer à la caisse de leur choix. Ainsi en Allemagne, si vos revenus sont supérieurs à 4 050 euros brut/mois, vous êtes libre de choisir un système d’assurance santé totalement privé.

M. Fillon est sûrement conscient de la nécessité d’une réforme en profondeur de notre système de Santé, mais il a manqué d’audace. Il a trop vite reculé à défaut d’avoir mieux structuré et défendu sa réforme sur les principes. Il aurait dû aussi s’appuyer sur la réussite de ces réformes à l’étranger. Car, finalement, les Allemands ou les Néerlandais sont-ils moins bien soignés que les Français ?

Partager cet article :

Autres lectures ...

Sécurité sociale : le déficit est toujours là !
En dépit des annonces gouvernementales !

Fillon et Thatcher : points communs et différences


Décentralisation : allez plus loin, Monsieur Fillon !

Victoire de François Fillon
maintenant il faut vraiment réformer la France !



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications