Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Peut-on compter sur nos députés pour réformer l’économie française ?

Certainement pas, d’après Nicolas Lecaussin, qui commente le profil socio-professionnel des 577 occupants du Palais Bourbon. Ce n’est guère étonnant : une armée de fonctionnaires et de professions libérales ignorant mondialisation et concurrence, et 18 chefs d’entreprises !

La « réforme » de l’ISF est débattue à l’Assemblée nationale et des dizaines d’amendements, les uns plus farfelus que les autres, sont proposés par nos députés. On peut raisonnablement se demander si notre personnel politique est fait pour mener à bien de vraies réformes en France.

Nous savons très bien que les énarques pullulent dans les cabinets ministériels et que Bercy fait la pluie et le beau temps en matière de politique fiscale. Mais quid des députés ? A travers des amendements et des propositions de loi (quand le gouvernement les y autorise) sont-ils à même de combattre l’étatisme et d’encourager les changements dont la France a besoin ?

Une analyse socioprofessionnelle des 577 députés nous donne une réponse. Seulement 18 peuvent être considérés comme étant (ou ayant été) des industriels ou des chefs d’entreprise. Environ 189 députés sont fonctionnaires ou cadres dans des entreprises publiques : c’est la catégorie la mieux représentée chez les députés de gauche. Suivent les avocats (39), les cadres du privé (32), très nombreux chez les députés de droite, comme les médecins (37). Une dizaine de députés représentent les professions libérales et une vingtaine ont une formation d’ingénieur. Les agriculteurs ne sont que 14 à l’Assemblée nationale et les retraités, 23. Il y a aussi 15 députés déclarés comme des « permanents politiques » (ne faudrait-il pas les mettre dans la catégorie de ceux qui ont toujours vécu de l’argent public ?) et 18 « sans profession déclarée » (des professionnels de la politique ?).

Le point commun de tous ces députés – à part les quelques exceptions – c’est le décalage entre leurs activités et l’économie d’aujourd’hui. Combien d’entre eux peuvent-ils se vanter d’exercer ou d’avoir exercé un métier soumis à la compétition mondiale ? Combien d’entre eux ont-ils subi les conséquences de la mondialisation ? Très peu, car la plupart vivent de l’Etat, ou exercent un métier protégé. Les avocats, les chirurgiens, les médecins, les sages-femmes ne sont pas exposés à la compétition mondiale…

Très intéressante aussi est la répartition de ces catégories socioprofessionnelles par Commissions. Sur les 18 députés - chefs d’entreprise et industriels, seulement 1 siège dans une commission consacrée aux PME. Les autres ont choisi les Commissions affaires étrangères, forêts, culture, etc… Sur les 20 députés-ingénieurs, la moitié ont choisi des Commissions sans aucun lien avec l’économie et sur les 32 députés - cadres du privé, 24 siègent dans des commissions qui n’ont rien à voir avec l’économie de marché.

Avons-nous le personnel politique pour faire passer des réformes libérales ? Au vu des parcours et des centres d’intérêt de nos députés, on perd tout espoir. Heureusement, il existe quelques rares hommes et femmes d’exception, que l’on doit féliciter et soutenir : ils sont les seules chances de la France.

Partager cet article :

Autres lectures ...

France : Il faut moins de députés et de sénateurs et plus d'élus chefs d'entreprise !

Les contribuables payent la retraite des parlementaires
La réforme reste à faire


- 30 % : baisse du nombre de personnes sous-alimentées dans le monde

L’IREF inspire les propositions de réforme du groupe parlementaire Génération Entreprise



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (10)

députés = 3 p

le 10 juin 2011, 09:30

passe temps

personnel

privilèges.

quand la démocratie directe ?

- Répondre -

deux fois trop

le 10 juin 2011, 09:54

Deux fois trop de fonctionnaires, mais aussi deux fois trop d’élus, des députés et sénateurs aux maires et conseillers municipaux, à tous les étages. Tout diviser par deux égal économies gigantesques, valeur d’exemple et deux fois moins de bêtises.

Y Brevet

- Répondre -

VALEUR DE DEMAIN ?

le 10 juin 2011, 12:35

DEPUIS 25 ANS DÉJÀ JE DIS QUE LA LOI DEVRAIT CHANGER. ON NE PEUT ÊTRE JUGE ET PARTI.

NE DEVRAIT PAS ÊTRE ELIGIBLE TOUS FONCTIONNAIRES OU EMPLOYÉS DE L’ÉTAT OU COLLECTIVITÉS LOCALES. OU ALORS À DÉMISSIONNER AVANT SA CANDIDATURE.

LA LA FRANCE SERA MIEUX REPRÉSENTÉE.

- Répondre -

Utilité de nos députés !?

le 10 juin 2011, 14:26

Rien ne sera possible tant que le système ne sera pas revu sur le fond. La quasi totalité de nos représentants ne comprennent rien aux problèmes de la vie de tous les jours.

Considérons la sécurité routière. Toutes les mesures retenues récemment n’ont fait qu’exaspérer un peu plus les Français.

Un exemple édifiant.

Tous les piétons ont désormais "le droit" de traverser la chaussée n’importe comment et n’importe où...

Résultats :

> Les piétons qui se comportent de manière responsable

> Ceux, de plus en plus nombreux, qui se jettent sous vos roues sans regarder et qui, à l’occasion, vous font un geste que je vous laisse imaginer...

Tout est à l’avenant ; le simple bon sens consistait à rappeler l’obligation suivante :

"Toute personne traversant en dehors des passages piétons ne sera pas indemnisée en cas d’accident."

Cette nouvelle réglementation est stupide et quels sont les Députés qui s’y sont opposés ??? vous verrez que l’on va s’étonner si le nombre d’accidents augmente....!

La sécurité routière est un problème de comportement à apprendre dès l’école (éducation civique) et ensuite sur circuit.

Enfin chaque conducteur, si excellent soit-il, est susceptible d’avoir un accident.

Il faut faire comprendre et accepter la notion de risque au lieu de déresponsabiliser en permanence les personnes ou mettre tout le monde dans son lit ( il y a encore un risque de chute dudit lit )....!

Thierry FOURGEAUD

Consultant à 44100 - NANTES

- Répondre -

Le cheval de Troie

le 10 juin 2011, 17:16

Pourquoi réformeraient-ils l’économie française ?

Comme l’article l’analyse l’assemblée nationale est composée d’élus non concernées par la fiscalité qu’ils imposent aux autres bénéficiant de plus de la garantie de l’emploi si leur élection tourne mal.

Ils vivent majoritairement des impôts sur le revenu , contributions sociales diverses et de solidarité qu’une faible partie de la population active paye ( plus de 50 % des foyers fiscaux en sont exonérés à un titre ou à un autre, nous devons approcher de 20 % des contribuables portant le fardeau de 80 % de l’impöt. L’Etat peut s’endetter les élus ne participeront pas au remboursement de la dette une très grosse partie de leur indemnités échappe à l’imposition.

Merci pour l’égalité , il est peut-être l’heure de les remercier.

Cette étude mérite d’être diffusée le plus largement possible

- Répondre -

Sécurité routiére

le 10 juin 2011, 18:45

Bonjour,

En réponse à anonyme du 10/6/11 14h26 et aussi à titre de commentaire sur les motivations des députés que vous avez élus, m’abstenant personnellement depuis 40ans, j’adhére totalement à son analyse en rappelant que c’est Mr Badinter,avec ce qu’il représente par ses appartenances, qui a commencé dans ce sens pour déresponsabiliser la société.

Il y a quelques années les parents incitaient leurs enfants à regarder avant de traverser une route. Aujourd’hui, les personnels chargés de cette fonction incitent pratiquement les enfants à traverser sans temps d’observation, quitte pour celà à stopper 10/15 voitures pour faire traverser un seul enfant.

Équipés de girophares , escortés parfois de policiers certains de nos élus ou représentants s’affranchissent des lois réservées à la masse.

Je n’en cite que le cortége qui remonte le bd MALESHERBES plusieurs fois par jour ou encore la C6 aux vitres teintées qui remonte la N12et l’A13 au milieu des files...

- Répondre -

"pauvre,république"

le 11 juin 2011, 15:48

Mille fois merci pour cette admirable analyse. Mais cela sent la redite. Je suis un des plus anciens actifs dans la protestation paisible, raisonnable et républicaine. En vain de résultats.

IL FAUT LES LAISSER SEULS, CES VILS VENDEURS DE REVES 6 MOIS AVANT chaque ELECTION, DIRIGEANTS ELUS ET TROP BIEN PAYES. SEULS AVEC LES AUTRES : CEUX (les vrais FORTS) NOMMES A VIE AU SERVICE DU PAYS (?) ! PAYS QU’ILS "BOUFFENT", EN PROFITENT HONTEUSEMENT AU NOM DE LA PAIX SOCIALE ! TOUS DES IRRESPONSABLES !

TROP MALINS POUR MOI.

La vrai solution est de TOUS les laisser. Seuls avec leurs "protégés" ils finiront BIEN par Se faire la guerre dés lors qu’il n’y aura plus de richesses à profiter et qu’il faudra "travailler vraiment" !

Moi, las, je suis passé à l’acte : j’ai quitté la France. Je l’aimais tant, avant cette révolution culturelle. Maintenant ça pue le désastre et la misère intellectuelle.

BON COURAGE, VOUS AVEZ MON SOUTIEN ANNUEL.

- Répondre -

Plutôt qu’une parité

le 12 juin 2011, 15:46

Plutôt qu’une parité Hommes/Femmes, il vaudrait mieux imposer une parité Fonctionnaires/ Société civile.

- Répondre -

Représentation de la population

le 20 juin 2011, 16:41

je vois que nos députés ne représente pas toute la population française et la majorité des français récoltes que du vent je comprend mieux les abstentionnistes .

- Répondre -

L’Assemblée de “nos députés“

le 22 juin 2011, 15:51

Elle serait sûrement plus efficace le jour où les statuts de fonctionnaires et d’agent de service public seraient supprimés et où les contrats seraient les mêmes pour tout employé, qu’il travaille dans le privé ou le public.

Y.D.

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications