Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Rapport Oxfam : la grande parade statistique

Oxfam vient de publier son rapport 2016 sur les inégalités de patrimoine, intitulé « Une économie au service des 1 % », dans une tonalité quasi-populiste qui fait penser au mouvement Occupy Wall Street. L’idée principale véhiculée par le rapport est que 62 personnes ont un patrimoine plus élevé que le reste de la population mondiale.

La part du patrimoine mondial détenue par les 1 % les plus riches serait passée de 44 % en 2009 à 48 % en 2014 et à plus de 50 % en 2016. De plus, Oxfam rajoute que le patrimoine des 50 % des plus pauvres s’est réduit de 1000 Md$ depuis 2010, soit une baisse de 41 % tandis que la population mondiale augmentait de 400 M de personnes. L’ONG britannique conclut sur la nécessité de lutter contre les paradis fiscaux pour financer la lutte contre la pauvreté et les inégalités de richesse. Le problème majeur est que le rapport d’Oxfam réutilise les données du Crédit suisse dont la méthodologie statistique est totalement fallacieuse en matière de définition du patrimoine, et largement rejetée par le cercle des économistes.

Les tromperies de la méthodologie d’Oxfam

Tout d’abord, la méthodologie qui consiste à calculer la richesse à l’aide du patrimoine net, c’est-à-dire par la soustraction des dettes aux actifs détenus par les individus, est tout à fait inadaptée d’un point de vue intellectuel. En effet, selon cette définition de la richesse, un jeune étudiant américain qui s’est endetté pour financer ses études à Harvard, Stanford ou à Princeton est plus pauvre que n’importe quel sans-abri, chômeur d’Afrique subsaharienne ou réfugié syrien ayant perdu la totalité de son patrimoine. L’autre biais de cette méthode est d’accentuer l’écart de richesse entre d’une part les ménages qui se sont endettés pour un emprunt immobilier ou pour l’achat d’une voiture (un couple de jeunes actifs, par exemple) et d’autre part les ménages propriétaires d’une maison de ville qui viennent de terminer le remboursement de leur crédit (comme un couple de retraités). Cette méthodologie surestime également la richesse d’un petit salarié propriétaire de quelques actifs financiers par rapport au niveau de vie bien plus élevé d’un cadre dirigeant s’étant endetté auprès de sa banque. Il est donc tout naturel, puisque le crédit bancaire est une composante essentielle et fréquente de la vie d’un ménage, que la richesse des 1 % soit largement surévaluée.

La pauvreté extrême est en voie d’éradication

Oxfam prétend lutter contre la pauvreté avec la publication de tels rapports. Pourtant, lorsqu’on parle de pauvreté, le meilleur indicateur est le taux de pauvreté monétaire, évalué par la Banque mondiale à moins de $ 1,90 par jour. Et comme on peut l’observer ci-dessous, ce taux de pauvreté est passé de 44,3 % en 1981 à 29,1 % en 1999 pour atteindre les 12,73 % en 2012, soit une baisse de 72,73 % (presque 3/4 !). Si la courbe continue sa tendance linéaire presque parfaite, la pauvreté extrême pourrait avoir été totalement éradiquée avant 2025.

Un autre indicateur intéressant qui témoigne de l’intensité, de l’ampleur et de la diffusion de la pauvreté extrême au sein de la population pauvre est celui de l’écart de pauvreté (poverty gap). L’écart de pauvreté mesure l’écart entre le niveau médian des revenus des personnes en situation de pauvreté extrême et le seuil de pauvreté. L’écart de pauvreté au niveau mondial pour le seuil de pauvreté à $ 1,90 par jour a évolué de 19 % en 1981, à 9,59 % en 1999, et il est à 3,72 % selon les données les plus récentes de 2012. Cela signifie concrètement que le niveau de vie des populations les plus pauvres du monde n’est plus très éloigné du seuil de pauvreté, et que ce mouvement d’enrichissement est généralisé, qu’il n’est pas limité à un cercle limité de personnes. Tous ces indicateurs nous montrent donc bien que la pauvreté extrême est en voie d’éradication totale.

Les inégalités de revenus reculent dans le monde

Par ailleurs, nous sommes en mesure d’évaluer l’évolution de la distribution des revenus des individus grâce à des données agrégées qui ont été recueillies par l’économiste catalan Xavier Sala-i-Martin[1]. Le coefficient Gini est l’un des indicateurs les plus utilisés pour mesurer les inégalités de revenus, car il permet de mesurer la dispersion d’une distribution statistique entre deux échelles extrêmes : 0 signifie que l’ensemble des individus ont des revenus identiques, 1 signifie qu’une personne se voit attribuer la totalité des revenus mondiaux, et 0,5 signifie que 25 % de la population gagne 75 % des revenus mondiaux tandis que le reste la population se partage les autres 25 %. Et selon cet indicateur, on constate que les inégalités mondiales en termes de revenus sont passées de 0,676 en 1970 à 0,616 en 2006.

Des trajectoires similaires peuvent être observées avec d’autres indicateurs statistiques sur les inégalités, comme l’indice Theil et les indices Atkinson, selon Sala-i-Martin[2]. Pendant que dans le même temps, les données de Crédit Suisse constataient la concentration du patrimoine net. En fait, les inégalités de revenus augmentent entre les individus d’un même État, comme en Chine ou en Inde par exemple, mais régressent largement quand on compare les individus ou les nations entre eux. Sur le plan mondial, le niveau de vie des habitants les plus pauvres de la planète convergent rapidement vers le niveau de vie des pays développés, de même que l’espérance de vie, les conditions sanitaires, la scolarisation et l’accès au confort des technologies modernes.

Laissons le développement économique et la croissance des revenus des plus pauvres dans les mains du marché et de la mondialisation, les inégalités se résorberont d’elles-mêmes.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Prix Turgot : Mention spéciale pour Jean-Philippe Delsol

Budget participatif : Paris ne sait plus quoi faire des impôts


Taxe YouTube : ou comment asphyxier les plateformes de vidéos en ligne

L’injustice fiscale
Ou l’abus de bien commun



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (1)

DES PATRIMOINES PAS TRES FIABLES

le 27 janvier 2016, 17:59 par Lexxis

Au niveau des patrimoines, que ce soit Piketty ou les autres, il y a une donnée qui échappe à la plupart des statisticiens, ce sont les biens incorporels, ce que les anglo-saxons appellent les actifs intangibles. Notamment un fonctionnaire qui dispose d'un emploi à vie en échappant ainsi au risque de chômage, d'une retraite sûre et confortable pour ses vieux jours a dans son patrimoine et par rapport au salarié privé ordinaire un bien indiscutable, même s'il est très difficile de le valoriser. Allons plus loin encore, une jeune fonctionnaire qui vient d'être recruté a pratiquement une créance de 70 ans sur l'Etat en salaires et en pensions, ce qui n'est pas un mince avantage.

Or si nous avons pris l'exemple du fonctionnaire, il est parfaitement transposable - mutatis mutandis - au médecin qui vient d'avoir son diplôme, au compagnon qui vient d'achever son parcours du devoir, à l'inventeur qui vient de réaliser son invention, et à bien d'autres hypothèses encore qui ne remontent jamais dans l'impôt sur la fortune ou les bilans personnels. Pire encore, ces biens - car c'en sont - sont extrêmement difficiles à évaluer, ce qui fait que la plupart du temps économistes et statisticiens préfèrent tout simplement les ignorer, alors qu'il s'agit d'une marque de richesse qui peut être très substantiellement supérieure à la valeur du moindre immeuble pourtant immédiatement prise en compte. Inversement, on sait parfaitement intègrer au patrimoine d'un déclarant la valeur d'un fonds de commerce ou d'une clientèle logée dans un bilan d'entreprise.

Et c'est notamment pour l'ensemble de ces raisons que la plupart de nos statistiques nationales fiscales ou économiques sur le patrimoine des uns et des autres sont atrocement fausses. Mais dans notre pays, on le sait bien, il y a quelque chose de beaucoup plus grave que l'ignorance, c'est la volonté de ne pas savoir ou la démission devant la difficulté et on n'en finirait pas de dresser la liste officielle de ces statistiques interdites, incomplètes ou biaisées sous les prétextes les plus divers.

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications