Institut de Recherches Économiques et Fiscales
« Pour la liberté économique et la concurrence fiscale »

IREF Europe

Présentation et expertises

Nos propositions

Contact

Pour les Républicains, le moment est venu de passer aux actes

Les élections de mardi ont été épiques. Les Républicains ont gagné plus de 60 sièges à la Chambre et six au Sénat. Ils détiennent maintenant huit postes de gouverneurs supplémentaires et au moins 500 autres sièges dans les assemblées législatives de l’État.


Le GOP (Part républicains) n’a pas gagné autant de sièges à la Chambre lors d’une élection depuis 1938, laissant les Démocrates, avec le plus petit nombre de sièges à la Chambre depuis 1946. Les gains républicains au Sénat sont à peu près le double de cequ’ils obtiennent d’habitude lors des élections de mi-mandat depuis la seconde guerre mondiale. Quand M. Obama a pris ses fonctions il y avait 22 gouverneurs républicains : Maintenant, il y aura au moins 29.

Cinquante membres démocrates du Congrès ont perdu, dont 22 nouveaux élus. Plus extraordinaire encore, neuf démocrates senior avec plus de 18 ans de service au Congrès ont également perdu, dont trois présidents de comité. Leur crime a été d’étayer l’ordre du jour d’après Obama-Pelosi.

Certains des plus proches alliés du président ont perdu, y compris son copain de basket-ball, Alexi Giannoulias, qui n’a pas réussi à conserver le siège au Sénat anciennement détenu par M. Obama. Le GOP a également battu de nombreux candidats soutenus par M. Obama la semaine dernière.

Le profond mécontentement de l’électorat concernant le projet de loi de relance, les dépenses incontrôlées et la réforme des soins de santé ont donné naissance au mouvement tea-party qui a profondément influencé les résultats des élections. (Karl Rove, WSJ, 4/11)

Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire