Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Quand les économistes soutenaient la politique de François Hollande

Lors de son Assemblée générale, l’ALEPS a eu l’excellente idée de rappeler l’Appel publié dans Le Monde, le 17 avril 2012, et signé par une trentaine d’économistes français en faveur du candidat François Hollande.

Les signataires considéraient que le candidat socialiste avait le meilleur programme économique pour redresser la France et faire face aux défis de la mondialisation... Qu’il s’agisse de l’emploi, de la fiscalité ou de la compétitivité, les auteurs de l’Appel sont persuadés que François Hollande était le plus apte à obtenir des résultats ! Aujourd’hui, on connaît les résultats…

Parmi les signataires : Thomas Piketty, Philippe Aghion, Michel Aglietta, Daniel Cohen, Elie Cohen, Jean-Hervé Lorenzi, Pierre-Alain Muet, Laurence Taubian…, tous dépendant de l’Etat et de l’argent public !

Partager cet article :

Autres lectures ...

L’obsession gaulliste
par Eric Brunet (Albin Michel, 2016)

La Bourse américaine : + 152 %


IR et Retenue à la source : 12 points pour comprendre les enjeux !

D’abord la baisse des impôts, ensuite le prélèvement à la source !



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (1)

Toute honte bue ......

le 23 juin 2014, 13:15 par Yves Buchsenschutz

Vous faites bien de rappeler ce point d'autant plus qu'une assez large partie des électeurs hésitants, ceux du centre et les jeunes, butaient sur la crédibilité économique du programme de François Hollande. L'Appel du 17 Avril a été important sinon déterminant. Et que voit-on aujourd'hui ? Elie Cohen et Philippe Aghion par exemple dans "Changez de Modèle" tourner gentiment leurs vestes ..... A quand et comment les autres ? Mais vous avez raison : tous ces gens dépendent de l'argent public, d'une manière ou d'une autre. Le sommet reste tout de même atteint par Monsieur Piketty : comparer dans nos sociétés des inégalités avant redistribution, cela signifie quoi ? L'écart d'indice de Gini entre avant et après oscille entre 0.15 et 0.20 ! ( on passe de 0.35 à 0.20 !). Si au demeurant la redistribution ne sert à rien, supprimons-là. Quant à l'absence totale d'inégalité - ie l'identité - au moins faciale, il me semblait que l'on avait déjà donné ; cela s'appelait l'URSS, la RDA etc ... et bien d'autres pays qui ont eu beaucoup de mal à s'en sortir : il reste Cuba et la Corée du Nord : bon voyage !

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications