Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Qu’aurait déclaré Milton Friedman aujourd’hui ?

C’est ce que se demande David Wessel dans son Analyse. 3Malheureusement, on peut pas le lui demander. Il est mort en 2006. De plus, il était un penseur si original qu’on ne pouvait jamais deviner ce qu’il allait déclarer. On peut néanmoins faire des suppositions.

Friedman croyait à la puissance de l’argent : plus d’argent, plus de revenus et, à terme, plus d’inflation. Il ne pensait pas que la Fed pourrait créer le plein emploi. Il a considéré les taux d’intérêt comme une mesure trompeuse de savoir si la Fed a été juste.

Il ne faisait pas confiance aux Banques centrales. Il a accusé la Banque du Japon pour la déflation des années 1990 et la Fed pour la Grande Dépression des années 1930 et la grande inflation des années 1970. Il aurait condamné le sauvetage des banques de ces dernières années.

Il mettrait en garde, comme il le faisait souvent, à propos de "fluctuations irrégulières" de la masse monétaire. Durant une grande partie de sa carrière, il a déclaré que la Fed devrait laisser la masse monétaire croître à un taux fixe. "Friedman ne crois pas à de grands changements discrétionnaires de la masse monétaire », dit John Taylor, un économiste de l’Université de Stanford. "Il dirait que nous avons besoin pour maintenir la croissance de la stabilité de l’argent."

(David Wessel, « Capital », résumé, WSJ, 28/10)

Partager cet article :

Autres lectures ...

Universités : NON à la sélection par tirage au sort !

La Bourse américaine : + 152 %


Le Japon, un modèle ?

Pour des Universités autonomes, payantes et en concurrence
L’exemple britannique



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications