Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Plus values : l’héritage de Marx capté par le fisc

Pour remplacer l’ISF, Jérôme Chartier, rapporteur de l’UMP, recommande la taxation des plus-values sur les résidences principales et l’augmentation des taxes foncières pour les résidences secondaires. De quoi réjouir tous les ennemis des possédants, tous les héritiers de Karl Marx. Un coup de colère de Jacques Garello, administrateur de l’IREF, dans la Nouvelle Lettre de samedi prochain (www.libres.org).

On aurait pu croire que le discours du Président était clair : suppression de l’ISF en 2.011. Moins d’un mois plus tard, on est en pleine confusion, et la grande réforme fiscale annoncée pourrait nous valoir des remèdes pires que le mal.

C’est que nos experts en réformes sont obsédés par les recettes fiscales. Ils ne veulent pas les diminuer car, croient-ils, cela creuserait le déficit budgétaire alors qu’ils ont fait la promesse solennelle aux partenaires européens de revenir à l’équilibre dans quelques années (promesses qui n’engagent évidemment que ceux qui y croient). Ils ignorent que c’est en abaissant la pression fiscale, en diminuant les taux d’imposition, c’est-à-dire en redonnant aux contribuables une partie de l’argent qu’ils ont gagné à grand’ peine, que les chances d’une reprise de l’activité économique sont accrues, et avec elles les recettes fiscales.

Donc, toute disparition d’un impôt ancien appelle la création d’un impôt nouveau.

Le Président a amorcé le mouvement en suggérant que désormais ce ne serait plus le patrimoine, mais seulement les revenus du patrimoine qui seraient taxés. Beau contresens économique : si je ne fais rien des biens que je possède le fisc me laissera en paix, mais si j’ai le malheur de les recycler dans l’économie, en plaçant mon épargne, en louant ma maison, en investissant dans mes affaires, etc. je serai taxé sur les revenus que j’en retirerai. Il s’agirait donc d’une prime au gaspillage du patrimoine. Au XVIème siècle déjà les Espagnols s’étaient ruinés en interdisant de faire circuler l’or et l’argent qu’ils avaient ramenés du Nouveau Monde. Assis sur leur stock de métaux précieux, ils s’étaient condamnés à l’appauvrissement et y resteront plongés pendant deux siècles !

Ce qui était déjà curieux dans l’affaire c’est que les plus-value du patrimoine étaient considérés comme des revenus. Alors que le revenu, par définition, est un gain qui « revient » avec régularité, une plus-value n’est réalisée, en principe, que de façon exceptionnelle, ou du moins discontinue. Comme dans le cas des vrais revenus, la taxation des plus-values est également un non-sens économique, puisqu’il empêche le capital de circuler : les transactions immobilières sont alors pénalisées, et par exemple les gens qui veulent améliorer leur confort en achetant des appartements ou des maisons de plus en plus confortables au fur et à mesure de leur âge et de leur carrière se trouvent en présence d’une contribution qui vient s’ajouter aux droits de mutation et d’enregistrement qui ne sont pas négligeables. Vive la promotion personnelle, vive la mobilité professionnelle et géographique.

Mais voici un nouveau détail qui n’a échappé à personne, et qui a fait violemment réagir tous les gens de bon sens, et tous les contribuables concernés, actuellement ou potentiellement. Jérôme Chartier, député UMP chargé du rapport sur la réforme de l’ISF, a proposé mardi dernier que soient taxées également les plus-values sur les résidences principales quand la transaction les concernant est supérieure à 1,2 million d’euros. En même temps les résidences secondaires paieraient une taxe foncière plus élevée.

Faut-il que les plus-values soient le chiffon rouge du taureau fiscal !

Un peu d’histoire et de sémantique devrait nous rappeler que le concept de plus-value (Mehrwerk) a été inventé par Karl Marx pour désigner le sale argent que les bourgeois propriétaires se mettent dans la poche après l’avoir volé aux prolétaires. L’idée de plus-value, comme celle de spéculation, évoque un enrichissement sans cause, voire même criminel, aux dépens des autres. La libre disposition de la propriété, le droit d’en disposer comme les individus et les familles l’entendent, ne pèsent plus lourd aujourd’hui. Nous baignons dans la vulgate marxiste, et nos gouvernants, de droite comme de gauche, se complaisent dans cette haine des propriétaires, des riches, des parvenus, de ceux qui ont réussi et auxquels on ne pardonne pas d’avoir gagné de l’argent par leur travail, leur épargne, leur esprit d’entreprise. Ils sont tous héritiers de Karl Marx.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Il faut sauver la propriété immobilière en France !

Histoire et rôle de la propriété privée dans la démocratie


Le bricolage fiscal ne fera qu’aggraver la situation économique

Emmanuel Macron : un programme fiscal qui manque de cohérence et d’audace !



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (7)

Si les politiciens de droite

le 22 janvier 2011, 19:36

Si les politiciens de droite se mettent à proposer des lois qui vont à l’évidence contre l’intérêt national (comme les socialistes avec les 40 heures devant Hitler ou Martine Aubry avec ses 35 heures devant la mondialisation) on ne peut qu’être consterné et se demander pour qui voter la prochaine fois.

L. Nardon

- Répondre -

ISF

le 22 janvier 2011, 20:36

Une fois de plus NS "nous mène en bateau". Ce qui est purement scandaleux, c’est qu’il faut encore que ce soient les gens de l’UMP qui formulent de telles propositions. Qui a dit que l’UMP était un parti de droite ? Que le racket fiscal continue !

C’est désespérant, ils ne comprennent rien, à ce petit jeu ils risquent sérieusement de perdre les élections, ce serait même hautement souhaitable.

- Répondre -

monsieur Garello,

le 23 janvier 2011, 20:40

vous oubliez dans votre analyse un élément important : Nicolas Sarkozy et ses complices ne défendent pas l’économie française, mais leurs intérêts personnels et ceux de leurs amis, grands patrons et actionnaires de grands groupes. Nous avons glissé d’un capitalisme industriel vers un capitalisme spéculatif totalement stérile, voir nuisible (Kerviel) à l’économie du pays. Ces gens jouent un jeu dangereux qui conduira sans aucun doute à une crise sans précédent.

- Répondre -

ISF

le 24 janvier 2011, 19:16

Une aberration, si seulement le président, et nos parlementaires payés eux aussi tous les impôts comme chacun de nous, je pense qu’ils feraient très attention à ce qu’ils proposent.

C’est très facile de proposer d’autres impôts puis qu’ils ne sont pas concernés

Ils sont toujours en train de dire "l’état est en déficit" que devrions nous dire. C’est nous qui sommes en déficit.Puisque l’état c’est nous tous chaques contribuables.

METTAIENT VOUS AUSSI LA MAIN DANS VOS POCHES VOUS TOUS NOS DIRIGEANTS, DONNAIENT NOUS L’EXEMPLE.

- Répondre -

Scandal

le 25 janvier 2011, 12:41

oui c’est un scandal on travaille toute une vie "on fait plus de 40h semaine pour ce payer une maison un lopin de terre" et nous serons de plus en plus taxer pour qui..........!!

UMPPS même chose tous dans le même sac

un pauvre con qui a bossé pour enrigir ce qui ne bossent jamais

# Je ne puis être que d’accord

25 janvier 2011, 14:19

Je ne puis être que d’accord avec vous pour les résidences principales. C’est un droit que d’avoir accès à la propriété. Et une maison, représente pour beaucoup un investissement lourd dans le budget.

Cependant en ce qui concerne les résidences secondaires je trouve cela tout à fait normal.

J’habite en bretagne, et se loger simplement devient presque un luxe, car nombre de maisons sont des habitations secondaire habitées que 2 ou 3 mois dans l’année.

Donc de ce côté, j’approuve à condition que la taxation ne soit pas sur la plusvalue mais bien sur la valeur du bien.

# Maisons secondaires

25 janvier 2011, 14:21

Je ne puis être que d’accord avec vous pour les résidences principales. C’est un droit que d’avoir accès à la propriété. Et une maison, représente pour beaucoup un investissement lourd dans le budget.

Cependant en ce qui concerne les résidences secondaires je trouve cela tout à fait normal.

J’habite en bretagne, et se loger simplement devient presque un luxe, car nombre de maisons sont des habitations secondaire habitées que 2 ou 3 mois dans l’année.

Donc de ce côté, j’approuve à condition que la taxation ne soit pas sur la plusvalue mais bien sur la valeur du bien.

- Répondre -

Résidence principale

le 26 janvier 2011, 01:59

C’est injuste de vouloir taxer les plus-values sur l’habitation principale : si elle est vendue c’est pour en acheter une autre dont le prix aura lui aussi augmenté, donc il n’y a aucun enrichissement ! Les frais de mutation sont déjà une pénalité suffisante.

- Répondre -

Ils sont tous héritiers de Karl Marx.

le 26 janvier 2011, 20:31

M. Garello. Tous les français sont des héritiers de Karl Marx. On nous désapprend depuis l’école, le travail, l’économie, la rentabilité, l’entreprenariat. On ne nous parle que de solidarité, de social, d’égalité. Le chef d’entreprise est un voleur (s’il ne l’est pas aujourd’hui, il le sera demain). Et nous condamnons tous les français qui ont réussi.

Nous sommes tous Marxiste. Difficile de nous réveiller.

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications