Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Rendez-nous notre argent !

C’est que réclament les peuples qui se sont révoltés contre les dictatures qui ont ruiné leur pays. Mais la corruption existe aussi dans les démocraties occidentales, elle est dénoncée par les contribuables. Assisterons-nous à une révolution fiscale en France ? Observations de Maître Jean Philippe Delsol, administrateur de l’IREF.

C’est que réclament les peuples qui se sont révoltés contre les dictatures qui ont ruiné leur pays. Mais la corruption existe aussi dans les démocraties occidentales, elle est dénoncée par les contribuables. Assisterons-nous à une révolution fiscale en France ? Observations de Maître Jean Philippe Delsol, administrateur de l’IREF.

Nul ne sait encore qui tirera les marrons du feu allumé en Afrique du Nord et au Moyen Orient par un vendeur ambulant tunisien molesté. Le risque est certes que sortis de la Charybde despotique, ces peuples tombent sous le joug d’une Scylla islamique plus tyrannique encore. Mais pour le moment, ce que réclament les manifestants, c’est la liberté et ils demandent unanimement aux gouvernants de leur rendre l’argent qu’ils leur ont volé pendant des décennies de pouvoir absolu et de corruption généralisée.

Les Islandais le réclament aussi. Les partisans des Tea Parties ne comprennent pas que l’argent des contribuables ait servi à renflouer indument et jusqu’à plus de 200 milliards de dollars, les caisses percées de Fanny Mae et Freddy Mac. Les Irlandais ont mis dehors le Premier Ministre travailliste du Fianna Fail qui avait augmenté inconsidérément les dépenses publiques au cours des dernières années et qui voulait augmenter les impôts comme remède à la crise. Ils lui ont préféré le Fine Gael libéral et conservateur, qui propose de réduire les dépenses publiques pour retrouver l’équilibre de finances et du pays.

En France, la Cour des Comptes dénonce encore cette année des dépenses inutiles ou excessives. L’association Contribuables Associés a publié un livre noir des gaspillages publics (Les Dossiers du contribuable, Ils ont ruiné la France, en kiosque ce 1er mars). Des sommes folles sont supportées indûment par les contribuables : au niveau national du milliard d’euros de la fausse alerte de la grippe A aux inspecteurs d’académie fictifs de Paris dont les effectifs ont été triplés depuis 10 ans alors qu’ils n’ont plus rien à faire, au niveau local de l’hôtel de région fastueux de Lyon, 164 millions d’euros, du socialiste Jean Jack Queyranne aux fonctionnaires privilégiés de Dunkerque. « L’argent public, c’est notre argent » rappelle Contribuables Associés.

Dans tous les cas, il s’agit d’une forme de corruption. Elle est évidente avec les lingots et les liasses de billets entassés des potentats orientaux. Elle est insidieuse et sous jacente dans les systèmes démocratiques occidentaux où les petits avantages entre amis dont bénéficient les élus ou les agents de la fonction publique, nationale ou territoriale, sont souvent le fait de copinages construits autour d’appartenances à des réseaux plus ou moins occultes, à des corps d’Etat solidaires pour édifier leurs citadelles ou encore aux multiples lobbies qui vendent leurs voix contre crédits d’impôt, taux préférentiels et passe-droits divers et variés. Dans tous les cas, c’est l’argent du contribuable qui paie.

Dans les oligarchies arabes comme dans les vielles démocraties occidentales, il faut rendre aux citoyens leur liberté et leurs propriétés. La Tunisie dispose d’une économie qui était, et qui est sans doute encore, pour deux tiers entre les mains, à part à peu près égales, de la famille Ben Ali et ses affiliés d’une part et de l’armée d’autre part. Rien n’y était possible sans les multiples tampons de petites baronnies qui se rémunéraient au passage. En Egypte, l’économiste péruvien Hernando de Soto avait diagnostiqué il y a déjà 10 ans la maladie de ce pays gangrené par une économie publique surabondante et plus encore par une économie souterraine développée dans un état de non droit dans lequel 92% des Egyptiens détenaient leurs biens immobiliers sans titres de propriété.

L’argent que les contribuables sont obligés de payer pour des services inutiles leur manque pour créer de la richesse et des emplois, et les contraintes sans fin des règles souvent ubuesques que des élus irresponsables et issus ou nourris depuis toujours majoritairement par l’argent public imposent aux relations sociales et économiques entravent les entreprises et plus généralement la liberté des citoyens. En France aussi, les peuples pourraient un jour se révolter en scandant à l’égard du gouvernement « rendez nous notre argent ».

Partager cet article :

Autres lectures ...

Décentralisation : allez plus loin, Monsieur Fillon !

EPR d'Hinkley Point :
le nouveau casino du contribuable ?


Les dérives de France Télévisions
La Cour des Comptes confirme l’analyse de l’IREF

France Télévisions : Masse salariale + 13 % et audience – 16 % (2008-2015)



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (8)

corruption

le 3 mars 2011, 16:39

la corruption et les magouilles en tout genres gangrènent tous les pays de la planète. Certains plus que d’autres. La France est dans le peloton de tête. Il faut cesser d’être dirigés par des Play-boys et girls qui ne pensent qu’à se remplir les poches en étant des incapables.

# La mauvaise foi des hommes politiques français.

4 mars 2011, 00:24

Je suis au chômage depuis 3 ans et je suis scandalisée par les propos de tous les élus quel que soit le niveau de fonction. Je m’explique : les déclarations sont révoltantes, c’est régulièrement "faites ce que je dis mais surtout pas ce que je fais". Ainsi il faut faire des économies ! ! Pourquoi ne pas commencer par réduire le train de vie des MINISTERES et toutes les administrations, pas les enveloppes qui vont servir à financer telle ou telle action mais bien au contraire faire une diminution de leurs dépenses : Electricité -les lumières allumées en plein jour- chauffage -température beaucoup trop élevée dans les bureaux en plein soleil, ou maintenu avec les fenêtres ouvertes- matériel de bureau changé trop souvent- et pendant ce temps on nous augmente les impôts ! ! Mais la Cour des Comptes a, me semble-t-il, déjà signalé beaucoup d’irrégularités dans l’application du budget voté au Parlement. Pour diminuer le nombre des fonctionnaires, il suffirait de les redistribuer dans d’autres ministères où le personnel manque. Les fonctionnaires sont trop nombreux de toute manière. Pourriez-vous y réfléchir et surtout "Etes-vous capable de donner un montant représentant les salaires des fonctionnaires ? Il semble ne jamais apparaître dans le budget de l’état. Pourquoi donc ? Il y aurait encore beaucoup de choses à dire ! !

- Répondre -

Tampons pour services inutiles en France aussi

le 4 mars 2011, 07:30

Je gère une SCI familiale. Au moment de mon divorce j’ai racheté une partie des parts de mon épouse, elle a donné le reste à nos enfants. J’ai du changer le siège pour la domicilier chez moi et je suis devenu gérant.

2 annonces légales (2x15O€), une par département (ancien et nouveau siège)

192 € pour enregistrer les statuts au nouveau greffe et 89€ pour déclarer les nouveaux actionnaires.

De même j’ai du liquider une SARL que j’avais créé. Elle n’avait fait aucune opération commerciale depuis plusieurs mois. Toutes les dettes étaient payées sauf mes comptes courants d’associé. En clair elle ne devait de l’argent qu’à moi et il n’y avait rien à liquider puisque je ne faisais que du service depuis chez moi avec mon ordinateur.

AG et PV de liquidation : annonce légale, enregistrement au greffe

AG et PV de dissolution : annonce légale, enregistrement au greffe et au impôts.

Résultat environ 1000€ de frais alors même que j’étais dans le rouge. L’autre solution eut été la liquidation judiciaire mais j’aurai alors vraisemblablement été interdit de gérance....

A l’heure de l’internet et des bases de données légales en ligne (moyennant finance bien sur, voir le dossier de l’IFRAP sur les données publiques), maintenir un système d’annonces légales (qu’elle est la probabilité qu’un créancier la lise ?) ne sont plus nécessaires, des frais aussi élevés pour le greffe (changement de gérant, soit une ligne dans la base de donnée = 192€) ne sont pas justifiables.

Il s’agit là d’un véritable racket légal, de services qui pourraient être très facilement simplifiés tout en apportant la même sécurité juridique, voir même une sécurité juridique accrue.

Je pourrai aussi faire une démonstration similaire avec les procédures judiciaires (actes à transmettre par huissier et pas RAR, nécessité de passer par un avoué, etc...) beaucoup de tampons qui finalement grève le budget du justiciable et l’empêche souvent d’avoir une défense efficace

- Répondre -

Tampons pour services inutiles en France aussi

le 4 mars 2011, 07:30

Je gère une SCI familiale. Au moment de mon divorce j’ai racheté une partie des parts de mon épouse, elle a donné le reste à nos enfants. J’ai du changer le siège pour la domicilier chez moi et je suis devenu gérant.

2 annonces légales (2x15O€), une par département (ancien et nouveau siège)

192 € pour enregistrer les statuts au nouveau greffe et 89€ pour déclarer les nouveaux actionnaires.

De même j’ai du liquider une SARL que j’avais créé. Elle n’avait fait aucune opération commerciale depuis plusieurs mois. Toutes les dettes étaient payées sauf mes comptes courants d’associé. En clair elle ne devait de l’argent qu’à moi et il n’y avait rien à liquider puisque je ne faisais que du service depuis chez moi avec mon ordinateur.

AG et PV de liquidation : annonce légale, enregistrement au greffe

AG et PV de dissolution : annonce légale, enregistrement au greffe et au impôts.

Résultat environ 1000€ de frais alors même que j’étais dans le rouge. L’autre solution eut été la liquidation judiciaire mais j’aurai alors vraisemblablement été interdit de gérance....

A l’heure de l’internet et des bases de données légales en ligne (moyennant finance bien sur, voir le dossier de l’IFRAP sur les données publiques), maintenir un système d’annonces légales (qu’elle est la probabilité qu’un créancier la lise ?) ne sont plus nécessaires, des frais aussi élevés pour le greffe (changement de gérant, soit une ligne dans la base de donnée = 192€) ne sont pas justifiables.

Il s’agit là d’un véritable racket légal, de services qui pourraient être très facilement simplifiés tout en apportant la même sécurité juridique, voir même une sécurité juridique accrue.

Je pourrai aussi faire une démonstration similaire avec les procédures judiciaires (actes à transmettre par huissier et pas RAR, nécessité de passer par un avoué, etc...) beaucoup de tampons qui finalement grève le budget du justiciable et l’empêche souvent d’avoir une défense efficace

- Répondre -

Corruption publique

le 4 mars 2011, 11:58

Pour qu’il y ait coruption, il faut deux termes : un corrupteur et un corrompu. Tous les citoyens Français sont plus ou moins corrompus par les quelques 600000 élus du mille-feuille : crèches, signal stop au carrefour, classement en village fleuri, adduction d’eau inutile, changement des normes AFNOR sur tous les petits matériels électriques, plomberie, éclairage, chauffage...

Pour faire simple, chaque fois qu’une Association recherche des subventions publiques, au lieu de vouloir rester indépendante, il y a corruption.

- Répondre -

Impôts : toujours plus

le 4 mars 2011, 12:29

Vous avez raison, je pense qu’un jour nous descendrons dans la rue pour arrêter le vol fiscal et la corruption.

Bilan de nos gouvernants : déficits records, dette qui explose, déficit commercial qui continue à croître, plus de 4 millions de chômeurs, enseignement en déroute. Comment peut-on se présenter devant des électeurs ?

Je ne vois aucune alternative crédible donc préparons la révolution du Muguet pour la France !

Bien cordialement.

Ephil1

- Répondre -

Corruption, vous avez dit corruption.?.

le 4 mars 2011, 18:34

La corruption en France commence par la création dans les régions de milliers de postes supplémentaires de fonctionnaires inutiles (sauf pour voter à gauche) dans les REGIONS dispendieuses. Certains de leurs salariés eux-mêmes disent qu’ils n’ont RIEN à y faire et heureusement qu’il y ont Internet, des jeux, etc... certaines (clientes d emon épouse esthéticienne) avouent même venir en "soins" pendant les heures de travail et emmener leur tricot au boulot...!.. Alors avec les charges sociales, éteindre la lumière en quittant le bureau représente bien peu de dépenses en moins pour le contribuable...!.. La seule solution a été testée avec succès en Suisse : supprimer TOUS les services publics : plus aucun contribuable ou le minimum, TOUS les services confiés à des entreprises privées bien + efficaces et rentables. Comme par hasard, la Suisse est le pays où le niveau de vie par habitant est le + élevée du monde... Devinez pourquoi.

- Répondre -

Rendre l’argent

le 5 mars 2011, 14:33

Nous savons tous que les politiciens et ceux qui gravitent autour, les cadres administratifs, etc, etc, sont corrompus jusqu’à la moelle et ce depuis toujours.

Vos analyses, si pertinentes soient-elles, ne font qu’enfoncer des portes ouvertes, rien n’est appeler à changer.

Comme le disait un autre internaute, il faut faire la "révolution du muguet" ou plutôt un remake de celle de 1789. Armez-nous M.Delsol et nous vous suivrons.

Kuroko

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications