Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Riches ! Libéraux ! Accusés, levez-vous !

En dépit des évidences, et malgré le reflux des idées keynésiennes, certains ne désarment pas : le profit, l’appât du gain et l’ultralibéralisme expliqueraient la crise, et l’Etat affaibli ne pourrait contrôler le pouvoir des riches. Mais qui croit encore à cette fable ? L’opinion publique ouvre enfin les yeux.

Il n’y a rien de pire en France que d’être riche et libéral. C’est la conclusion de plusieurs ouvrages qui viennent de sortir, et donnent une lecture décalée de la crise et de ses origines. L’originalité de la chose, c’est que les auteurs ne passaient pas jusqu’à présent pour des doctrinaires de gauche.

La crise, c’est Friedman et l’ultralibéralisme des Chicago boys

Le premier ouvrage : La Caste cannibale. Quand le capitalisme devient fou (Editions Albin Michel) s’en prend aux représentants de l’ « ultralibéralisme », entre autres, coupables selon les auteurs, d’avoir dévoyé l’économie de marché. Il s’agirait là d’une « petite élite » qui a donné naissance à un « système carnivore », dont les seuls objectifs se résument à la recherche du profit. Les membres de cette « caste cannibale » ont un « temple », le département d’économie de l’université de Chicago et un « gourou », l’économiste Milton Friedman. Ce sont ces fameux Chicago Boys qui ont répandu la théorie du « laissez faire » un peu partout dans le monde. Ces accusations auraient pu nous laisser indifférents si elles étaient venues de la part d’un Jean-Luc Mélenchon, mais hélas ! les auteurs de l’ouvrage sont deux journalistes connus pour leurs enquêtes de grande qualité, menées auparavant : Sophie Coignard et Romain Gubert.

Voyons maintenant en quoi Milton Friedman et l’Ecole de Chicago seraient responsables de la crise économique actuelle ?

De toute évidence, les deux auteurs n’ont jamais lu Friedman. Car, c’est bien cet économiste qui avait mis en garde contre la planche à billets des banques centrales et contre le fait de ne pas jouer avec les taux d’intérêt. Il avait même prédit la grave crise de la zone euro que nous sommes en train de vivre aujourd’hui… Pour lui, comme pour Hayek d’ailleurs, la monnaie est un produit qui doit avoir une valeur réelle et la stabilité monétaire est la condition essentielle pour la croissance économique. Non, les « Chicago Boys » ne sont pour rien dans la crise actuelle, au contraire, ils l’avaient vu venir.

La crise, c’est la conquête du pouvoir par les riches, conséquence de l’impuissance de l’Etat

Un autre ouvrage, qui fait la Une des médias, est celui de Jean-Louis Servan-Schreiber, qui est consacré aux riches : Pourquoi les riches ont gagné (Editions Albin Michel). L’idée centrale se résume au fait que les riches auraient pris le pouvoir et seraient en train de dominer le monde. Pour autant, si c’était vrai, faudrait-il s’en plaindre ? Nous ne le pensons pas, mais l’auteur, en revanche, le pense. Il a l’air de regretter la période des Etats forts qui contrôlaient l’économie. Il semble déplorer que "l ’on s’en prenne aux gouvernants plutôt qu’aux possédants ». Et les Etats n’ont plus « les moyens de faire la guerre aux riches ». Visiblement, Jean-Louis Servan-Schreiber n’a pas lu l’ouvrage que nous avons consacré (Jean-Philippe Delsol et moi-même) aux riches :A quoi servent les riches (J.C.Lattès 2013).

Il a préféré s’en tenir à la mode idéologique ambiante qui attaque les plus fortunés. Il aurait pu apprendre que les plus riches d’aujourd’hui n’ont rien de ce que suggère l’image obsolète du rentier. Que sur les 200 personnes les plus riches, les multimilliardaires, le dernier de la liste dispose d’une fortune estimée à 6.38 Milliards de dollars, 140 sont des entrepreneurs. Ils ont bâti leur fortune grâce à l’entreprise qu’ils ont créée. Sur les 50 premières fortunes mondiales, 40 sont des entrepreneurs et sur les 10 plus riches au monde, 9 sont des entrepreneurs. Ces riches qui ont « pris le pouvoir » ont créé des millions d’emplois partout dans le monde. Il n’en reste pas moins vrai que certains Etats – surtout l’Etat français – ne cessent de les combattre. Avec les résultats que l’on peut constater : ils quittent le pays et des milliers d’emplois sont perdus !

Cette abondante littérature antilibérale (et anti-riches) se nourrit de l’ignorance économique de ceux qui en France font métier de parler d’économie. Elle alimente à son tour la désinformation véhiculée par certains médias et par la classe politique, qui peuvent se permettre ainsi d’accuser l’économie libérale d’être à l’origine de la crise actuelle.

Néanmoins, les Français semblent de plus en lucides car les sondages d’opinion montrent qu’ils sont bien plus méfiants à l’égard de la classe politique qu’envers le monde des entreprises.

Partager cet article :

Autres lectures ...

L’obsession gaulliste
par Eric Brunet (Albin Michel, 2016)

Les syndicats et les milliardaires soutiennent Hillary Clinton


Héritiers milliardaires :
51.2 % en France contre 28.9 % aux Etats-Unis

77 % des riches proviennent des classes moyennes ou pauvres



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (4)

Les libéraux, éternels accusés

le 8 février 2014, 09:09 par Astérix

Les Français sont tellement fins qu'ils préfèrent le chômage, la baisse massive du niveau de vie (ils n'ont encore rien vu).

Ils me font penser aux Russes à la période de l'ex-URSS où la misère régnait. Nous avons choisi cette voie sans issue au lieu d'aller vers un Paradis fiscal qui permettrait à tous de bien vivre.

Le Français revanchard, jaloux, mesquin, étriqué du cerveau n'aura que ce qu'il mérite, la ruine.

- Répondre -

quelle préférence ?

le 8 février 2014, 12:20 par numapompilius

Chez les riches, même sous la table il y a de bonnes miettes, à la table des pauvres c'est le
cannibalisme. Le choix est douleureux, mais il n'y a pas photo... Choisissez !

- Répondre -

Le nombre de miettes !

le 8 février 2014, 13:14 par Astérix

Je me considère comme un pauvre mais je n'hésite pas une seconde Monsieur numapompilius.

Plus vous aurez de riches entrepreneurs plus il y aura de de miettes, comme vous dîtes, à répartir et dès lors moins il y aura de "cannibalisme".

Le choix est vite fait.

Ce n'est que le simple bon sens.

- Répondre -

C'est tout à fait ça !

le 17 février 2014, 09:37 par Obélix

"Le Français revanchard, jaloux, mesquin, étriqué du cerveau n'aura que ce qu'il mérite : la ruine !"

C'est ça ! C'est tout à fait ça ! La description du français (surtout gauchiste à vrai dire) est parfaite ! D'ailleurs, c'est même la réputation que la France se donne à l'Etranger ; Il n'y a qu'à voir comment ils se comportent quand ils sont à la Maison Blanche pour s'en convaincre. À tel point que nous sommes quelques uns à avoir honte d'être français quand on se trouve à l'Etranger.

S'agissant des miettes, plus il y aura de riches entrepreneurs plus effectivement il y aura des chances d'obtenir des miettes. Plus il y aura des gauchistes, plus les miettes ...quiterront la France !

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications